Les scientifiques trouvent la preuve que les pôles magnétiques de la Terre s’inversent


La forme du champ magnétique de la Terre est définie par deux facteurs : les particules qui viennent du soleil et les pôles magnétiques nord et sud.

En dehors de faire pointer les boussoles au nord, le champ magnétique qui couvre la Terre protège également notre planète contre les rayonnements toxiques venant de l’espace. En d’autres termes, il protège la vie sur Terre.

Malgré ce que nous pensons, le champ magnétique de la Terre n’est pas constamment stable. Il a été constaté que tous les milliers d’années, le champ magnétique s’inverse, ce qui signifie que le nord pointe au sud et le sud pointe vers le nord. Cela a également pour résultat de rendre le champ magnétique moins puissant.

Au cours des 160 dernières années, le champ magnétique de la Terre est devenu de plus en plus faible. Cette diminution est concentrée sur une grande partie de l’hémisphère sud, couvrant une région du Chili au Zimbabwe, appelée «l’anomalie de l’Atlantique Sud». Le champ magnétique est tellement faible qu’il est dangereux pour les satellites et autres engins spatiaux d’orbiter sur cette zone, car ils sont exposés à un fort rayonnement, ce qui affecte leur électronique.

Cette diminution peut indiquer que les pôles magnétiques vont peut-être se renverser, ce qui aura pour conséquence d’influencer nos systèmes de navigation et d’électricité. En outre, à mesure que des quantités plus importantes de rayonnements entreraient dans l’atmosphère, une hausse des taux de cancer serait attendue. Il n’y a pas encore une compréhension approfondie de l’intensité de ces changements. Ainsi, les scientifiques tentent de trouver des indices, en utilisant même certaines méthodes inattendues, comme l’archéomagnétisme, qui explore les archives archéologiques pour trouver des informations sur le champ magnétique du passé.

La vallée de la rivière Limpopo est un domaine qui a fourni aux scientifiques les premières informations archéomagnétiques concernant l’Afrique australe pour la période de 1000 à 1600 ap J.-C. Vers 1300 ap J.-C., le champ magnétique dans cette région a semblé subir une diminution rapide, semblable à la contemporaine. Et après, il a commencé à augmenter, pas très rapidement. Par conséquent, ce phénomène semble être répété, ce qui soulève la question de savoir si cela peut arrivé plus que ces deux fois qui sont enregistrées.

Au cours des dix dernières années, les scientifiques ont obtenu des données sur les ondes sismiques des séismes, qui peuvent fournir des informations sur la densité des couches de la Terre, en fonction de la vitesse de déplacement des vagues. La frontière entre le noyau et le manteau sous une région de l’Afrique australe se caractérise par une vitesse d’onde sismique très lente. Ce qui est intéressant ici, c’est que son voisinage est voisin avec la région de polarité inversée. L’observation que les deux domaines sont si proches a aidé les scientifiques et ils suggèrent un modèle qui relie les deux phénomènes. C’est-à-dire que le flux de fer dans le noyau terrestre est affecté par le manteau africain, et par conséquent, un changement se produit dans le comportement du champ magnétique à l’extrémité est de la province sismique, ce qui entraîne l’inversion de la polarité.

Le modèle suggère que l’inversion progresse rapidement et diminue à un rythme plus lent. Et dans certains cas, une telle région peut gagner une étendue qui pourrait prévaloir sur le champ magnétique de l’hémisphère sud et faire basculer les pôles. Cependant, il y a encore beaucoup de preuves à trouver pour que le modèle proposé soit développé davantage.

Alors, le champ actuel va-t-il se renverser dans les mille prochaines années, ou continuer à devenir de moins en moins intense ? La question est toujours ouverte.

Source : The Mind Unleashed

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *