Un ingrédient dans le dentifrice contribuerait à l’une des « plus grandes menaces pour la santé mondiale »

dentifrice

Une substance couramment présente dans le dentifrice pourrait aggraver le problème global de la résistance aux antibiotiques, selon des chercheurs de l’Université du Queensland, en Australie.

La résistance aux antibiotiques survient lorsque les bactéries développent la capacité de vaincre les médicaments conçus pour les tuer. De nos jours, elle est considérée par l’OMS comme l’une des « plus grandes menaces pour la santé mondiale ». L’utilisation excessive et l’abus des antibiotiques sont généralement reconnus comme les facteurs clés contribuant à la résistance à ces substances. Cependant, savoir si les produits chimiques antimicrobiens peuvent induire directement la résistance aux antibiotiques n’était pas claire – jusqu’à présent.

Le triclosan, une substance couramment utilisée dans des milliers de produits de soins personnels, fait ici l’objet d’une étude publiée dans la revue Environment International. « Les eaux résiduaires des zones résidentielles ont des niveaux de bactéries résistants aux antibiotiques similaires et même supérieurs aux hôpitaux, où l’on s’attendrait à des concentrations plus élevées d’antibiotiques », a déclaré Jianhua Guo, principal auteur de l’étude. « Nous nous sommes alors demandé si des produits chimiques antimicrobiens non antibiotiques tels que le triclosan pouvaient induire directement une résistance aux antibiotiques. Ces produits chimiques sont utilisés en quantités beaucoup plus importantes au quotidien, ce qui peut induire une multirésistance ».

Pour l’étude, les chercheurs ont exposé la bactérie E. coli au triclosan et constaté que la substance modifiait la biologie de la bactérie, de sorte que celle-ci développait effectivement une résistance à plusieurs antibiotiques. « Nous avons des preuves solides que le triclosan trouvé dans les produits de soins personnels que nous utilisons quotidiennement accélère la propagation de la résistance aux antibiotiques », poursuit le chercheur.

Les chercheurs appellent donc à ce que les impacts potentiels de tels produits chimiques soient réévalués. Rappelons qu’environ 700 000 personnes dans le monde meurent chaque année, victimes des « superbactéries », qui ne sont pas soignées par les traitements standards. Et le problème ne devrait que s’aggraver : selon l’étude sur la résistance aux antimicrobiens, il y aura environ 10 millions de morts par an d’ici 2050 si nous ne trouvons pas de solutions proactives maintenant.

Vous retrouverez tous les détails de cette étude dans la revue Environment International.

Source : SciencePost

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *