La NASA annonce avec plaisir que la Terre est plus verte, grâce à la Chine et l’Inde qui ont passé 20 ans à planter des arbres

Au milieu de l’alarmisme climatique qui est parfois mal placé, il y a des histoires qui brossent un tableau différent.

Comme l’étude publiée dans Journal of Climate de l’American Meteorological Society, qui montre que les modèles climatiques exagèrent jusqu’à 45 % le réchauffement planétaire dû aux émissions de CO2.

Ou l’étude de la revue Nature Geoscience qui a révélé que les modèles climatiques étaient défectueux. Comme l’a dit l’un des auteurs : “Nous n’avons pas vu cette accélération rapide du réchauffement après 2000 que l’on observe dans les modèles.”

Qu’en est-il des résultats de l’Université d’Alabama-Huntsville qui montrent que l’atmosphère terrestre semble moins sensible aux changements des niveaux de CO2 qu’on ne le pensait auparavant ?

Ou le fait que les populations d’ours blancs augmentent ?

Selon les données recueillies par le gouvernement fédéral, les ours blancs le long de toute la côte ouest de l’île de Baffin sont ‘stables’. Du côté sud-est de l’île (autour d’Iqaluit, capitale du Nunavut), les ours polaires ont même connu une ‘augmentation probable’. Ce n’est que dans le coin nord-est de l’île – dans une zone de gestion qui rencontre le Groenland – que les ours polaires sont soupçonnés d’être en déclin.”

Et ici, le sujet de cet article, notre monde est littéralement un endroit plus vert qu’il y a 20 ans, selon les données des satellites de la NASA. La cause de cette verdure ? L’activité humaine en Chine et en Inde.

plus verte

Tout ce que j’ai écrit plus haut, c’est que ce que nous entendons dans les médias n’est en général qu’un aspect de l’image, et cela ne nous donne pas une idée précise de ce qui se passe. Depuis des années, nous avons rendu compte des problèmes environnementaux d’un point de vue théorique à CE. Regarder les données, regarder au-delà de la politique et simplement voir ce qui se passe. Cette approche montre que la situation est préoccupante dans certains domaines comme la pollution, la qualité de l’air, l’exposition aux champs électromagnétiques, etc., mais l’histoire climatique numéro un dont nous entendons toujours parler, le réchauffement de l’atmosphère par le C02, ne retient tout simplement pas l’eau du point de vue de nombreux scientifiques et ce n’est pas le cas depuis 10 ans que nous en faisons rapport.

Je me souviens d’une conversation que j’ai eue avec Gregg Braden, où nous discutions de recherches sur le climat et de ce que les données montrent VRAIMENT. Au milieu de tout cet alarmisme sur le CO2, j’ai demandé : “Gregg… il me semble qu’il est plus probable que nous nous dirigeons vers une période de refroidissement global que vers une période de réchauffement.” Il a répondu : “C’est précisément ce que les données montrent, et il semble que l’humanité souffre d’amnésie quand il s’agit des cycles du climat.”

En fin de compte, la majorité ne sait pas la vérité et les nouvelles sont en réalité bien meilleures que ce que l’on nous dit. Le défi est qu’il est plus avantageux pour les structures de pouvoir et les entreprises de nous garder dans la peur.

Étude – Le verdissement est induit par l’homme

L’étude de la NASA en surprendra plus d’un, car on ne nous a pas donné un point de vue équilibré sur ce qui se passe dans notre climat depuis un certain temps. Je le répète, oui, il y a des défis que nous devons relever, principalement la pollution de l’eau, de la terre, de l’air et les questions d’agriculture animale.

Les pays les plus peuplés du monde, la Chine et l’Inde, sont à la tête de l’amélioration du verdissement des terres de la Terre. Rien qu’en 2017, l’Inde a battu son propre record mondial du plus grand nombre d’arbres plantés après que les volontaires se soient rassemblés pour planter 66 millions de jeunes arbres en seulement 12 heures ! C’est ainsi que le changement peut se produire rapidement !

Au milieu des années 1990, les données satellitaires ont commencé à brosser un tableau plus vert, ce qui soulève la question de savoir si l’activité humaine contribue ou non à rendre la planète plus verte.

Après 20 ans de collecte de données à partir d’un instrument de la NASA en orbite autour de la Terre sur deux satellites appelés Radiomètre spectral pour imagerie de résolution moyenne (MODIS), nous savons que la couverture verte de la Terre a augmenté de 5% au cours des deux dernières décennies. Cela représente deux millions de kilomètres carrés de plus.

“La Chine et l’Inde représentent un tiers du verdissement, mais ne contiennent que 9% de la surface terrestre de la planète couverte de végétation – un résultat surprenant si l’on considère la notion générale de dégradation des terres dans les pays peuplés due à la surexploitation”, a déclaré Chi Chen du Department of Earth and Environment de l’Université de Boston et auteur principal de cette étude.

plus verte

MODIS a pris jusqu’à quatre photos de tous les endroits de la Terre, tous les jours, depuis 20 ans.

“Ces données à long terme nous permettent d’aller plus loin”, a déclaré Rama Nemani, chercheur scientifique au Centre de recherche Ames de la NASA et coauteur de ces nouveaux travaux. “Lorsque le verdissement de la Terre a été observé pour la première fois, nous pensions qu’il était dû à un climat plus chaud et plus humide et à la fertilisation par l’ajout de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, ce qui a entraîné une croissance accrue des feuilles dans les forêts du Nord, par exemple. Maintenant, avec les données MODIS qui nous permettent de comprendre le phénomène à très petite échelle, nous voyons que les humains y contribuent aussi.”

Bien que toutes les plantations en Chine et en Inde ne compensent pas entièrement les dégâts que nous constatons à travers la coupe à blanc au Brésil et en Indonésie, un bon message émerge encore ici. Lorsque nous reconnaissons qu’il y a un problème, nous avons tendance à faire quelque chose.

“Une fois que les gens réalisent qu’il y a un problème, ils ont tendance à le régler”, dit-il. “Dans les années 70 et 80 en Inde et en Chine, la situation concernant la perte de végétation n’était pas bonne ; dans les années 90, les gens s’en sont rendu compte ; et aujourd’hui les choses se sont améliorées. Les humains sont incroyablement résistants. C’est ce que nous voyons dans les données satellites.”

Lire aussi : Pourquoi boycotter l’huile de palme n’est peut-être pas la meilleure façon de sauver l’environnement

Source : Collective Evolution – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *