Étude : Il existe peut-être des exoplanètes mieux adaptées à la vie que la Terre


La recherche d’une exoplanète habitable a été frustrante. Bien que nous ayons trouvé un tas de planètes rocheuses en orbite à la bonne distance de leur étoile, des recherches plus poussées n’ont jusqu’à présent rien donné d’autre que des roches stériles.

Mais selon de nouvelles recherches utilisant la modélisation informatique pour explorer les conditions qui pourraient exister sur différents types d’exoplanètes, il pourrait y avoir des endroits où la vie est absolument florissante – encore plus que sur Terre.

Et tout cela a à voir avec les océans.

“Notre travail vise à identifier les océans des exoplanètes qui ont la plus grande capacité d’accueillir une vie active et abondante à l’échelle planétaire”, explique la géophysicienne Stephanie Olson de l’Université de Chicago.

“La vie dans les océans de la Terre dépend de la remontée d’eau qui renvoie les nutriments des profondeurs sombres de l’océan vers les parties ensoleillées de l’océan où vit la vie photosynthétique. Plus il y a de remontées d’eau, plus il y a de réapprovisionnement en nutriments, ce qui signifie plus d’activité biologique. Ce sont les conditions que nous devons rechercher sur les exoplanètes.”

Olson et son équipe ont utilisé un logiciel appelé ROCKE-3D développé par le Goddard Institute for Space Studies de la NASA pour modéliser des exoplanètes rocheuses. Ils ont modélisé une gamme de différentes exoplanètes pour explorer lesquelles seraient les plus susceptibles de développer et de maintenir la vie, en se basant sur la circulation océanique.

Ils ont constaté que des atmosphères plus épaisses combinées à des vitesses de rotation plus lentes et à la présence de continents produisaient toutes des taux de remontée d’eau plus élevés.

“C’est une conclusion surprenante”, a dit Olson.

“Cela nous montre que les conditions sur certaines exoplanètes avec des modèles de circulation océanique favorables pourraient être mieux adaptées pour supporter une vie plus abondante ou plus active que la vie sur Terre.”

Nous savons que les océans salés sont probablement là, au-delà du système solaire. En plus de la Terre, nous savons que Mars était autrefois assez humide, par exemple. Et il y a aussi les lunes – Europe, Encelade, Callisto et Ganymède comptent parmi les grandes lunes du système solaire qui semblent avoir des océans liquides.

Ces mondes voisins ne répondent cependant pas aux critères établis par la recherche. Mars est sèche et a un mince murmure d’atmosphère, et les lunes énumérées ont à peine – là aussi – des atmosphères ; nous ne sommes pas certains non plus de leur statut continental à l’heure actuelle.

Mais il y a beaucoup plus d’exoplanètes dans la galaxie qu’il n’y a de lunes dans le système solaire. L’an dernier, les scientifiques ont publié une estimation selon laquelle jusqu’à 35 % de toutes les exoplanètes connues plus grandes que la Terre devraient être riches en eau.

Jusqu’à présent, le premier critère dans la recherche d’exoplanètes habitables a été de savoir si une planète se trouve dans la zone habitable – où les températures ne sont pas assez chaudes pour que les océans liquides se vaporisent, ni assez froides pour qu’ils gèlent.

Cette nouvelle recherche ajoute quelques paramètres qui pourraient être utilisés lors de recherches futures, et pourrait même éclairer le développement d’une instrumentation optimisée pour la détection de ces paramètres.

“Dans notre recherche de la vie dans l’Univers, nous devrions cibler le sous-ensemble de planètes habitables qui sera le plus favorable aux grandes biosphères actives à l’échelle mondiale, car ce sont les planètes où la vie sera la plus facile à détecter – et où les non-détections seront les plus significatives”, a dit M. Olson.

La recherche a été présentée au Goldschmidt Geochemistry Congress à Barcelone.

Lire aussi : L’exoplanète GJ 357d abriterait la vie, la NASA pourrait en montrer la preuve

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *