La NASA publie une superbe image de la traversée de l’ISS devant le Soleil

Étrangement, le Soleil ne présentait aucune tache solaire au moment où la photo a été prise.

  • La photo montre la Station spatiale internationale en orbite autour de la Terre, comme elle le fait toutes les 90 minutes.
  • La photo est remarquable parce qu’elle offre un aperçu de l’étoile à une époque où il n’y avait pas de taches solaires.
  • En novembre, les astronautes à bord de l’ISS prévoient cultiver des plants de piment Capsicum annuum.

La NASA a publié une magnifique photo montrant la Station spatiale internationale traverser devant le Soleil. En ce qui concerne la photo, qui a été prise par Rainee Colacurcio, les responsables de la NASA ont écrit :

“Le passage du Soleil n’est pas très inhabituel pour l’ISS, qui gravite autour de la Terre toutes les 90 minutes environ, mais il est rare de trouver le bon moment et le bon équipement pour obtenir une bonne image. Bizarrement, à part cette fausse tache, dans ce récent composite à deux images, le Soleil n’avait pas de vraies taches solaires. La photo en vedette combine deux images – l’une capturant la station spatiale en transit vers le Soleil – et l’autre, prise consécutivement, capturant les détails de la surface du Soleil.”

La photo est remarquable car elle offre un aperçu de l’étoile à un moment où elle était dépourvue de taches solaires. Comme la NASA l’a décrit plus en détail :

“Les taches solaires sont rares sur le soleil depuis l’aube du minimum solaire actuel, une période de faible activité solaire. Pour des raisons qui ne sont pas encore bien comprises, le nombre de taches solaires qui se sont produites pendant les minimums solaires précédents et actuels a été exceptionnellement faible.”

Rainee Colacurcio

Le minimum solaire est le point le plus bas de l’activité durant le cycle solaire – la période de 11 ans pendant laquelle l’activité du Soleil fluctue. Durant son point culminant d’activité solaire, le Soleil peut provoquer des changements observables sur Terre.

Source de l’image : NASA – Illustration d’un cycle solaire

“Les éruptions géantes sur le Soleil, telles que les éruptions solaires et les éjections de masse coronale, augmentent également pendant le cycle solaire”, ont écrit les responsables de la NASA. “Ces éruptions envoient de puissantes rafales d’énergie et de matière dans l’espace. Cette activité peut avoir des effets sur la Terre. Par exemple, les éruptions peuvent causer des lumières dans le ciel, appelées aurores boréales, ou avoir un impact sur les communications radio. Des éruptions extrêmes peuvent même affecter les réseaux électriques sur Terre.”

Image d’une éjection de masse coronale observée par le satellite de l’Observatoire solaire et héliosphérique (SOHO) de la NASA en 2001. Source de l’image : ESA/NASA/SOHO

En raison de ces effets, les scientifiques font de leur mieux pour prévoir l’activité solaire :

“Certains cycles ont des maximums avec beaucoup de taches solaires et d’activité. D’autres cycles peuvent avoir très peu de taches solaires et peu d’activité. Les scientifiques travaillent d’arrache-pied pour améliorer notre capacité à prédire la force et la durée des cycles solaires. Ces prévisions peuvent les aider à prévoir ces conditions solaires, qu’on appelle la météo spatiale. La prévision du cycle solaire peut aider les scientifiques à protéger nos communications radio sur Terre et à assurer la sécurité des satellites et des astronautes de la NASA.”

L’ISS et ses astronautes ne seront pas touchés par l’augmentation de l’activité solaire, mais ils auront probablement plus de chances de voir des aurores – communément appelées les aurores boréales.

NASA

En novembre, les astronautes de la NASA à bord de l’ISS prévoient cultiver des plants de piment. En cas de succès, ce sera le premier fruit cultivé dans l’espace par l’agence spatiale. La capacité de cultiver des aliments nutritifs dans l’espace serait une nécessité pour les missions spatiales à longue distance.

“Nous recherchions également des variétés qui ne poussent pas trop hautes, mais qui sont très productives dans les environnements contrôlés que nous utiliserions dans l’espace”, a déclaré Ray Wheeler, physiologiste végétal de la NASA, à Dylan Bida au Rio Grande Sun. “Les astronautes ont souvent exprimé le désir d’avoir des aliments plus épicés et plus savoureux, et donc avoir un peu de saveur chaude semblait aussi être une bonne chose. En plus, beaucoup de poivrons sont très riches en vitamine C, ce qui est important pour les régimes de l’espace.”

Lire aussi : Une incroyable photo prise de la station spatiale montre l’éruption du volcan Raikoke

Source : Big Think – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *