Tim Berners-Lee pense que nous pouvons encore sauver le Web


À l’occasion des 30 ans du WWW, il voudrait le voir « sortir de l’adolescence »

Le World Wide Web a fêté ses 30 ans. L’ingénieur et informaticien anglais Tim Berners-Lee avait proposé pour la première fois le système qui allait devenir le WWW le 11 mars 1989. Pour célébrer cet anniversaire, il a repris ses idées sur Internet dans un billet de blog.

Citation de Tim Berners-Lee
C’est un moment pour célébrer le chemin parcouru, mais aussi pour réfléchir sur le chemin qui reste à parcourir. Le Web est devenu une place publique, une bibliothèque, un cabinet de médecin, un magasin, une école, un studio de design, un bureau, un cinéma, une banque et bien plus encore. Bien sûr, avec chaque nouvelle fonctionnalité, chaque nouveau site Web, le fossé entre ceux qui sont en ligne et ceux qui ne le sont pas augmente, ce qui rend d’autant plus impératif de rendre le Web accessible à tous.

Cependant, Berners-Lee admet qu’Internet a maintenant beaucoup de problèmes. Les utilisateurs sont victimes de harcèlement en ligne, de piratages sponsorisés par l’État et d’autres comportements criminels. Les modèles de revenus basés sur les annonces récompensent les clickbait, alors que les fake news se propagent de manière virale. Et même si elles peuvent être enrichissantes, les plateformes de médias sociaux sont également devenues le foyer de l’indignation politique et des conversations polarisantes.

Citation de Tim Berners-Lee
Et si le Web a créé des opportunités, donné une voix aux groupes marginalisés et simplifié notre vie quotidienne, il a également créé des opportunités pour les fraudeurs, une voix à ceux qui propagent la haine et facilité la perpétration de toutes sortes de crimes.

Sur fond de reportages sur la mauvaise utilisation du Web, il est compréhensible que de nombreuses personnes aient peur et ne soient pas sûres que le Web soit vraiment une force pour le bien. Mais compte tenu de tout ce que le Web a changé au cours des 30 dernières années, il serait défaitiste et dénué d’imagination de supposer que le Web tel que nous le connaissons ne peut pas être amélioré pour le mieux au cours des 30 prochaines années. Si nous renonçons à construire de meilleurs Web maintenant, alors le Web ne nous aura pas trahi, nous aurons trahi le web.

sauver le Web

Pour résoudre tout problème, nous devons clairement le décrire et le comprendre. Berners-Lee voit dans l’ensemble trois sources de dysfonctionnement du Web :

  • Intention délibérée et malveillante, telle que le piratage et les attaques parrainés par l’État, le comportement criminel et le harcèlement en ligne.
  • Une conception de système qui crée des incitations perverses dans lesquelles la valeur des utilisateurs est sacrifiée, telle que des modèles de revenus basés sur la publicité qui récompensent commercialement les clickbait et la propagation virale de la désinformation.
  • Les conséquences négatives involontaires de la conception bienveillante, telles que le ton outragé et polarisé et la qualité du discours en ligne.

Citation de Tim Berners-Lee
Alors que la première catégorie est impossible à éradiquer complètement, nous pouvons créer des lois et du code pour minimiser ce comportement, comme nous l’avons toujours fait en mode hors connexion. La deuxième catégorie nous oblige à repenser les systèmes de manière à modifier les incitations. Et la dernière catégorie appelle la recherche pour comprendre les systèmes existants et modéliser de nouveaux systèmes possibles ou modifier ceux que nous avons déjà.

Vous ne pouvez pas simplement blâmer un gouvernement, un réseau social ou l’esprit humain. Les récits simplistes risquent d’épuiser notre énergie alors que nous poursuivons les symptômes de ces problèmes au lieu de nous concentrer sur leurs causes profondes. Pour que cela soit correct, nous devrons nous rassembler en tant que communauté Web mondiale.

À des moments cruciaux, les générations qui nous ont précédées se sont mobilisées pour travailler ensemble à un avenir meilleur. Avec la Déclaration universelle des droits de l’homme, divers groupes de personnes ont pu se mettre d’accord sur des principes essentiels. Avec le droit de la mer et le traité sur l’espace extra-atmosphérique, nous avons préservé de nouvelles frontières pour le bien commun. Maintenant, à mesure que le Web remodèle notre monde, nous avons la responsabilité de nous assurer qu’il est reconnu comme un droit humain et construit pour le bien public. C’est pourquoi le Web Foundation collabore avec les gouvernements, les entreprises et les citoyens pour créer un nouveau contrat pour le Web.

Ce contrat a été lancé à Lisbonne lors du Web Summit de novembre. Le contrat définit les principes centraux qui seront intégrés dans un contrat complet et publiés en mai 2019, lorsque la moitié de la population mondiale pourra se connecter à Internet. Plus de 50 organisations ont déjà signé le contrat, publié par la World Wide Web Foundation de Berners-Lee, accompagné d’un rapport appelant à une action urgente.

Le contrat pour le Web est un effort visant à réunir les gouvernements, les entreprises, la société civile et les utilisateurs du Web afin de développer une feuille de route pour créer un Web au service de l’humanité et qui constitue un bien public pour tous, partout dans le monde.

L’objectif est de se servir du contrat pour que chaque partie soit tenue responsable de faire sa part afin de créer un Web ouvert et gratuit.

Ceux qui souscrivent aux principes contractuels auront l’occasion de définir un contrat complet dans le cadre d’un processus de collaboration avec les gouvernements, les entreprises et les internautes individuels, en négociant des actions spécifiques à entreprendre par chaque partie.

Voici le contrat :

Citation de Contrat pour le Web
Le Web a été conçu pour rassembler les gens et rendre les connaissances librement disponibles. Tout le monde a un rôle à jouer pour que le Web soit utile à l’humanité. En adhérant aux principes suivants, les gouvernements, les entreprises et les citoyens du monde entier peuvent contribuer à protéger le Web ouvert en tant que bien public et droit fondamental pour tous.

Les gouvernements s’engagent à :
S’assurer que tout le monde peut se connecter à Internet
Ainsi, n’importe qui, peu importe son identité ou son lieu de résidence, peut participer activement en ligne.

Maintenir la disponibilité constante d’Internet
Afin que personne ne soit privé de son droit à un accès complet à Internet.

Respecter le droit fondamental des personnes à la vie privée
Ainsi, tout le monde peut utiliser Internet librement, en toute sécurité et sans crainte.

Les entreprises s’engagent à :
Rendre Internet abordable et accessible à tous
Pour que personne ne soit exclu de l’utilisation et de du futur du Web.

Respecter la vie privée et les données personnelles des consommateurs
Afin que les gens gardent le contrôle de leur privacité et vie en ligne.

Développer des technologies qui supportent le meilleur de l’humanité et défient le pire
Afin que le Web soit réellement un bien public qui donne la priorité aux gens.

Les citoyens s’engagent à :
Être des créateurs et des collaborateurs sur le Web
Pour que le Web présente un contenu riche et pertinent pour tout le monde.

Construire des communautés fortes qui respectent un discours civil et la dignité humaine
Pour que tout le monde se sente en sécurité et bienvenu(e) en ligne.

Se battre pour le Web
Pour que le Web reste ouvert et constitue une ressource publique universelle pour les utilisateurs du monde entier, aujourd’hui et à l’avenir.

Nous nous engageons à respecter ces principes et à impulser un processus de délibération afin de créer un « contrat pour le Web » complet, qui définira les rôles et les responsabilités des gouvernements, des entreprises et des citoyens. Les défis auxquels le Web est confronté aujourd’hui sont redoutables et ont des impacts sur tous les aspects de nos vies, et non seulement lorsque nous sommes en ligne. Mais si nous travaillons ensemble et que chacun de nous assume la responsabilité de ses actes, nous pouvons protéger un Web réellement au service de tous et toutes.

Citation de Tim Berners-Lee
Les gouvernements doivent appliquer les lois et les règlements à l’ère numérique. Ils doivent s’assurer que les marchés restent compétitifs, innovants et ouverts. Et ils ont la responsabilité de protéger les droits et libertés des personnes en ligne. Nous avons besoin de champions du Web ouvert au sein du gouvernement – des fonctionnaires et des élus qui prendront des mesures lorsque les intérêts du secteur privé menacent le bien public et qui vont défendre le Web ouvert.

Les entreprises doivent faire davantage pour que leur recherche d’un profit à court terme ne se fasse pas au détriment des droits de l’homme, de la démocratie, des faits scientifiques ou de la sécurité publique. Les plateformes et les produits doivent être conçus dans le respect de la confidentialité, de la diversité et de la sécurité. Cette année, plusieurs employés du secteur de la technologie se sont levés et ont réclamé de meilleures pratiques commerciales. Nous devons encourager cet esprit.

Et surtout, les citoyens doivent tenir les entreprises et les gouvernements pour responsables de leurs engagements et exiger que les deux respectent le Web en tant que communauté mondiale dont les citoyens sont au cœur. Si nous n’élisons pas les politiciens qui défendent un Web libre et ouvert, si nous ne faisons pas notre part pour favoriser des conversations en ligne constructives et saines, si nous continuons à cliquer sur le consentement sans exiger que nos droits en matière de données soient respectés, nous nous déchargeons de notre responsabilité. Nous voulons inscrire ces questions prioritaires à l’ordre du jour de nos gouvernements.

Pour lui, la lutte pour le Web est l’une des causes les plus importantes de notre époque. Aujourd’hui, la moitié du monde est en ligne. C’est pourquoi il estime qu’il est plus urgent que jamais de veiller à ce que l’autre moitié ne soit pas laissée hors ligne et à ce que tout le monde contribue à un site Web propice à l’égalité, aux opportunités et à la créativité.

Et de préciser que le contrat pour le Web ne doit pas être une liste de solutions rapides, mais un processus qui marque un changement dans la manière dont nous comprenons notre relation avec notre communauté en ligne. Il doit être suffisamment clair pour servir de guide pour la voie à suivre, mais suffisamment souple pour s’adapter au rythme rapide des changements technologiques. Il y voit donc notre passage de l’adolescence numérique à un avenir plus mature, responsable et inclusif.

Lire aussi : L’inventeur du web suggère une solution pour réparer Internet

Sources : Developpez.com par Stéphane le calmebillet Tim Berners-Lee


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *