Astrobiologiste : Les humains vont ruiner l’espace


Les conflits internationaux sont la norme, les groupes au pouvoir exploitent continuellement ceux qui n’en ont pas et ne nous permettent même pas de commencer à parler des dommages que nous avons causés à l’environnement.

Et si nous ne prenons pas des mesures concrètes pour la prévenir, nous allons faire les mêmes ravages dans l’espace, affirme l’astrobiologiste Monica Vidaurri dans un nouvel essai de Quartz.

Comme le souligne Vidaurri, l’exploration humaine de l’espace est relativement nouvelle. Et jusqu’à présent, il s’agit d’un effort largement collaboratif et pacifique.

L’hostilité historique entre les États-Unis et la Russie n’a pas empêché les scientifiques des deux pays de travailler ensemble sur la Station spatiale internationale. Des équipes de la Chine et de l’Iran contribuent techniquement à des projets spatiaux aux États-Unis, qui ont travaillé avec le Japon, l’Australie, le Canada et d’innombrables autres pays sur diverses initiatives spatiales.

Ce qui est encore plus surprenant que la volonté de l’humanité de coopérer dans l’espace, c’est qu’à part l’Accord intergouvernemental de coopération sur la Station spatiale internationale de 1998, il existe peu de règles ou de réglementations régissant nos efforts dans l’espace.

Mais comme l’écrit Vidaurri, nous commençons à voir les fissures émerger de cette approche du système d’honneur à mesure que le trafic spatial s’intensifie.

Ces derniers mois, des satellites chinois et indiens détruits ont produit des tonnes de débris spatiaux, tandis que l’atterrisseur lunaire israélien Beresheet a récemment contaminé la surface de la Lune avec des tardigrades après un atterrissage forcé.

De retour sur Terre, la recherche en astronomie a été compromise par la lumière de la constellation de satellites Starlink récemment lancée par SpaceX, tandis que les droits des natifs d’Hawaï ont été mis de côté lorsqu’une équipe internationale d’astronomes a décidé d’utiliser leurs terres comme site pour un nouveau télescope.

Et parce que nous n’avons pas de lois ou de politiques en place pour nous faire savoir comment faire face à ce qui précède, les nations et les entreprises offensantes ont peut-être été critiquées pour leurs actions, mais elles n’ont pas été tenues responsables – mais nous pouvons nous assurer que ce ne sera pas le cas dans l’avenir.

“Lorsqu’il s’agit d’une industrie aussi jeune que l’exploration spatiale, écrit Vidaurri, il est important de reconnaître que la colonisation, l’impérialisme et l’exploitation ne sont pas seulement une série d’événements historiques majeurs dont l’humanité se remet encore, mais des choses qui peuvent inspirer les futures lois qui détermineront notre destin dans l’espace.”

“Refuser de faire des changements aujourd’hui”, a-t-elle conclu plus tard, “ne fera que garantir que nous continuerons à faciliter les maux de l’humanité dans un domaine qui a pleinement le potentiel de faire ressortir ce qu’il y a de meilleur en nous.”

Lire aussi : Selon la NASA, la propulsion nucléaire pourrait révolutionner l’exploration spatiale, et voici comment

Source : Futurism – Traduit par Anguille sous roche

1 réponse

  1. BlueMan dit :

    Il n’y a qu’à voir comment déjà les humains ont ruiné la Terre…

    Ils vont tout simplement reproduire ailleurs ce qu’ils ont fait ici.

    La ruine de la Terre n’est pas un accident, c’est un comportement.

    Tout est dit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *