Neuralink : Elon Musk dévoile le dispositif pour connecter votre cerveau à un smartphone


“Un singe a été capable de contrôler un ordinateur avec son cerveau”, a dit Elon Musk, en se référant aux tests de l’appareil.

puce-neuralink

  • Neuralink cherche à construire une interface cerveau-machine qui relierait le cerveau humain aux ordinateurs.
  • Aucun test n’a été effectué chez l’homme, mais la société espère obtenir l’approbation de la FDA et commencer les essais chez l’homme en 2020.
  • Selon M. Musk, cette technologie offre essentiellement aux humains la possibilité de “fusionner avec l’IA”.

Elon Musk veut créer une interface cerveau-machine qui aide l’homme à “réaliser une sorte de symbiose avec l’intelligence artificielle”.

Neuralink – la société secrète d’Elon Musk qui développe une interface cerveau-machine – a fait une présentation mardi qui a décrit ses premiers pas vers la construction de cette technologie, sur laquelle elle travaille depuis deux ans. La révélation principale ? Des “fils” flexibles qui enregistrent l’activité des neurones et une machine qui insère ces fils dans le cerveau.

L’objectif est de construire une interface qui permette au cerveau d’une personne de contrôler un smartphone ou un ordinateur, et de rendre ce processus aussi sûr et routinier que la chirurgie Lasik. Actuellement, Neuralink n’a expérimenté que sur des animaux. Dans le cadre de ces expériences, l’entreprise a utilisé un robot chirurgical pour intégrer dans le cerveau d’un rat une minuscule sonde comportant environ 3 100 électrodes sur une centaine de fils flexibles – chacun d’entre eux étant beaucoup plus petit qu’un cheveu humain.

Cet appareil peut enregistrer l’activité des neurones, ce qui pourrait aider les scientifiques à en apprendre davantage sur les fonctions du cerveau, particulièrement dans le domaine des maladies et des troubles dégénératifs. L’appareil a également été conçu pour stimuler les cellules du cerveau, bien qu’un livre blanc publié par l’entreprise indique qu’elle ne l’a pas encore fait.

puce

Neuralink

“Il y a une quantité incroyable de choses que nous pouvons faire pour résoudre les troubles cérébraux et les lésions cérébrales, et cela se produira assez lentement”, a dit M. Musk dans sa présentation mardi. “Ce sera un processus lent où nous augmenterons progressivement les problèmes que nous résoudrons jusqu’à ce que nous puissions faire une interface cerveau-machine complète.”

L’une des révélations les plus surprenantes est venue quand Elon Musk a dit que cet appareil a été testé sur au moins un singe, qui a été capable de contrôler un ordinateur avec son cerveau. (M. Musk n’a pas fourni d’autres détails.) Les expériences de Neuralink impliquent l’insertion d’une sonde dans le cerveau de l’animal par le biais d’une chirurgie invasive avec un robot ressemblant à une machine à coudre qui perce des trous dans le crâne. Une fois intégrée, l’entreprise se connecte à la sonde via USB.

implant-puce

Neuralink

Finalement, Neuralink espère utiliser des faisceaux laser pour intégrer l’appareil, qui utiliserait une interface sans fil, “afin que vous n’ayez pas de fils qui sortent de votre tête”, a dit Elon Musk. “C’est très important.”

Ce produit sans fil – appelé capteur N1 – serait composé de quatre capteurs implantés dans le cerveau : trois dans les zones motrices et un dans une zone somatosensorielle, une zone du cerveau responsable des sensations à l’intérieur ou à la surface du corps. À ses débuts, le capteur N1 permettrait aux utilisateurs de contrôler les smartphones avec leur cerveau, un peu comme “apprendre à taper au clavier [pour] jouer du piano”, a dit M. Musk.

Le dispositif de Neuralink n’est pas le premier exemple d’interface cerveau-machine, mais l’entreprise affirme que sa technologie est à la pointe de la technologie, principalement parce qu’elle utilise des “fils” plus petits et plus flexibles pour l’enregistrement neuronal, au lieu d’électrodes rigides en métal ou de semi-conducteurs. L’entreprise suggère que son approche serait plus sûre et causerait moins d’inflammation dans le cerveau.

“Le dispositif a un potentiel énorme, et nous espérons l’implanter chez un patient humain d’ici la fin de l’année prochaine”, a dit Elon Musk.

Mais avant que cela ne se produise, Neuralink doit d’abord obtenir l’approbation de la FDA en établissant que sa technologie fonctionne de manière sûre et efficace chez les animaux. Il convient également de noter que, comme certains des autres objectifs d’Elon Musk, Neuralink a décrit son calendrier d’essais humains pour 2020 comme étant “ambitieux”.

M. Musk – qui a dit un jour que l’I.A. est la plus grande menace existentielle de l’humanité – a suggéré qu’il est logique pour les humains de travailler à fusionner avec la technologie.

“Même dans un scénario d’IA bénigne, nous serons laissés pour compte”, a déclaré Elon Musk mardi. “Avec une interface cerveau-machine à large bande passante, nous pouvons faire le voyage. Nous pouvons effectivement avoir la possibilité de fusionner avec l’IA.”

Lire aussi : Elon Musk : La civilisation pourrait s’effondrer en 30 ans

Source : Big Think – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *