Une méthode révolutionnaire pour éliminer le dioxyde de carbone de l’air a été développée


Le nouveau système peut fonctionner sur le gaz à pratiquement tous les niveaux de concentration.

Il existe une nouvelle façon d’éliminer le dioxyde de carbone de l’air et cela pourrait changer la donne. En effet, le nouveau système peut fonctionner sur le gaz à pratiquement tous les niveaux de concentration.

Et contrairement à d’autres variations qui fonctionnent avec des concentrations plus faibles, la nouvelle méthode est beaucoup moins énergivore et coûteuse. Le système a été développé par Sahag Voskian, post-doctorant du MIT, et T. Alan Hatton, professeur de génie chimique à Ralph Landau.

Une nature binaire

“Le plus grand avantage de cette technologie par rapport à la plupart des autres technologies de capture ou d’absorption du carbone est la nature binaire de l’affinité de l’adsorbant pour le dioxyde de carbone”, explique Voskian. “Cette affinité binaire permet de capturer le dioxyde de carbone de n’importe quelle concentration, y compris 400 parties par million, et de le libérer dans n’importe quel flux porteur, y compris 100 % de CO2.”

L’appareil est essentiellement une grosse batterie qui absorbe le dioxyde de carbone de l’air qui passe sur ses électrodes lors de son chargement. Ensuite, lorsqu’il est déchargé, il libère le gaz.

Le produit final est du dioxyde de carbone pur pouvant être utilisé dans une variété d’applications telles que dans les usines d’embouteillage de boissons gazeuses ou dans l’alimentation des plantes en serre. Le nouveau système pourrait éliminer le besoin de combustibles fossiles dans ces cas, tout en éliminant les gaz à effet de serre de l’air.

Le flux de dioxyde de carbone pur libéré pourrait également être comprimé et injecté sous terre pour une élimination à long terme. Le procédé utilisé par ce système pour capturer et libérer le dioxyde de carbone “est révolutionnaire”, a déclaré M. Voskian.

Un processus révolutionnaire

“Tout cela dans des conditions ambiantes – il n’y a pas besoin d’apport thermique, de pression ou chimique. C’est juste ces feuilles très fines, avec les deux surfaces actives, qui peuvent être empilées dans une boîte et connectées à une source d’électricité”, explique Voskian.

“Dans mes laboratoires, nous nous sommes efforcés de mettre au point de nouvelles technologies pour résoudre toute une gamme de problèmes environnementaux qui évitent d’avoir recours à des sources d’énergie thermique, de modifier la pression du système ou d’ajouter des produits chimiques pour compléter les cycles de séparation et de rejet”, a ajouté M. Hatton. “Cette technologie de capture du dioxyde de carbone est une démonstration claire de la puissance des approches électrochimiques qui ne nécessitent que de faibles variations de tension pour piloter les séparations.”

Mieux encore, le système ne consomme qu’environ un gigajoule d’énergie par tonne de dioxyde de carbone capturé. Les chercheurs travaillent actuellement à la commercialisation du procédé et espèrent mettre au point une usine pilote au cours des prochaines années.

L’étude est décrite dans un nouvel article de la revue Energy and Environmental Science.

Lire aussi : Un nouveau bioréacteur peut absorber les émissions de carbone 400 fois plus vite que les arbres

Source : Interesting Engineering – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *