5 des expériences scientifiques les plus effrayantes


La science est généralement là pour prendre des choses effrayantes et les rendre moins inquiétantes. La science nous dit que Michael Myers n’a pas pu survivre à ces blessures, qu’un requin géant ne chercherait pas à se venger, et que Chucky devrait en réalité compter presque entièrement sur des armes projectiles.

Cela dit, certains scientifiques semblent consacrés à explorer toutes les façons de rendre réelle l’horreur lovécraftienne pour leurs sujets de test. Ils ont découvert que…

5. La stimulation du cerveau peut vous faire sentir une “personne fantôme” derrière vous

Les bons gadgets peuvent mettre une silhouette fantôme dans une pièce avec vous. Les scientifiques ont en fait découvert le processus derrière la façon dont nous créons des fantômes dans notre propre esprit. Et ils peuvent maintenant reproduire le processus à volonté… vous savez, au cas où nous aurions besoin de le faire.

Il a été démontré que la stimulation à l’aide d’électrodes et d’un appareil robotique fait croire aux sujets qu’ils sont entourés de multiples spectres, ceux qui rôdent alternativement, imitent des mouvements, et se touchent même le dos avec des doigts invisibles.

Selon le professeur Olaf Blanke, “notre expérience a induit pour la première fois la sensation d’une présence étrangère au laboratoire. Elle montre qu’elle peut survenir dans des conditions normales, simplement par le biais de signaux sensorimoteurs contradictoires. Cela confirme qu’elle est causée par une altération de la perception de leur propre corps dans le cerveau”. Une autre façon de le dire, c’est qu’ils ont foutu la trouille à certaines étudiantes en accrochant des trucs à leur corps jusqu’à ce qu’elles pensent que le labo était hanté.

Incroyablement, le but de tout cela n’était pas de trouver une nouvelle façon amusante et excitante d’induire une crise cardiaque. Il s’agissait plutôt d’identifier les parties du cerveau qui nous amènent à voir les esprits et de fournir une explication rationnelle à de nombreuses revendications du surnaturel consigné. La prochaine fois que quelqu’un sort de chez lui en criant à propos des fantômes, vous pouvez le calmer en lui disant : “En fait, c’était de la science ! Les fantômes sont dans ton crâne.”

4. Le jeu “Bloody Mary” vous fait vraiment voir des monstres

Si vous ne connaissez pas ce “jeu-défi”, un participant au cours d’une soirée quelconque dûment choisi se regarde dans un miroir à la lueur d’une bougie en disant le nom “Bloody Mary” à plusieurs reprises. C’est tout. Eh bien, sauf pour la partie du rituel où un visage hideux de “Bloody Mary” apparaît dans le reflet. Mais ce n’est qu’une légende urbaine d’adolescents, non ?

De façon alarmante, les chercheurs ont découvert que ce phénomène particulier est réel, mais dans notre esprit. Cela a été le cas effrayant pour les personnes participant aux expériences du Dr. Giovanni Caputo, qui l’appelle l’illusion de l’étrange visage dans le miroir. Il s’agissait d’amener 50 sujets à regarder un miroir dans une pièce mal éclairée pendant dix minutes, jusqu’à ce que des abominations indescriptibles commencent à apparaître. Selon l’étude, il fallait généralement moins d’une minute pour que les gens voient des choses comme des versions ratées de leur propre visage, des parents morts, des portraits de leurs ancêtres et des monstres.

C’est vraiment tout ce qu’il faut. Vous pouvez essayer l’expérience vous-mêmes.

Ce qui se passe en fait, c’est ce qu’on appelle l’adaptation neuronale, ce qui signifie que les neurones de notre cerveau deviennent un peu fous lorsqu’on les oblige à regarder la même chose pendant de longues périodes de temps. Quant au Dr Caputo, il ne s’est apparemment pas contenté d’embobiner les insouciants pour les confronter à des êtres fantastiques et monstrueux. C’est ainsi qu’il concoctera aussi une expérience où 20 “jeunes en bonne santé” doivent se regarder les uns les autres, les yeux dans les yeux, dans des conditions de faible luminosité. Et alors que ce scénario ressemble à un jeu complètement différent que jouent les adolescents lors de soirées pyjama, Caputo a découvert une fois de plus que, comme le dit le vieil adage, toutes les routes mènent aux monstres.

3. La tromperie de la réalité virtuelle déverrouille des illusions étranges du corps

Les chercheurs de l’Institut Karolinska de Stockholm voulaient placer la barre plus haut dans le double domaine de la manipulation de l’esprit des gens et de la peur de l’horreur corporelle. Pour cela, ils savaient qu’ils avaient besoin d’une technologie de pointe.

Afin d’apprendre comment notre relation avec nos propres bras et jambes affecte notre perception du monde qui nous entoure, ils ont plongé des bénévoles dans divers paysages d’enfer à l’aide de casques de réalité virtuelle et de mannequins, tout cela pour leur faire croire que leurs divers membres avaient la taille d’une poupée barbie. Ils l’ont également testé sur eux-mêmes, l’un des scientifiques décrivant le processus : “C’est un phénomène fou et drôle d’être une petite poupée Barbie touchée par une main gigantesque qui est plus grande que son propre corps.” C’est pas du tout flippant de dire ça !

L’objectif final de ces expériences est prétendument de mieux contrôler à distance les robots pour des choses comme la réparation de conduits en eau profonde et la microchirurgie. Et pour étudier plus avant comment notre cerveau crée une image de soi, ils ont aussi recréé des expériences hors du corps avec des appareils de réalité virtuelle, une petite déception, et juste un soupçon de sadisme :

“Dans les deux études, les participants portaient des lunettes de protection accrochées à des caméras placées derrière eux, de sorte qu’ils avaient une vue sur leur propre dos. Ensuite, ils ont été stimulés physiquement de façon à améliorer ou à réduire le sentiment que leur peau se trouvait à l’extérieur de leur corps. Pour être certain – et pour obtenir des données plus précises – il a relié ses participants à des dispositifs de surveillance du stress, puis il a frappé avec un marteau à l’endroit où se trouvait le membre illusoire. Les relevés ont bien montré des signes de stress. Beaucoup de participants ont aussi visiblement cligné des yeux.”

2. Induire la terreur impensable qu’est la paralysie du sommeil

Comme tous ceux qui ont déjà vécu ce phénomène peuvent vous le dire, la paralysie du sommeil n’est qu’une promenade dans le parc de l’horreur. En gros, vous vous réveillez, vous êtes incapable de bouger vos membres, puis vous commencez à avoir des hallucinations incroyablement réalistes qui vont des scénarios d’intrusion (“dans lesquels la personne ressent la présence d’un individu malfaisant et menaçant”), aux hallucinations dites “incubes” (où vous pensez qu’une créature est assise sur votre poitrine pour vous étrangler), aux expériences extérieures (vous êtes subitement en train de regarder votre propre personne paralysée).

Croyez-le ou non, il y a des gens qui tentent délibérément de susciter ces cas d’impuissance hideuse et gelée afin de réaliser davantage de rêves extraordinaires. Des gens plus rationnels préféreraient éliminer complètement la paralysie du sommeil de leur vie, de sorte que les chercheurs travaillent fort pour étudier le problème… en réveillant les bénévoles toutes les heuresles cauchemars du réveil commencent. Après tout, comment pouvez-vous traiter l’horreur sans provoquer l’horreur ? Citons simplement les notes de l’étude :

“Elle a été soudainement attaquée par la paralysie. Elle ressentait une peur beaucoup plus forte que jamais auparavant. Elle a essayé de combattre la paralysie en se retournant dans son lit. Cependant, malgré une tentative de se retourner, sa paralysie n’a pas cessé.”

Un autre sujet :

“Il a essayé de bouger ses mains, mais il ne pouvait pas. Il a entendu des bruits étranges comme une cassette qui s’enroule rapidement.”

Ce n’est pas si mal. Voyons comment s’est déroulé la séance du dernier sujet.

“Dans le rêve, elle a vu le ‘dieu du tonnerre’ voler au-dessus d’elle, puis ses pieds ont été paralysés. Elle a eu peur de sa paralysie et s’est réveillée. Elle a vu le visage étrange d’un homme sur le mur de la chambre.”

Doux Jésus.

1. En jouant avec l’air, on peut semer la peur chez l’intrépide

Il est donc clair que les scientifiques travaillent jour et nuit pour trouver de nouvelles façons étonnantes de terroriser les gens qui ne se doutent de rien. Mais ces scientifiques sont déconcertés par un groupe particulier de personnes qui ne peuvent physiquement pas ressentir de peur à un degré réel, parce qu’elles n’ont pas une amygdale fonctionnelle. Les scientifiques, bien sûr, ont pris cela comme un défi et se sont mis à leur faire peur.

Justin Feinstein, de l’Université de l’Iowa, a découvert que les sujets atteints de la maladie cérébrale susmentionnée ne se soucient pas du carburant standard de la chair de poule, comme les serpents, les araignées, les clowns qui conduisent des camionnettes, ou même une combinaison bizarre des trois à leur porte avant. En fait, ils ne pouvaient même pas reconnaître les indices faciaux qui indiquaient la peur sur le visage des autres. Mais le Dr Feinstein a fini par découvrir que même les personnes qui n’ont pas peur sur le plan clinique peuvent être effrayées – il suffit simplement de brouiller l’air qu’elles respirent.

Les cerveaux SM, AM et BG montrent des taches foncées là où devraient normalement se trouver les parties qui produisent des sensations fortes. Et ce que Feinstein a découvert, c’est que même ces trois individus, qui ont eu le malheur d’être maudits par l’une des pires superpuissances du monde, peuvent être effrayés par rien de plus que de faire croire à leur cerveau qu’ils suffoquent.

Respirer des niveaux élevés de CO2 – déclencher une alarme dans le cerveau qui crie “VOUS NE POUVEZ PAS RESPIRER” – a fait ressentir à ces gens de la peur, puis de la panique. Et si cela ne vous semble pas si terrible, n’oubliez pas que ces sujets ne savaient pas auparavant à quoi ressemblait la peur. Pensez-y un instant. Feinstein a dit : “Les patients ont éprouvé beaucoup plus de peur et de panique que les témoins”, probablement parce que le groupe témoin savait ce qu’ils ressentaient. Pour le groupe atteint de lésions cérébrales, il s’aventurait dans un royaume de terreur dont il ne connaissait même pas l’existence auparavant.

Alors…. mission accomplie ?

Source : Cracked.com – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *