Une “utopie” internationale sans gouvernement, sans religion et sans argent existe depuis les années 60

L’utopie peut-elle exister sur Terre ? Compte tenu de l’état actuel du monde, la réponse immédiate serait un grand “NON !”, et pourtant nous aspirons tous à un monde meilleur, un monde dans lequel les gens peuvent vivre en harmonie les uns avec les autres et avec le monde naturel.

Bien sûr, ça sonne comme un discours hippie, mais le mouvement hippie est toujours bien vivant en Californie, après tout.

En Inde, il existe encore une colonie qui a été construite à la main pendant la génération de la puissance florale dans les années 60 pour 50 000 personnes. La communauté “internationale-universelle” fonctionne sans gouvernement, sans religion, sans argent et sans racisme. Ça s’appelle Auroville, la ville de l’aube.

La ville n’a pas de gratte-ciel, pas d’autoroutes achalandées et pas de journaux qui montrent les manchettes affligeantes du monde extérieur. C’est une ville expérimentale du futur que certains appellent “un Burning Man permanent”.

Auroville bénéficie du soutien et de la protection de l’UNESCO, une institution internationale spécialisée des Nations Unies dont le but est de contribuer à la paix et à la sécurité dans le monde. Le premier jour de la construction a commencé le 28 février 1968, à quelques kilomètres au nord de Pondichéry en Inde.

L’UNESCO l’a décrite comme “une nébuleuse géante avec la sphère dorée lumineuse ou ‘Matrimandir’ comme point central”, une salle de méditation, mais pas de prière. La coupole est entourée d’un complexe de 12 jardins représentant les pétales d’une fleur de lotus.

En 1982, un arrêt de la Cour suprême indienne a proclamé le canton en “conformité avec les idéaux et les aspirations les plus élevés de l’Inde”. La noble expérience reçoit un soutien annuel du gouvernement indien avec des dons de plus de 200 000 $, selon Slate. D’autres contributions proviennent d’organisations extérieures comme l’UNESCO et des résidents, qui gagnent tous le même salaire, quelle que soit leur profession. Aujourd’hui encore, les habitants travaillent les champs à la main et se déplacent à bicyclette.

Auroville est surnommée la ville de l’aube en raison de la traduction française de “aurore” qui signifie aube, mais elle a aussi été nommée d’après le gourou spirituel Sri Aurobindo, qui a vécu jusqu’en 1950. C’était un yogi, un gourou, un poète et un réformateur spirituel qui vivait à Pondichéry et croyait que les humains pouvaient progresser vers une évolution spirituelle divine.

Sri Aurobindo a exalté une femme de France, Mirra Alfassa, qui a fondé un ashram, ou école, pour enseigner ses nobles idéaux. Après sa mort, elle a été “la Mère” d’Auroville. Nehru, Indira Gandhi et le Dalaï Lama se sont rendus à Auroville pendant sa vie pour y chercher des conseils spirituels.

Le but d’Auroville est de “réaliser l’unité humaine et un mode de vie durable” et a été conçu pour “rassembler les valeurs des différentes cultures et civilisations dans un environnement harmonieux”. L’un des premiers bâtiments fut un nouveau type d’école qui enseignait la technique du “Progrès Libre” d’Aurobindo. Les élèves ont appris à embrasser leur vraie nature et à “inculquer un esprit d’appartenance à l’humanité”.

Bien sûr, la vision d’un tel endroit semble trop belle pour être vraie dans un monde où la violence, le crime et la cupidité jouent tous un rôle aussi malheureux. Lorsque les journalistes se sont déplacés pour visiter la ville de Dawn, ils ont constaté que la population permanente n’était que d’environ 2 500 personnes, dont des exilés de 100 pays différents, bien que des milliers de visiteurs fréquentent l’endroit.

Plutôt qu’une utopie parfaite, la banlieue ouverte était confrontée aux mêmes problèmes que le monde extérieur proche, qu’il s’agisse de vols, de cas de harcèlement sexuel, de viols, de suicides et de meurtres.

Néanmoins, Auroville demeure un modèle prometteur de ce à quoi l’avenir pourrait ressembler si les humains pouvaient seulement trouver un moyen de mettre le bien commun, l’harmonie et la communauté avant l’argent, la cupidité et la guerre.

Pour en savoir plus sur Auroville et ses résidents internationaux, cliquez ci-dessous :


Lire aussi : 2022 : Le premier pays flottant au monde dans l’océan Pacifique, avec son propre gouvernement et sa propre cryptomonnaie

Source : Ancient Code – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *