Des bactéries étranges se nourrissent de l’énergie nucléaire à partir de l’uranium naturel : une sorte de vie extraterrestre sur Terre

La vie sur Terre est connue pour prendre plusieurs formes, absorber de la nourriture pour l’énergie de plusieurs façons, et s’adapter si bien que ça semble être une preuve convaincante de l’existence de la Vie tout autour de l’Univers.

Ces bactéries sont connues pour résister à des conditions extrêmes qu’aucune autre forme de vie (à l’exception peut-être des virus ?) ne pourrait supporter. Par exemple, nous avons récemment documenté des bactéries qui survivent dans la boue volcanique aussi acide que les citrons et qui utilisent les métaux des terres rares comme le cérium et le lanthane pour survivre.

Une bactérie tout aussi inhabituelle, appelée Desulforudis audaxviator, a récemment fait la une des journaux, pour une étude qui observe sa capacité à se nourrir de produits chimiques créés à partir de l’énergie nucléaire émanant de l’uranium voisin. Sa maison se trouve à environ 3 kilomètres sous terre.

Dans l’obscurité totale, dans les eaux souterraines chaudes jusqu’à 60 degrés Celsius, cette créature survit sans composés organiques dont la plupart des bactéries ont besoin, sans oxygène, sans lumière du Soleil ou quoi que ce soit. Ce qu’elle a, c’est de l’uranium.

Desulforudis audaxviator a été découvert en 2008, la seule bactérie présente dans les eaux souterraines de la mine d’or de Mponeng en Afrique du Sud. On pense qu’elle y a vécu pendant des millions d’années. Complètement seule dans l’obscurité souterraine profonde, la bactérie ne se nourrit même pas d’autres espèces.

La mine souterraine extrêmement profonde présente des fuites d’eau à travers les fissures, et l’eau est remplie d’uranium radioactif. Les radicaux libres sont produits dans le processus dans lequel l’uranium décompose les molécules d’eau, puis les radicaux libres décomposent les roches voisines.

Lorsque les radicaux libres produits par la décomposition de l’uranium et de l’eau décomposent la pyrite par exemple, du sulfate est produit. Ces bactéries se nourrissent de sulfate. Avec le sulfate produit, les bactéries sont capables de synthétiser l’ATP (adénosine triphosphate), le principal nucléotide qui fonctionne pour stocker l’énergie dans les cellules à travers toutes les couches de la vie. C’est un peu moins excitant qu’une bactérie se nourrissant directement d’uranium, mais néanmoins intéressant.

Publié dans la revue Nature sous le titre “L’habitabilité microbienne d’Europe soutenue par des sources radioactives”, un angle majeur de l’étude récente sur Desulforudis audaxviator est le fait que l’existence de cette bactérie pourrait impliquer l’existence de bactéries similaires sur la lune Europe de Jupiter.

Des chercheurs de l’Université de São Paulo et du Laboratoire brésilien de rayonnement synchrotron affirment que cette bactérie est parfaite pour évaluer la probabilité d’une vie extraterrestre.

L’enquêteur principal Douglas Galante a déclaré à FAPESP, une agence de presse brésilienne :

“Nous avons étudié les effets possibles d’une source d’énergie biologiquement utilisable sur Europe sur la base d’informations obtenues à partir d’un environnement analogue sur Terre.

C’est la première fois qu’un écosystème survit directement grâce à l’énergie nucléaire.”

La raison en est que la NASA croit qu’Europe pourrait avoir des cheminées hydrothermales, semblables à celles de la Terre. C’est-à-dire, la chaleur qui jaillit des trous dans le fond marin, où la vie peut survivre avec la chaleur et pas nécessairement la lumière du Soleil.

“Le fond de l’océan sur Europe semble offrir des conditions très similaires à celles qui existaient sur la Terre primitive au cours de son premier milliard d’années. Donc, étudier Europe aujourd’hui, c’est un peu comme regarder notre propre planète dans le passé”, a ajouté Galante.

“En plus de l’intérêt intrinsèque de l’habitabilité d’Europe et de l’existence d’une activité biologique, l’étude est aussi une passerelle vers la compréhension de l’origine et de l’évolution de la vie dans l’Univers.”

D’après Science Alert :

“Dans leur article, l’équipe a déterminé que les conditions dans lesquelles Desulforudis audaxviator a prospéré pendant si longtemps sont également plausibles sur Europe.

Selon la NASA, trois ingrédients sont nécessaires pour rendre Europe habitable. L’eau, qui semble probable d’après les observations et les modèles de la lune, la chaleur et les produits chimiques nécessaires à l’alimentation de la vie.

Bien que loin du Soleil, il est tout à fait possible qu’il y ait de la chaleur dans les océans d’Europe. C’est parce que son orbite autour de Jupiter est elliptique, ce qui signifie que les forces de marée qui agissent sur elle sont plus fortes en certains points de l’orbite.

Europe se déforme quand elle se trouve à ces points, ce qui crée une friction interne, générant de la chaleur à son tour.

Leur présence avait été détectée et mesurée sur Terre, dans les météorites qui arrivent sur Terre et sur Mars. Nous pouvons donc affirmer avec une certaine certitude que cela s’est également produit sur Europe, a poursuivi Galante.

Dans notre étude, nous avons travaillé avec trois éléments radioactifs : l’uranium, le thorium et le potassium, les plus abondants dans le contexte terrestre. En se basant sur les pourcentages trouvés sur Terre, dans les météorites et sur Mars, nous pouvons prédire les quantités qui existent probablement sur l’Europe.”

C’est plus proche du type de science que les gens peuvent universellement respecter : apprendre à connaître les formes de vie de notre planète, apprendre à connaître le monde et l’Univers dans lequel nous vivons, par curiosité innée à propos de notre existence.

Source : The Mind Unleashed – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *