Si votre chat est névrosé, il ne fait probablement que vous refléter


Nous savons déjà que les chats peuvent être aussi névrosés que leurs propriétaires, mais à quel point les liens de personnalité entre les félins et les humains qui les servent sont-ils importants ?

Plutôt des liens solides, selon une nouvelle recherche menée par des scientifiques du Royaume-Uni, qui ont découvert que les traits de personnalité des propriétaires de chats étaient en corrélation avec les comportements apparentés de leurs animaux de compagnie – ce qui suggère que, dans une certaine mesure, votre chat peut absorber et refléter des aspects de votre propre personnalité.

“De nombreux propriétaires considèrent leurs animaux de compagnie comme un membre de la famille, ce qui crée des liens sociaux étroits avec eux”, explique Lauren Finka, chercheuse en bien-être animal de l’Université Nottingham Trent au Telegraph.

“Il est donc fort possible que les animaux domestiques soient affectés par notre façon d’interagir avec eux et de les gérer, et que ces deux facteurs soient à leur tour influencés par nos différences de personnalité.”

Finka et son équipe ont interrogé plus de 3 000 propriétaires de chats, posant une série de questions qui les mesuraient à une échelle connue sous le nom de Modèle des Big Five, qui évalue l’agréabilité, la conscienciosité, l’extraversion, le neuroticisme et l’ouverture.

Ce qu’ils ont découvert, c’est un certain nombre de corrélations qui non seulement prédisent le bien-être général du chat, mais aussi sa propre personnalité.

Par exemple, on a associé le neuroticisme du propriétaire à des chats considérés comme ayant un “problème de comportement”, ce qui pourrait être mis en évidence par des comportements d’agression, d’anxiété ou de peur ou liés au stress, en plus de problèmes de santé ou de surpoids.

Nous avons déjà vu ce genre d’association dans des recherches antérieures, mais ce n’est pas tout.

Les chercheurs ont également constaté que les propriétaires de chats ayant obtenu de meilleurs résultats en matière d’extraversion étaient plus susceptibles d’avoir des animaux qui jouissaient eux-mêmes d’une plus grande liberté à l’extérieur, tandis que les participants qui avaient l’air sympathiques ont déclaré être plus satisfaits de leurs félins (peut-être plus agréables).

Bien sûr, comme nous le savons bien, la corrélation n’est pas synonyme de causalité, mais les chercheurs pensent qu’il pourrait y avoir quelque chose de semblable ici – bien qu’il faille d’autres études comme celle-ci pour élaborer sur le lien.

“La majorité des propriétaires veulent prodiguer les meilleurs soins à leurs chats, et ces résultats mettent en évidence une relation importante entre notre personnalité et le bien-être de nos animaux de compagnie”, explique Finka.

“D’autres recherches sont nécessaires pour étudier la nature causale de cette relation – et pour voir si, et comment, les personnalités du propriétaire influencent directement le comportement et le bien-être de leur chat.”

En fait, les résultats sont moins surprenants qu’on ne le pense au départ. Les personnes qui aiment les chats les traitent souvent comme un membre humain de la famille ; les enfants en viennent souvent à adopter des formes de comportement que leurs parents exhibent, tout comme, hypothétiquement, les chats.

“Les chats sont un mini-moi”, a déclaré au Times Danielle Gunn-Moore, chercheuse en médecine féline de l’Université d’Édimbourg, qui n’a pas participé à cette étude.

“Ce sont des créatures sensibles fortement affectées par les gens qui les entourent. Ils sont intimement liés à leurs propriétaires et ils ont un effet l’un sur l’autre.”

Ce qu’il est important pour nous de garder à l’esprit dans cette association séduisante, c’est qu’il ne s’agit pas seulement de personnalités félines, il s’agit aussi de leur bien-être.

La façon dont nous traitons ces animaux petits et fascinants a un impact démontré sur leur santé physiologique et psychologique, d’une manière dont nous ne sommes peut-être même pas conscients.

Nous devons prendre davantage conscience du fonctionnement de ce lien si nous voulons le meilleur pour nos amis félins.

“Il se peut que les chats ne trouvent pas toujours facile de vivre comme nos animaux de compagnie”, a dit Finka à PsyPost, “et il est important que nous soyons conscients de l’impact positif et négatif que notre comportement peut avoir sur eux.”

Les résultats sont présentés dans PLOS One.

Lire aussi : Des chercheurs ont créé la musique parfaite pour relaxer les chats stressés

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *