Mort ou vivant ? L’énigme du corps imputrescible du lama Itigilov persiste

Itigilov

Depuis son exhumation en 2002, le corps du khambo lama Itigilov déconcerte les scientifiques qui essaient d’expliquer pourquoi, 75 ans après son inhumation, il ne s’est pas décomposé et montre jusqu’à présent, selon certains témoignages, des signes de vie.

Durant l’année 1927, pendant laquelle la campagne antireligieuse battait son plein en Union soviétique, les bouddhistes bouriates ont subi une grande perte: la disparition de leur chef spirituel, le khambo lama Dachi-Dorjo Itigilov.

Soulignons d’entrée la prudence avec laquelle il faut choisir les mots pour décrire le mystère qui remonte donc à 1927. Nombreux sont encore ceux qui croient que le khambo lama Itigilov n’est pas mort en 1927, mais a seulement plongé dans un état de profonde méditation.

Le 15 juin 1927, donc, le khambo lama, alors âgé de 75 ans, a réuni ses disciples pour leur annoncer qu’il était temps pour lui de les quitter mais qu’un jour il reviendrait. Après cela, il a pris la position de lotus, a commencé sa médiation et a ainsi atteint le Nirvana conformément à la doctrine bouddhiste. Le corps du lama figé dans sa dernière posture a été placé dans une boîte de cèdre qui a été ensuite enterrée.

Itigilov

Le khambo lama Dachi-Dorjo Itigilov © WIKIPEDIA/

C’est en 1955 que des moines ont exhumé pour la première fois le corps du lama de peur que le cercueil ait été endommagé lors d’un tremblement de terre. S’étant assurés que le corps n’avait pas été touché, les moines l’ont de nouveau enterré selon les rites bouddhistes. La même procédure a été répétée en 1973 après une forte inondation. Enfin, le 11 septembre 2002, en présence de laïcs, des moines ont exhumé une troisième fois le corps de leur maître et l’ont transféré au datsan d’Ivolguinsk. Selon l’une des versions, c’était la dernière volonté d’Itigilov que son corps soit sorti de terre 75 ans après sa mort. L’état de conservation exceptionnel de son cadavre, attesté par des experts en médecine légale, a conduit des fidèles à affirmer que le chambo lama avait tenu sa promesse de revenir.

Voici le compte-rendu de premier examen du corps du lama signé par trois experts médico-légaux :

«Absence d’odeurs extérieures, aromatiques, résineuses ou de putréfaction provenant du contenu de la boîte et du cadavre… Tissus mous du cadavre élastiques, souplesse des articulations préservée. Cheveux et ongles conservés. La posture du cadavre, lorsque celui-ci a été retiré de la boîte, est maintenue sans recours à des dispositifs de support ou de fixation. Il n’y a aucun signe d’ouverture du corps pour procéder à un éventuel embaumement ou à une opération de préservation. Aucune blessure, aucun signe d’interventions chirurgicales et de maladies n’ont été retrouvés sur le cadavre».

Les moines ont permis aux scientifiques de prélever pour analyse des échantillons de peau, un bout d’ongle et des cheveux. Il s’est avéré que l’état de conservation des fractions protéique correspondait à celui d’un homme vivant.

En même temps, l’analyse a montré un taux élevé de brome dans la peau ce qui témoigne du fait que le lama consommait délibérément des plantes contenant du brome. À fortes doses, explique la professeur Galina Erchova, membre de l’équipe d’experts, les bromures inhibent les processus d’excitation du système nerveux central, y compris dans la moelle épinière, mais n’ont pratiquement aucun effet sur les centres de la moelle allongée qui contrôle la respiration, la circulation sanguine et le système nerveux somatique.

Ainsi, il a été supposé qu’Itigelov avait atteint l’état dans lequel il a été retrouvé en désactivant les fonctions vitales d’échange d’énergie de l’organisme et en entrant dans une méditation profonde. De cette façon, il a réussi à se mettre en état d’anabiose, une suspension de l’activité vitale.

Itigilov

Le datsan d’Ivolguinsk
© SPUTNIK. VALERI MELNIKOV

Pour Mme Erchova, la notion d’anabiose est pour le moment la seule notion scientifique qui explique partiellement le phénomene Itigilov. L’experte rappelle le cas du yogi Sadhu Haridas qui, en 1837 au Penjab, avait été enterré dans une boîte, sans air ni nourriture, et avait été ramené à la vie 40 jours après.

Aujourd’hui, le corps du khambo lama est conservé dans un cube de verre installé dans un temple construit spécialement pour lui dans le datsan d’Ivolguinsk. Selon les moines et les fidèles qui le vénèrent, le khambo lama est toujours vivant. Certains disent avoir vu son visage changer lors de leurs visites, d’autres, comme des moines souvent présents près du corps du khambo lama, affirment que sa température augmente jusqu’à 35 degrés Celsius lors des offices tandis que d’habitude elle est de 23-24 degrés.

Itigilov

Le corps du khambo lama Dachi-Dorjo Itigilov
© SPUTNIK. VLADIMIR PESNIA

Actuellement, tous les études scientifiques du corps du chambo lama sont arrêtées et même les fidèles ne sont autorisés à le voir qu’une dizaine de jours par an. Il est à noter que chaque jour depuis 2012, le khambo lama Itigilov transmet un message à ses fidèles par l’intermédiaire de celui qui veille sur lui, le bimba lama Djordjiev. Ce dernier entretient avec son maître une sorte de lien spirituel. Les messages du chambo lama sont publiés quotidiennement sur sa page de Facebook.

Quoi qu’il en soit le phénomène du khambo lama Itigilov prouve une fois encore que le corps humain garde un grande nombre de mystères que les traditions spirituelles savent aborder mieux que nous malgré tous les progrès de nos sciences qui sont obligées de ne pas entrer dans le domaine de la foi religieuse pour ne pas perdre leur crédibilité. En tous cas, le corps d’Itigilov, selon le khambo lama actuel Damba Ayouscheëv, «a renforcé les croyants dans leur foi, a persuadé ceux qui avaient des doutes et a fait réfléchir les athées».

Source : Sputnik

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *