Cette start-up a mis au point un arbre artificiel capable de purifier l’air des villes !


Alors que la tendance actuelle est de planter des millions d’arbres pour tenter d’atténuer les effets du réchauffement climatique, une start-up a développé un arbre artificiel. L’objectif ? Transformer les gaz à effet de serre (GES) comme le dioxyde de carbone en oxygène.

Changer les GES en oxygène

Dans plusieurs pays, des opérations de reforestation voient le jour depuis quelques années. Par exemple, l’Éthiopie a tout récemment planté 350 millions d’arbres en un jour, et l’Australie prévoit d’en planter un milliard d’ici à 2050. Le débat autour de l’efficacité de telles mesures pour ralentir le réchauffement climatique existe néanmoins, et ce pour plusieurs raisons.

Et si la solution se trouvait ailleurs ? La start-up mexicaine BiomiTech a mis au point un arbre artificiel baptisé BioUrban, comme l’explique Digital Trends dans un article du 16 août 2019. L’objectif est de transformer les gaz à effet de serre comme le dioxyde de carbone en oxygène. En somme, il s’agit de faire le travail assuré habituellement par les forêts.

Crédits : BiomiTech

Un concept plutôt citadin

Tout d’abord, il faut souligner que le BioUrban est un concept destiné principalement aux espaces urbains. Alors que 70 % de la population mondiale vivra en ville à l’horizon 2050, il est indéniable que la présence de végétation y sera plus que jamais importante. L’objectif de l’arbre BioUrban est donc de recycler l’air ambiant à raison de 13 millions de mètres cubes d’air chaque année. Ceci est plutôt une bonne nouvelle puisqu’en effet, 7 millions de personnes meurent chaque année de maladies en lien avec la pollution.

L’arbre purificateur BioUrban mesure quatre mètres de hauteur et intègre des micro-algues dans son processus de dépollution. Selon BiomiTech, le dispositif est capable de traiter d’autres polluants que le CO2. En effet, la liste est également composée des oxydes d’azote et les fameuses particules fines de différentes tailles (PM10, PM5 et PM2, 5).

Pour l’instant, trois unités ont été installées en Amérique du Sud, dans le cadre d’une phase de test. D’autres pourraient voir le jour à Mexico, capitale du Mexique, où la pollution fait rage depuis des années. Par ailleurs, l’appareil en question est en réalité la deuxième version du concept BioUrban. Celui-ci a été également décliné en modèles destinés aux intérieurs (logements et entreprises).

Lire aussi : Ces panneaux de toiture peuvent purifier l’air pollué 100 fois plus rapidement que les arbres grâce à la photosynthèse de plantes

Source : SciencePost

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *