Des scientifiques découvrent un vaste réservoir d’eau douce caché sous l’océan

Sous les eaux salées de l’Atlantique Nord, les géologues ont découvert un aquifère géant d’eau douce, caché à l’abri des regards au large des côtes américaines.

Si l’ampleur de cet énorme réservoir d’eau douce est surprenante, elle n’est pas totalement inattendue. Les premiers signaux de l’eau sont apparus dans les années 1970, mais jusqu’à présent, personne ne soupçonnait que cet immense réservoir piégé dans la roche poreuse pourrait s’étendre sur presque toute la longueur du nord-est des États-Unis.

“Nous savions qu’il y avait de l’eau douce dans des endroits isolés, mais nous n’en connaissions ni l’étendue ni la géométrie”, explique la géologue marine Chloe Gustafson de l’Université Columbia.

En 2015, certains de ses collègues chercheurs ont mené une étude pilote au large des côtes du New Jersey et de l’île de Martha’s Vineyard au Massachusetts.

À l’aide d’un récepteur électromagnétique déployé par le navire de recherche Marcus G. Langseth, l’équipe cherchait à étudier les dépôts d’eaux souterraines en mer enfouis dans les sédiments sous les plateaux continentaux.

(Adapté de Gustafson et al., Scientific Reports, 2019) – En haut : Aquifère géant observé dans les zones jaunes hachurées, avec des triangles représentant des expéditions de levés.

Dès les années 1970, les compagnies pétrolières avaient déjà fait de la prospection exploratoire pour trouver de l’eau douce lorsqu’elles foraient pour trouver du combustible fossile, de sorte que les scientifiques savaient qu’il y avait quelque chose en bas ; mais les données sur la ressource – et la taille du réservoir – étaient en quantité limitée.

Pour remédier à la situation, l’équipe de recherche du Marcus G. Langseth a inspecté les deux emplacements de la côte nord-est pendant 10 jours à la recherche de signes de conductivité électrique dans les eaux situées sous le navire.

L’eau salée est un conducteur d’ondes électromagnétiques (EM) plus efficace que l’eau douce, de sorte que les récepteurs EM déployés au large des côtes ont permis aux chercheurs de cartographier l’étendue du mystérieux aquifère.

Les résultats, publiés dans une étude détaillant la première tentative exhaustive de cartographie de ce réservoir géant, révèlent qu’un système aquifère sous-marin essentiellement continu s’étend sur au moins 350 km de la côte atlantique américaine et contient environ 2 800 kilomètres cubes d’eaux souterraines à faible salinité.

En raison de la nature de la technique de cartographie EM, les résultats demeurent quelque peu interprétatifs pour l’instant, mais l’équipe en déduit que la cache d’eau douce de l’aquifère s’étend probablement du Delaware (à l’extrémité sud) jusqu’au New Jersey, New York, Connecticut, Rhode Island et au Massachusetts.

Aussi fou que cela puisse paraître, le réservoir d’eau souterraine pourrait s’étendre encore plus loin que cela, laissent entendre les chercheurs.

“Si l’on considère les extensions potentielles au nord-est et au sud-ouest au-delà de nos profils, il pourrait y avoir bien plus plus d’eau souterraine sous la partie nord-est du plateau continental atlantique américain, représentant une ressource en eau douce qui rivalise avec les plus grands aquifères terrestres”, expliquent les auteurs.

Quant à la façon dont l’aquifère s’est retrouvé là, les chercheurs disent que cela s’est probablement produit lorsque de grandes quantités d’eau de fonte douce de la dernière période glaciaire ont été emprisonnées dans des sédiments rocheux.

Pour utiliser l’eau à des fins de consommation – si nous décidions un jour de l’exploiter – il faudrait d’abord la dessaler, car certaines parties de l’eau seraient saumâtres (légèrement salées), en particulier les parties les plus proches de la périphérie de l’eau de mer.

Pour l’instant, personne ne suggère que nous devons le faire, mais l’existence de l’aquifère géant suggère que des systèmes d’eau souterraine similaires pourraient facilement être cachés dans d’autres parties du monde plus chaudes et plus sèches, comme la Californie, l’Australie ou le Moyen-Orient.

“Il pourrait s’avérer être une ressource importante dans d’autres parties du monde”, a dit M. Gustafson.

Les résultats sont présentés dans Scientific Reports.

Lire aussi : Ce conteneur permet d’obtenir 2 000 litres d’eau par jour avec l’air

Source : ScienceAlert – traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *