Quelques photos de Fukushima 5 ans après


Le 11 mars 2011, un séisme sous-marin de magnitude 9,0 a frappé la côte nord-est du Japon, déclenchant un tsunami massif qui a laissé environ 19.000 morts ou disparus.

Dans la petite ville de Namie, tous les résidents ont été évacués après que le tsunami a causé plusieurs dégâts à la centrale nucléaire de Fukushima, et à ce jour, personne n’a été autorisé à revenir sur les préoccupations de la radiation.

Cinq ans plus tard, les images troublantes révèlent l’étendue de la ville fantôme effrayante, qui se trouve à seulement huit kilomètres de la centrale nucléaire.

Une maison isolée se trouve sur le paysage balafré, l'intérieur de la zone d'exclusion, à proximité de la centrale de Fukushima Daiichi (Photo: Getty)

Une maison isolée se trouve sur le paysage balafré, l’intérieur de la zone d’exclusion, à proximité de la centrale de Fukushima Daiichi (Photo: Getty)

Tourisme noir

Depuis la catastrophe de Fukushima, la région est devenue un point chaud pour le «tourisme noir» et attire plus de 2000 visiteurs par an, désireux de voir la suite de l’un des pires accidents nucléaires de l’histoire.

Un guide bénévole, Shinichi Niitsuma, 70 ans, a déclaré : «Il n’y a pas d’endroit comme Fukushima – sauf peut-être Tchernobyl – pour voir à quoi ressemble un terrible accident nucléaire”.

“Je veux que des visiteurs voient cette ville morte, qui n’est pas juste un simple héritage, mais un désespoir clair et présent.”

La plupart des zones sont toujours fermées aux résidents en raison de la contamination radioactive de la catastrophe nucléaire de Fukushima (Photo : Getty)

La plupart des zones sont toujours fermées aux résidents en raison de la contamination radioactive de la catastrophe nucléaire de Fukushima (Photo : Getty)

Niitsuma est l’un des 10 guides bénévoles locaux qui organisent des visites de sites à Namie et d’autres communautés de Fukushima, y compris les zones étroitement réglementées.

Les bénévoles emmènent les visiteurs à travers des bâtiments laissés intacts comme des niveaux extrêmement élevés de radiation entravent les travaux de démolition.

Les guides utilisent des dosimètres de surveillance afin d’éviter soigneusement les “radiations élevées”.

fukushima-5years(3)

Une rue déserte où la végétation et les éléments commencent à prendre place à l'intérieur de la zone d'exclusion (Photo : Getty)

Une rue déserte où la végétation et les éléments commencent à prendre place à l’intérieur de la zone d’exclusion (Photo : Getty)

Le temps s’arrête

Pendant la tournée, les gens peuvent voir une école primaire qui a été touchée par le tsunami. Les horloges sur les murs de la classe sont arrêtées à 15h38, l’instant précis où les vagues tueuses sont arrivées.

Dans le gymnase, une bannière pour l’obtention de diplôme de 2011 plane toujours sur une scène et la centrale nucléaire paralysée est visible à travers les fenêtres brisées.

Un ancien professeur de lycée, Akiko Onuki, 61 ans, a survécu au tsunami qui a coûté la vie à six de ses étudiants et un collègue, et est aujourd’hui l’un des guides bénévoles.

Onuki dit : «Nous devons nous assurer qu’il n’y aura plus de Fukushima”.

Un couloir de l'école vide à l'intérieur de la zone d'exclusion de la contamination radioactive (Photo : Getty)

Un couloir de l’école vide à l’intérieur de la zone d’exclusion de la contamination radioactive (Photo : Getty)

La perspective d’un touriste

Chika Kanezawa a dit qu’elle était «choquée» par les conditions qu’elle a vu.

La femme de 42 ans de Saitama, au nord de Tokyo, a déclaré : «La télévision et les journaux rapportent que la reconstruction progresse et la vie revient à la normale. Mais en réalité, rien n’a changé ici”.

Le fermier laitier Masami Yoshizawa conserve encore près de 300 vaches à Namie au mépris d’un ordre gouvernemental pour les faire abattre.

Un cimetière se trouve dans paysage balayé par le tsunami à l'intérieur de la zone d'exclusion (Photo : Getty)

Un cimetière se trouve dans paysage balayé par le tsunami à l’intérieur de la zone d’exclusion (Photo : Getty)

Yoshizawa a expliqué qu’il garde le bétail vivant pour protester contre l’exploitant Tokyo Electric Power et le gouvernement.

Il a dit : «Je veux dire aux gens partout dans le monde : Voici ce qui me peut vous arriver demain”.

La catastrophe a forcé à mettre la douzaine de réacteurs japonais hors ligne pendant environ deux ans face aux inquiétudes du public sur la sécurité et les craintes de l’exposition aux radiations.

Mais le gouvernement a insisté pour redémarrer les réacteurs, affirmant que le pays pauvre en ressources a besoin de l’énergie nucléaire.

Certains résidents locaux souffrent encore de la douleur de la perte d'êtres chers et n'ont aucun espoir de retourner à la maison (Photo : Getty)

Certains résidents locaux souffrent encore de la douleur de la perte d’êtres chers et n’ont aucun espoir de retourner à la maison (Photo : Getty)

«Ce n’est pas un voyage amusant, mais c’est un voyage nécessaire»

Certains résidents locaux souffrent encore de la douleur de la perte d’êtres chers et n’ont aucun espoir de retour à la maison, ils disent qu’ils ont des sentiments mitigés en voyant des touristes marcher d’un pas lourd sur les restes de leur ancienne ville natale.

Le professeur d’anglais Tom Bridges, qui vit à Saitama, a dit qu’il était en mesure de partager la colère et la frustration des victimes grâce à la visite touristique.

Il a dit : «Ce n’est pas un voyage amusant, mais c’est un voyage nécessaire”.

Une station de surveillance de radiation se trouve dans le paysage dévasté (Photo : Getty)

Une station de surveillance de radiation se trouve dans le paysage dévasté (Photo : Getty)

Source : Metro.co.uk

1 réponse

  1. magma13 dit :

    SAuf q’auctuellement avec la coupe du monde de Rugby les japonais sont encore plus mauvais que les nord coréens la mafia gère bien le pays puisqu’il est impossible d’avoir des photos satelllites !!! Google map est devenu le suppléant de l’hypocrisie en mettant une central neuve comme au premier jour ! L’explosion des maladies a venir est dramatique !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *