Le rover Curiosity est entré en “mode sans échec” la semaine dernière, et nous ne savons toujours pas pourquoi


Le rover Curiosity de la NASA, qui a atterri en 2014, a eu un “hoquet” lors de son démarrage la semaine dernière – mais les scientifiques sur Terre l’ont remis en ligne et travaillent à résoudre ce qui ne va pas.

“Nous ne sommes toujours pas sûrs de la cause exacte de l’incident et nous recueillons les données pertinentes pour analyse”, a déclaré Steven Lee, directeur adjoint du projet Curiosity au Jet Propulsion Laboratory de la NASA, dans un article sur cet incident.

“Le rover a été remis à zéro une seule fois, mais il a fonctionné normalement depuis, ce qui est bon signe.”

Lorsque Curiosity a tenté de se reconnecter après une période d’inactivité – un processus qui a été exécuté plus de 30 fois auparavant – un bug a déclenché un “mode sans échec”.

Après une fin de semaine d’inactivité, le contrôle de mission a réussi à remettre le rover en service.

Mais cela ne signifie pas pour autant que Curiosity, qui cherche à savoir si la Planète rouge pourrait soutenir la vie, est encore hors de portée des ennuis – surtout quelques semaines seulement après que la NASA ait abandonné tout espoir de ranimer son rover Opportunity.

De retour sur Terre, les scientifiques s’efforcent de reconstituer de manière scientifique le récit de ce hoquet en téléchargeant un instantané de sa mémoire.

Ils prennent également une pause dans leur travail scientifique – ce qui est frustrant pour les chercheurs, a souligné Space.com, parce qu’ils étaient sur le point de forer une “roche intrigante” à environ 200 mètres de l’emplacement actuel du rover.

“À court terme, nous limitons les commandes au véhicule afin de minimiser les changements à sa mémoire”, a dit M. Lee.

“Nous ne voulons détruire aucune preuve de ce qui a pu causer la réinitialisation de l’ordinateur. Par conséquent, nous nous attendons à ce que les activités scientifiques soient suspendues pour une courte période de temps.”

Lire aussi : La NASA publie les premiers sons de Mars

Sources : ScienceAlert, Futurism – Traduit par Anguille sous roche


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *