Facebook fait des progrès sur son casque pour lire dans les pensées


Facebook veut vraiment entrer dans votre tête.

facebook-lecture-pensées-casque

En 2017, Facebook a annoncé qu’il travaillait sur une interface cerveau-ordinateur conçue pour permettre aux utilisateurs de taper comme sur un clavier en pensant simplement aux mots. Et aujourd’hui, l’entreprise a révélé pour la première fois le chemin parcouru dans sa quête pour faire d’un tel appareil une réalité.

“Imaginez un monde où toutes les connaissances, le plaisir et l’utilité des smartphones d’aujourd’hui seraient instantanément accessibles et entièrement mains libres”, peut-on lire sur un article d’un blog Facebook. “Où vous pourriez vous connecter avec les autres d’une manière significative, indépendamment des distractions externes, des contraintes géographiques, et même des handicaps et limitations physiques.”

L’essentiel de l’annonce d’aujourd’hui : Facebook collabore avec des chercheurs de l’Université de Californie à San Francisco pour construire un appareil qui pourrait aider les patients atteints de lésions neurologiques à reparler en analysant l’activité de leur cerveau en temps réel.

Dans un article publié aujourd’hui dans la revue Nature Communications, l’équipe de chercheurs a fait part de ses derniers progrès sur un tel appareil.

Dans les expériences, ils ont posé une question aux participants et leur ont demandé de dire la réponse à haute voix. En examinant les lectures des moniteurs d’électrocorticographie à haute densité – des électrodes qui sont implantées chirurgicalement directement à la surface du cerveau – ils ont pu trouver la réponse avec des taux de précision “jusqu’à 61 %” en examinant uniquement les signaux du cerveau.

Les chercheurs affirment que leurs résultats “démontrent le décodage en temps réel de la parole dans un environnement interactif et conversationnel, ce qui a des implications importantes pour les patients qui sont incapables de communiquer”.

Mais il y a encore beaucoup de domaines à travailler, surtout si l’on considère l’objectif des chercheurs de “décoder en temps réel 100 mots par minute avec un vocabulaire de 1 000 mots et un taux d’erreur de moins de 17 %”, selon Facebook.

Lors des premiers essais, le vocabulaire des réponses possibles était extrêmement limité et le taux de réussite laisse beaucoup de place à l’amélioration.

Et puis il y a le caractère invasif du placement chirurgical d’électrodes directement sur la surface du cerveau – un modèle très différent d’un casque d’écoute élégant qui est destiné aux consommateurs ordinaires.

Mais le laboratoire de recherche de Facebook explore déjà une alternative prometteuse : l’infrarouge. En mesurant les niveaux d’oxygénation sanguine, Facebook croit qu’il peut créer une interface cerveau-ordinateur moins encombrante – et beaucoup moins invasive.

En d’autres termes, Facebook ne va pas entrer dans vos pensées de sitôt. Un appareil qui peut nous permettre à tous de déplacer une souris, de taper des commentaires sur Facebook et de jouer à des jeux avec nos seules pensées est encore loin d’être au point.

Et cela ne manquera pas non plus de soulever de nombreuses questions concernant la protection de la vie privée. Nos pensées sont l’un des derniers havres de paix qui n’ont pas encore été exploités par les grandes entreprises technologiques qui accumulent les données.

“Pour moi, le cerveau est le seul endroit sûr pour la liberté de pensée, de fantasmes et de dissidence”, a déclaré Nita Farahany, professeure à l’Université Duke spécialisée en neuroéthique, au MIT Technology Review. “Nous approchons de l’ultime frontière de la vie privée en l’absence de toute protection.”

Lire aussi : Neuralink : Elon Musk dévoile le dispositif pour connecter votre cerveau à un smartphone

Source : Futurism – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *