Les modérateurs de Facebook voient du contenu si horrible qu’ils éprouvent des symptômes semblables à ceux du trouble de stress post-traumatique


Le traitement réservé par Facebook à ses légions de modérateurs de contenu fait l’objet d’un examen minutieux après la publication d’un rapport alléguant des conditions de travail difficiles et des bas salaires qui aurait fait sombrer certains employés sous le poids du contenu qu’ils examinaient.

Lundi, Casey Newton, de The Verge, a publié une enquête approfondie sur un lieu de travail de modération de contenu en Arizona.

Ce sont là quelques-uns des modérateurs chargés de tenir Facebook à l’écart des contenus répréhensibles ou illégaux, qu’il s’agisse de racisme, de violence graphique ou d’images d’enfants maltraités.

Les sources de Newton ont fait un certain nombre d’allégations sérieuses, notamment que certains modérateurs fument de l’herbe pendant la journée de travail pour faire face à la situation ; que certains ont des relations sexuelles au bureau, dans le cadre de ce qu’une source appelle le “trauma bonding” ; que les employés peuvent se retrouver avec des “symptômes semblables au TSPT” et que certains se radicalisent à cause du contenu qu’ils sont censés modérer, ils finissent par y croire à force d’en voir à longueur de temps.

(L’enquête complète est exhaustive, avec près de 7 500 mots, et vaut la peine d’être lue en entier. Anglais)

De plus, ils sont payés moins de 29 000 $ US – une fraction du salaire médian d’un employé à temps plein de Facebook, soit environ 240 000 $ US.

Business Insider s’est entretenu avec deux autres modérateurs de contenu pour Facebook en Amérique. Ils ont confirmé qu’ils recevaient des salaires relativement bas.

L’un d’eux a dit qu’il recevait environ 28 000 $US par année : “La moitié de mon salaire sert à payer le loyer. Je n’ai même pas les moyens d’assumer les paiements de voiture ou mes prêts étudiants.”

L’autre a dit qu’ils gagnaient 16,50 $US l’heure pour un quart de jour, ce qui équivaut à environ 34 000 $US par année.

Ils ont dit qu’ils n’avaient jamais entendu parler d’employés fumant de l’herbe ou ayant des rapports sexuels dans leurs bureaux (il est important de noter que cela peut varier selon l’endroit), mais qu’ils étaient toujours critiques quant à leurs conditions de travail.

“Je n’ai aucun doute que le contenu a consommé certaines personnes, en particulier celles qui travaillent dans des files d’attente de contenu spécifiques qui peuvent contenir plus d’images/vidéos graphiques, ou qui traitent de l’exploitation des enfants. Je ne suis pas si sûr de l’aspect théorique de la conspiration, mais il ne serait pas surprenant que les gens croient à l’horreur qu’ils voient tous les jours, d’autant plus que c’est souvent la même chose encore et encore. Je ne blâme pas non plus ceux qui ont probablement besoin de fumer pendant leurs pauses [parce que] ce travail est inhumain avec des salaires extrêmement bas”, a dit l’un d’eux.

“Facebook doit être tenu responsable de la sous-traitance de services visant à saper les salaires et les avantages sociaux, nous sauvons essentiellement Facebook de tout feu de relations publiques en maintenant une plate-forme sûre pour l’entreprise et, en retour, nous ne sommes pas considérés comme des employés de Facebook et les entreprises sous-traitantes décident de nos moyens de subsistance et de notre rémunération.”

Plus tôt ce mois-ci, Business Insider a rapporté que les modérateurs d’un site de modération de contenu géré par Accenture à Austin, Texas, étaient en révolte contre les règles onéreuses limitant l’utilisation du téléphone et les temps de pause des modérateurs, règles qui, selon eux, érodent leur “sens de l’humanité”.

Les employés de Facebook ont réagi avec indignation à la nouvelle, se plaignant en interne que les actions de Facebook étaient “incroyablement décevantes” et “inhumaines”. La nouvelle enquête de The Verge semble susceptible d’exacerber les tensions au sein de l’effectif de l’entreprise.

Le vice-président des opérations mondiales de Facebook, Justin Osofsky, a partagé en ligne une note de service qu’il avait déjà envoyée aux travailleurs lundi avant le rapport de The Verge.

“Nous avons fait beaucoup de travail dans ce domaine et il nous reste encore beaucoup à faire”, a-t-il écrit en partie. “Nous évaluerons régulièrement ces rôles, nos besoins futurs, les risques, l’emplacement, la composition de l’effectif et bien d’autres domaines.”

Cet article a été publié à l’origine par Business Insider.

Lire aussi : Facebook a volontairement planifié l’espionnage des utilisateurs

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *