Voici la vérité à propos de ce document de la NASA sur les extraterrestres

document de la NASA

Des extraterrestres super intelligents nous ont peut-être déjà rendu visite sur Terre. Nous étions trop déterminés à le remarquer.

Cela ressemble à l’intrigue d’un nouveau film de science-fiction, mais l’informaticien de la NASA Silvano Colombano a suggéré que c’est une possibilité réelle. Internet a trouvé un de ses récents documents, et est entré dans une frénésie.

Ce papier n’est pas vraiment nouveau. Il a été téléchargé sur les serveurs de rapports techniques de la NASA en mars de cette année, à la suite d’un atelier de l’institut SETI qui a exploré une série d’idées sur la façon dont nous pourrions détecter la technologie extraterrestre.

Le travail de Colombano n’est que l’un des 21 articles qui ont été rendus disponibles après cet atelier, et c’est un contexte bien nécessaire que d’autres médias ont peut-être oublié de mentionner.

Comme nous le savons tous, Internet ne gère pas bien les nouvelles d’extraterrestres. Mais ce document ne signifie évidemment pas que la NASA possède des preuves de l’existence d’extraterrestres. Cela ne signifie pas non plus que la NASA admet une activité extraterrestre sur notre planète.

En fait, le document est plus une suggestion qu’une affirmation. C’est un argument concis pour expliquer pourquoi nous devrions utiliser une approche nouvelle et plus agressive dans le but de trouver la vie dans l’Univers, y compris une enquête sérieuse sur les OVNIs.

Mais maintenant qu’il a fait son entrée dans le courant dominant, nous pourrions tout aussi bien examiner de plus près les idées de Colombano. Il soutient que la façon dont nous pensons actuellement aux extraterrestres est trop étroite, et que nous devrions même accorder plus d’attention aux OVNIs.

Alan Alda a dit un jour dans un discours d’ouverture en 1980 que les hypothèses humaines sont comme nos fenêtres sur le monde : “Frottez-les de temps en temps, sinon la lumière n’entrera pas.”

Colombano veut que la communauté scientifique regarde l’Univers avec un regard neuf et reconsidère nos hypothèses les plus chères sur la vie extraterrestre.

“Je veux simplement souligner le fait que l’intelligence que nous pourrions trouver et qui pourrait choisir de nous trouver (si ce n’est déjà fait) pourrait ne pas être du tout produite par des organismes à base de carbone comme nous”, a écrit Colombano.

Son argument est en fait très simple. Récemment, le projet Kepler a identifié d’autres systèmes planétaires dans l’espace qui ont jusqu’à 11,2 milliards d’années.

Notre système solaire est beaucoup plus jeune en comparaison – seulement 4,6 milliards d’années – et cela signifie que quelque part dans le vaste Univers, il pourrait exister une autre forme de vie qui est six milliards d’années devant nous.

Avec l’évolution rapide de la technologie humaine, il est difficile d’imaginer les connaissances dont nous disposerons au cours des mille prochaines années, et encore moins dans six millions d’années.

Comme le dit Colombano : “… notre forme de vie et d’intelligence n’est peut-être qu’un tout petit premier pas dans une évolution continue qui pourrait bien produire des formes d’intelligence bien supérieures aux nôtres et qui ne sont plus basées sur des ‘machines’ à carbone.”

Avec une telle super intelligence, les voyages interstellaires pourraient être assez faciles à réaliser. Et cela signifie qu’il pourrait y avoir des extraterrestres sur Terre en ce moment même.

C’est assez pour que vous regardiez par-dessus votre épaule. Mais que chercheriez-vous ? Personne ne sait à quoi ressemble une forme de vie sans carbone.

Et même si on le savait, on ne pourrait pas la voir. Dans l’article, Colombano suggère que “la taille de ‘l’explorateur’ pourrait être celle d’une entité super-intelligente extrêmement petite”.

Les arguments présentés dans ce document ne sont pas nouveaux. Beaucoup d’entre eux ont déjà été réalisés. Mais Colombano s’en est pris à un argument intrigant.

S’il admet que la plupart des phénomènes OVNIs sont sans doute des canulars, il pense qu’ils méritent une étude légitime. Il dit que jusqu’à présent, le programme SETI (Search for extraterrestrial intelligence) de la NASA a négligé la pertinence des OVNIs parce que nous supposons que la probabilité de déplacement interstellaire est extrêmement faible.

Mais étant donné l’âge de notre système planétaire comparé au reste de l’Univers, cette hypothèse est-elle toujours valable ?

“Je pense que l’approche que la communauté scientifique pourrait adopter est très similaire à ce que le SETI a fait jusqu’à présent : trouver le signal dans le bruit”, explique Colombano.

“Dans la très grande quantité de ‘bruit’ dans les rapports d’OVNIs, il peut y avoir des ‘signaux’ aussi petits soient-ils, qui indiquent des phénomènes qui ne peuvent être expliqués ou niés.”

L’idée est encore à l’étude, mais nous savons déjà que Brian Cox n’est pas un fan. Interrogé sur le fait que nous étions déjà visités sur Twitter, il a déclaré que l’article du Daily Mail auquel il était lié était “inexact à plusieurs égards”.

“Si vous voulez savoir ce que je pense, lisez mon livre Univers humain”, a répondu Cox.

“En gros, je pense que les microbes seront communs, mais la vie multi-cellulaire et les civilisations seront rares.”

Stephen Hawking aurait probablement été un peu moins sceptique. De son temps, Hawking a donné son soutien au programme SETI et il était apte à penser à l’existence d’une forme de vie intelligente.

Mais au lieu d’appeler à une recherche “agressive” de ces êtres extraterrestres, Hawking a fait exactement le contraire. Il a suggéré que si jamais nous recevions un signal d’extraterrestres, nous devrions nous méfier de répondre jusqu’à ce que nous ayons développé un peu plus loin.

“Rencontrer une civilisation plus avancée, à notre stade actuel, pourrait être un peu comme les premiers habitants de l’Amérique rencontrant Colomb”, a dit Hawking dans une conférence sur la vie dans l’Univers.

Si la NASA décide de suivre le conseil de Colombano, nous devons en tenir compte.

Vous pouvez trouver cet article et d’autres sur le site web de l’atelier de l’Institut SETI.

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *