Précognition : Une étude montre comment le corps humain peut détecter les événement 1 à 10 secondes avant qu’ils ne se produisent

Précognition

Au cours des dernières décennies, une quantité importante et digne de mention de recherche scientifique a émergé, contribuant à l’idée que la précognition humaine pourrait très bien être réelle, et que nous pourrions tous posséder ce potentiel ; parmi diverses autres capacités humaines étendues. Grâce aux recherches de divers scientifiques présentées dans cet article, les capacités humaines étendues commencent à sortir du domaine de la pensée superstitieuse, de l’illusion et de l’irrationalité et à se frayer un chemin dans le monde des phénomènes confirmés. Des prétentions de prémonition ou de “récit futur” se sont produites “tout au long de l’histoire humaine dans pratiquement toutes les cultures et à toutes les époques”. (source)

Il n’est pas difficile de voir pourquoi nous sommes si fascinés par ces concepts, ils sont ancrés dans la culture populaire aujourd’hui à travers divers débouchés tels que les films ; ce qui peut parfois être contre-productif étant donné qu’ils sont fusionnés avec des histoires et des événements fictifs. À l’instar du phénomène extraterrestre, la validité de ces concepts semble se rétrécir du fait qu’ils ne sont “que des films”. Bien que les histoires qui accompagnent ces types de phénomènes dans les films sont probablement en grande partie factices, les concepts ont une certaine validité. Examinons la vérité qui se cache derrière la pré-connaissance et les prétentions de “dire l’avenir”.

La science

“Il semble y avoir une profonde inquiétude que tout le champ soit terni par l’étude d’un phénomène qui est teinté par son association avec la superstition, le spiritisme et la magie. Se protéger contre cette possibilité semble parfois plus important que d’encourager l’exploration scientifique ou de protéger la liberté académique. Mais cela est peut-être en train de changer.” Cassandra Vieten, PhD et présidente-directrice générale de l’Institut des sciences noétiques (source).

Qu’est-ce que la précognition exactement ? Il s’agit essentiellement de la capacité d’avoir une prémonition d’un événement futur qui ne pourrait pas être anticipé par un processus connu. C’est l’influence d’un événement futur qui n’a pas encore eu lieu sur les réponses d’un individu. Ces réponses peuvent prendre la forme de leur biologie, il peut s’agir de réponses conscientes dont l’individu est conscient, ou de réponses inconscientes dont l’individu n’est pas conscient (ce qui est le plus souvent le cas lorsqu’il s’agit de l’examen scientifique de la précognition) et plus encore.

“La précognition fait référence à la prédiction non référentielle d’événements futurs.” (source)

Une étude (méta-analyse) publiée récemment dans la revue Frontiers in Human Neuroscience intitulée Predicting the unpredictable : critical analysis and practical implications of predictive anticipatory activity a examiné un certain nombre d’expériences sur ce phénomène menées par plusieurs laboratoires différents.

Ces expériences indiquent que le corps humain peut détecter au hasard des stimuli qui se produisent de 1 à 10 secondes à l’avance. En d’autres termes, le corps humain semble connaître un événement et réagit à un événement qui ne s’est pas encore produit. Ce qui se produit dans le corps humain avant ces événements sont des changements physiologiques qui sont mesurés en ce qui concerne le système cardio-pulmonaire, la peau et le système nerveux. (1)

Il est important de noter que ces types de réactions à des événements futurs qui sont mesurés dans le corps sont des réponses inconscientes, ce qui signifie que le sujet (humain) n’est pas conscient qu’elles se produisent réellement. Il s’agit donc d’une forme de pré-connaissance, mais pas de prémonitions conscientes.

Le fait que les changements de notre activité physiologique dans le système nerveux autonome changent et se préparent aux événements futurs est remarquable, et le fait qu’il s’agit d’une “précognition inconsciente” ne doit pas nous enlever le fait qu’elle nous aide à mieux comprendre le phénomène de la précognition consciente dans un sens scientifique. Nous attendons toujours que la science rattrape le temps perdu et fournisse une explication de la précognition consciente, que le phénomène ait été observé ou non.

Plus de 40 expériences sur ce phénomène chez l’homme ont été publiées au cours des 36 dernières années (dont : Hartwell, 1978Radin et al., 19952011Bierman and Radin, 1997Radin, 19972004;Don et al., 1998Bierman, 2000Bierman and Scholte, 2002McDonough et al., 2002;Spottiswoode and May, 2003McCraty et al., 2004a,bSartori et al., 2004May et al., 2005;Tressoldi et al., 200520092011Radin and Borges, 2009Bradley et al., 2011). C’est ce qui a favorisé la méta-analyse.

L’analyse a conclu que :

“L’anticipation physiologique prédictive d’un événement futur vraiment choisi au hasard et donc imprévisible est à l’étude depuis plus de trois décennies, et une méta-analyse conservatrice récente suggère que le phénomène est réel. (1)

Un autre article récemment publié dans le Journal of Personality and Social Psychology par le professeur Daryl J. Bem, professeur à l’université Cornell, suggère que la précognition peut être réelle. Le Dr Bern est un psychologue social de premier plan et a été très respecté tout au long de sa longue et estimée carrière. Son travail suggérant que la précognition peut être réelle est donc un grand bond en avant pour ce type de phénomène.(2)

L’étude du Dr Bem décrit neuf expériences impliquant plus de 1000 participants qui “testent l’influence rétroactive en inversant les effets psychologiques bien établis, de sorte que les réponses de l’individu soient obtenues avant que les événements présumés de stimulation causale ne se produisent”. (2)

Après avoir examiné ces expériences, le Dr Bem a conclu que toutes, sauf une, ont donné des résultats statistiquement significatifs. Le document et les expériences sont fournis dans les sources énumérées.

Là encore, la précognition a été bien documentée et observée dans des laboratoires du monde entier. Le simple fait que la recherche de l’ISP ne soit pas en mesure d’expliquer les phénomènes observés ne discrédite pas le phénomène lui-même.

“Historiquement, la découverte et l’exploration scientifique de la plupart des phénomènes ont précédé les théories explicatives, souvent de plusieurs décennies, voire de plusieurs siècles.” – Dr. Bern (source pg 3)

Une autre étude du Dr Dean Radin, l’un des auteurs mentionnés dans la première étude utilisée dans cet article, a mené quatre expériences en double aveugle qui montrent également que certaines intuitions, mesurées par les fluctuations du système nerveux autonome, impliquent une perception inconsciente d’événements futurs qui n’ont pas encore eu lieu, et les expériences ont soutenu cette idée.(3)

Une autre étude importante (méta-analyse), publiée dans Journal of Parapsychology par Charles Honorton et Diane C. Ferrari en 1989, examine un certain nombre d’études publiées entre 1935 et 1987. Les études impliquaient des tentatives de prédire “l’identité des stimuli cibles choisis au hasard sur des intervalles allant de quelques centaines de millions de secondes à un an après les réponses des individus”. Ces auteurs ont examiné plus de 300 études menées par plus de 60 auteurs, en utilisant environ 2 millions d’essais individuels réalisés par plus de 50 000 personnes. (4)

Elle conclut que leur analyse des expériences de pré-reconnaissance “confirme l’existence d’un effet de pré-reconnaissance faible mais très significatif. L’effet semble pouvoir être répété ; des résultats significatifs sont rapportés par 40 chercheurs qui utilisent une variété de paradigmes méthodologiques et de populations de sujets. L’effet de précognition n’est pas seulement un écart inexpliqué par rapport à une base théorique aléatoire, mais plutôt un effet qui varie en fonction de facteurs connus pour influencer des aspects plus familiers de la performance humaine”. (4)

Pourquoi ce type de précognition est-elle inconsciente ? Et a-t-il le potentiel de devenir conscient ?

Encore une fois, comme nous l’avons déjà mentionné dans l’article, la science derrière la précognition fait référence à la précognition inconsciente. Cela signifie que la réaction aux événements futurs avant qu’ils ne se produisent est mesurée par des changements physiologiques, et cela semble très clair.

Mais pourquoi en serait-il ainsi ? Si notre corps (des parties de notre système nerveux) peut obtenir des informations sur des événements quelques secondes dans le futur, pourquoi n’aurions-nous pas l’incapacité de ne pas rendre cette information consciente ? Peut-être que nous avons ce potentiel.

Les chercheurs de la première étude utilisée dans cet article suggèrent que cela pourrait être le cas parce que l’information n’est pas utile, semblable à la majorité de l’information qui est habituellement traitée inconsciemment. Ils suggèrent également que l’esprit conscient peut ne pas être capable de prendre des décisions aussi rapidement. Ils affirment qu’il pourrait être avantageux, du point de vue de l’évolution, que le traitement inconscient évalue les événements à venir, les filtre, mobilise des ressources et n’informe qu’à ce moment-là la conscience consciente.(1)

Références :

(1) http://journal.frontiersin.org/Journal/10.3389/fnhum.2014.00146/full#B22

(2) http://dbem.ws/FeelingFuture.pdf

(3) http://www.deanradin.com/FOC2014/Radin2004Presentiment.pdf

(4) http://www.deanradin.com/FOC2014/Honorton1989precogMA.pdf

Source : Collective Evolution – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *