Les calottes polaires de l’Antarctique fuient encore du chlore radioactif provenant d’essais d’armes nucléaires effectués dans les années 1950


Comme si nous n’avions pas assez de soucis, les vastes calottes polaires de l’Antarctique rejettent encore du chlore radioactif, a confirmé une nouvelle étude – les restes des essais nucléaires effectués dans les années 1950.

chlore-36-glace

La bonne nouvelle, c’est que nous savons maintenant que c’est en train de se produire, et cela pourrait nous donner des indications utiles sur le fonctionnement de l’atmosphère terrestre, même si les scientifiques doivent changer leur façon de penser sur la façon dont l’Antarctique stocke et relâche cet élément radioactif.

Lorsque les bombes nucléaires explosent comme ce fut le cas aux États-Unis dans l’océan Pacifique dans les années 1950 et 1960, le chlore 36 est l’un des isotopes radioactifs libérés dans l’air lorsque les neutrons réagissent avec le chlore de l’eau de mer. Depuis lors, d’autres isotopes de ce type sont revenus aux niveaux d’avant les tests, mais pas, apparemment, le chlore 36.

L’isotope est également présent naturellement et est utilisé par les scientifiques pour dater les carottes de glace, ainsi que le béryllium-10. Dans son état standard, cependant, le chlore 36 est emprisonné en permanence par la neige en Antarctique, de sorte que nous ne devrions pas en trouver de traces dans l’atmosphère.

“Il n’y a plus de chlore 36 dans l’atmosphère mondiale”, déclare Mélanie Baroni, géoscientifique au Centre européen de recherche et d’enseignement des géosciences et de l’environnement en France. “C’est… pourquoi nous devrions observer des niveaux naturels de chlore 36 partout.”

En analysant deux zones spécifiques de l’Antarctique – l’une avec relativement peu de chutes de neige annuelles et l’autre avec beaucoup de chutes de neige annuelles – les scientifiques ont découvert que des niveaux élevés de chlore 36 sont encore présents près de la surface de la glace autour du site avec peu de chutes de neige, la station scientifique russe Vostok.

Pas plus tard qu’en 2008, les scientifiques ont découvert que les concentrations naturelles de chlore 36 dans la glace autour de la base étaient dix fois plus élevées. La radioactivité qui en résulte est trop faible pour avoir un impact sérieux sur l’atmosphère terrestre, mais il semble que cet isotope soit plus résistant qu’on ne le pense.

Il s’avère également plus agile que les scientifiques ne l’imaginaient auparavant, sortant des profondeurs de la neige accumulée depuis 1998. C’est une autre découverte qui a surpris les scientifiques.

Les résultats présentés ici pourraient nous aider à mieux comprendre comment le climat de la Terre a évolué au cours de millions d’années – nous pouvons deviner intelligemment en nous basant sur l’âge de la glace sous l’Antarctique, et le chlore 36 est essentiel à ce processus de datation.

Si l’isotope se comporte différemment qu’on ne le pensait auparavant, cela a des répercussions sur la façon dont les carottes de glace peuvent être analysées et datées. Cela pourrait changer certaines des leçons d’histoire que la glace nous a enseignées au fil des ans.

La recherche sert aussi à rappeler l’impact durable que les armes nucléaires peuvent avoir sur l’environnement, des décennies après leur détonation. En fait, des plans sont déjà en cours pour forer une carotte de glace de 1,5 million d’années dans la région.

La recherche a été publiée dans Journal of Geophysical Research – Atmospheres.

Lire aussi : Certaines parties des îles Marshall sont maintenant plus radioactives que Tchernobyl, selon une étude

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *