À l’intérieur de la zone déserte de Fukushima quatre ans après la catastrophe nucléaire

Fukushima

Des bâtiments abandonnés, des voitures et des vélos peuvent être vus dans les photographies qui montrent comment les terres autour de la centrale nucléaire ont été récupéré par la nature.

Ces photographies encore jamais vu vont donner un look sans précédent à la zone d’exclusion entourant la centrale nucléaire sinistrée de Fukushima.

La zone massive de 20 kilomètres est devenue un désert envahi après avoir été abandonnée à la suite de la catastrophe nucléaire de 2011.

Des centaines de voitures, des vélos et des articles quotidiens se trouvent intactes comme un rappel de la hâte en laquelle ils ont été laissés quand la zone a été évacuée après qu’un tsunami massif a déchiré en morceaux la centrale.

La catastrophe, déclenché par un tremblement de terre, a vu de tonnes de déchets radioactifs mortels libéré dans la région environnante.

C’est encore contaminé.

fukushima-table-restaurant

Une table de restaurant avec la vaisselle laissée par les clients

écrans-fukushima-ordinateurs"

Les écrans d’ordinateur laissés sans surveillance

Les salles de classe et les bibliothèques ont toujours des livres de travail sur les tables et des écritures sur les tableaux.

Des centaines de vélos sont toujours garés dans des parcs à vélos et les lignes de voitures sont vues être lentement avalées par la nature qui reprend ses droits.

Les supermarchés ont toujours des produits sur les étagères, les tableaux scolaires contiennent les leçons du jour et les voitures ont été abandonnées sur des voies de circulation.

Au total 160 000 personnes ont été évacuées de leurs maisons.

Environ 120 000 personnes n’ont toujours pas été en mesure de revenir parce qu’ils est trop dangereux d’entrer.

Abandonné : Une moto laissée à côté d'un lampadaire

Abandonné : Une moto laissée à côté d’un lampadaire

supermarché-fukushima

Les caisses et produits du supermarché éparpillés sur le sol

Arkadiusz Podniesinski, un photographe professionnel et cinéaste en Pologne, a pris les photos quand il a visité Fukushima le mois dernier.

L’homme de 43 ans a dit : «Mon objectif était de présenter l’état réel de la zone d’exclusion. Futaba, Namie et Tomioka sont des villes fantômes dont la vacuité est terrifiante et montre une tragédie qui a touché des centaines de milliers de personnes.”

Trois des réacteurs de Fukushima-Daiichi ont été désactivés lorsque l’énorme vague a frappé le 11 mars 2011.

Trois cœurs ont fondu dans les jours suivants et quatre réacteurs ont été désactivés.

Source : Mirror.co.uk

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *