Des millions de maisons japonaises sont abandonnées et données gratuitement

maisons japonaises

Le prix des maisons au Japon est peut-être en hausse, mais le pays compte encore plus de 8 millions de propriétés inoccupées, à tel point que les propriétaires ont commencé à les donner gratuitement.

Dans certains cas, les gouvernements locaux offrent même des subventions aux personnes prêtes à démolir des maisons et à en construire de nouvelles, selon le Japan Times.

Bien que de nombreuses propriétés ne soient pas cotées sur le marché, elles apparaissent dans les bases de données en ligne appelées “akiya banks”, une référence au mot japonais pour “empty home” (maison vide). Alors que certaines de ces propriétés sont données, d’autres sont vendues pour aussi peu que 4 $US.

Ceux qui se trouvent à l’extérieur du Japon peuvent acheter les propriétés sans visa de résidence, bien qu’il soit beaucoup plus facile de trouver du financement si vous en avez un, ou du moins si vous avez travaillé dans le pays.

Bon nombre des maisons sont délabrées – le résultat des méthodes de construction médiocres utilisées pendant le boom immobilier de l’après-guerre dans les années 1960.

Ces structures préfabriquées ont une durée de vie de seulement 20 à 30 ans, selon The Guardian. Un certain nombre d’entre elles sont également construites sur des terrains en pente, ce qui les rend structurellement insalubres.

Mais il y a de plus grandes raisons pour lesquelles personne ne semble intéressé à acheter.

La population du Japon diminue, et les chercheurs prévoient la perte d’environ 16 millions de citoyens en un peu plus de deux décennies. Ses résidents ont également tendance à vieillir, ce qui signifie qu’il y a moins de jeunes qui essaient de s’emparer de la propriété – en particulier dans les banlieues ou les régions rurales.

Le phénomène s’est également étendu aux zones urbaines. Le Japan Times a rapporté que plus d’une maison sur dix à Tokyo est maintenant vide.

Bien qu’il y ait certainement une demande pour l’immobilier dans les villes, le marché immobilier japonais encourage en fait la démolition de bâtiments. Les impôts fonciers sont six fois plus élevés sur les terrains à structure physique que sur les terrains vacants.

Bien que ce problème puisse être résolu par des mesures incitatives gouvernementales, il peut être difficile de renverser l’état d’esprit des acheteurs locaux.

Au Japon, on considère souvent que l’achat d’une maison qui a été témoin d’un meurtre, d’un suicide ou d’une “mort solitaire” (un décès isolé) porte malheur. Beaucoup préféreraient abandonner ces propriétés stigmatisées plutôt que d’investir dans des terres sordides.

Quelques agents immobiliers ont esquivé les superstitions en exécutant des rituels et en incorporant le feng shui dans leurs rénovations.

Mais, pour de nombreux propriétaires, les maisons ne valent tout simplement pas l’investissement. Même les banques akiya n’ont pas réalisé beaucoup de ventes.

Pendant un certain temps, il était possible qu’une nouvelle loi sur le partage de logements permette à Airbnb et à d’autres services de reprendre les propriétés.

Lorsque la loi est arrivée en juin, cependant, elle a imposé de sévères restrictions, comme le plafonnement de la période de location à 180 jours. Depuis, les hôtes d’Airbnb ont fui le marché.

Entre-temps, les acheteurs japonais ont continué à donner la priorité aux logements neufs, et ses millions d’“akiyas” sont restées vides.

Cet article a été publié à l’origine par Business Insider.

Lire aussi : Une des îles du Japon vient de disparaître sous les vagues, et personne n’a remarqué

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *