L’abeille a été déclarée “l’être vivant le plus important sur la planète”


Lors d’une réunion de la Royal Geographic Society de Londres, Earthwatch Institute a déclaré que les abeilles sont l’espèce la plus précieuse de la planète, comme l’a signalé The Guardian en 2008. Et avec elle vient s’ajouter cette nouvelle troublante. Si les abeilles disparaissaient aujourd’hui, l’humanité ferait de même très bientôt !

Les scientifiques et les experts de la faune sauvage ont joint les abeilles à la liste des espèces qui sont vouées à l’extinction dans un proche avenir si l’humanité ne fait rien pour ses insectes les plus bénéfiques.

L’importance des abeilles

La perte des abeilles sera désastreuse pour l’humanité car elles sont irremplaçables. La relation entre les abeilles et les plantes à fleurs est l’une des coopérations les plus étendues, harmonieuses et interdépendantes de la planète. Une relation née sur une période de près de 100 millions d’années a conduit à la procréation d’une riche diversité d’espèces et a également favorisé l’élévation de l’espèce humaine sur terre.

Il existe plus de 20 000 espèces d’abeilles. Pourtant, un nombre écrasant d’entre elles ne vivent pas dans des ruches. Leur taille varie de 2 mm à 4 cm et elles ne s’adaptent pas bien aux nouveaux types de plantes.

75% des cultures vivrières qui produisent les graines et les fruits que nous consommons sont influencées, au moins partiellement, par la pollinisation. 87 des principales cultures vivrières mondiales sont soutenues en tout ou en partie par la pollinisation. Ceci, à son tour, nourrit des milliers d’espèces d’animaux et d’oiseaux. Ils sont la raison principale de la diversité des espèces végétales. Selon les rapports de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le déclin de la population d’abeilles affecterait négativement les principales cultures comme le café, le cacao, les amandes, les tomates et les pommes, pour n’en citer que quelques-unes.

Plus ancien édulcorant connu et aussi le plus sain, le miel est très recherché depuis l’antiquité. En 2009, les exportations totales des principaux pays producteurs de miel s’élevaient à 2,4 milliards de dollars. C’est une autre vaste source de nourriture qui disparaîtrait avec les abeilles.

La valeur monétaire des cultures mondiales qui dépendent directement des pollinisateurs est de l’ordre de 235 à 577 milliards de dollars par an. C’était un don gratuit de la nature. Il est presque impossible de s’en remettre au processus artificiel. La seule façon de s’en sortir est de soutenir le processus qui mène à la pollinisation naturelle.

Déforestation et pesticides

Nous avons déjà relâché des processus qui, dans un avenir pas trop lointain, pourraient conduire à l’extinction du principal pollinisateur de la planète et, avec lui, à l’extinction d’innombrables autres espèces, dont l’homme. La nécessité de subvenir aux besoins d’une population sans cesse croissante a conduit à l’utilisation de méthodes permettant d’augmenter la production à tout prix, en particulier le défrichement des forêts pour les terres agricoles et l’utilisation accrue des pesticides. 40 % des espèces d’invertébrés pollinisateurs, en particulier les abeilles, sont menacées d’extinction. Cela a entraîné un déclin marqué de la population d’abeilles sauvages et domestiques. De vastes populations ont été décimées dans certaines parties du globe.

Ravageurs, maladies et mobiles

La transmission d’organismes nuisibles et d’agents pathogènes provenant d’autres régions en raison de la mondialisation a affecté la population d’abeilles dans certaines régions. Les ondes produites par les téléphones portables sont blâmées. Selon l’Ecole polytechnique fédérale de Suisse, les abeilles sont désorientées par les ondes émises lors des appels. Daniel Favre, biologiste, et d’autres chercheurs ont produit des preuves qui ont montré que les abeilles étaient dérangées et avertissaient les autres abeilles lorsqu’elles étaient exposées aux ondes, tel que rapporté dans The Australian.

L’interdiction totale de l’utilisation de pesticides toxiques, en particulier les neurotoxines et l’utilisation d’alternatives naturelles, est une nécessité immédiate. Des pratiques agricoles favorables aux pollinisateurs sont indispensables. Les agriculteurs doivent être conscients des besoins de pollinisation de certaines cultures et agir en conséquence. Les habitats fauniques doivent être préservés. Les agriculteurs peuvent diversifier les exploitations agricoles afin de rendre les ressources alimentaires toujours disponibles pour les abeilles. La nécessité de restaurer des pratiques respectueuses de l’environnement doit être encouragée. Cela préservera les habitats des pollinisateurs.

Lire aussi : 20 plantes mellifères à semer pour les abeilles et autres pollinisateurs

Source: TruthTheory – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *