Une technologie de l’U.S Air Force peut frapper avec l’impact d’une arme nucléaire sans retombées radioactives


La guerre du Vietnam a commencé en 1955 et n’a pris fin qu’en 1975. On ne peut qu’imaginer le nombre d’armes utilisées au cours des vingt années qui ont précédé la fin du conflit. Pourtant, une arme en particulier (utilisée par les États-Unis) n’utilisait pas le feu ou la poudre à canon pour causer des dommages. Tout ce qu’il fallait, c’était de la gravité et un peu de métal.

Baptisées les bombes “Lazy Dog”, ces armes cinétiques étaient de petits tubes de métal en forme de missile mesurant environ 5 centimètres de longueur et moins de 2 centimètres de diamètre. Équipées d’ailerons, elles seraient larguées par centaines sur les ennemis, certainement mal préparés à un tel bombardement.

Tel que rapporté par We Are The Mighty, ces bombes Lazy Dog seraient larguées par des avions à partir d’une certaine altitude, et atteindraient des vitesses allant jusqu’à 800 km/h. À partir d’une hauteur de 900 mètres, elles seraient capables de percer un trou de 22 centimètres de profondeur dans le béton. Inutile de dire qu’on ne souhaite pas en recevoir une sur la tête.

Les bombes Lazy Dogs n’ont pas le monopole de ce concept ; si vous voulez compter les armes qui s’appuient simplement sur la gravité, ne cherchez pas plus loin que le trébuchet. Task & Purpose écrit que Jerry Pournelle, ancien combattant de l’armée américaine et ingénieur de Boeing, a également eu une idée similaire, bien qu’il ait utilisé des pièces de métal plus longues et les a larguées à partir de hauteurs suborbitales. Il est intéressant de noter que Pournelle a eu ces réflexions dans les années 1950, au début de la guerre du Vietnam.

Projet Thor

Pournelle a eu l’idée du nom de “Project Thor”, bien qu’on lui ait finalement donné le titre beaucoup plus menaçant de tiges de Dieu. Comme expliqué par Pop’Sciences, les tiges de Dieu étaient des baguettes en tungstène de près de 6 mètres de longueur et 30 centimètres de diamètre. Une paire de satellites serait placée à des milliers de kilomètres au-dessus de la Terre, l’un contrôlerait le ciblage et les communications, tandis que l’autre transporterait un nombre incalculable de tiges.

En commençant par ceux qui surveillent et contrôlent les satellites au sol, et en terminant par l’impact des tiges, toute l’épreuve pourrait se dérouler en 15 minutes. Les tiges de Dieu pourraient atteindre des vitesses biens supérieures à la vitesse du son.

Le meilleur de tous ? Le projet Thor pourrait avoir un impact avec la force d’une arme nucléaire, sans les retombées nucléaires qui affecteraient l’environnement et toute personne assez malheureuse pour s’y trouver.

L’équivalent de nos jours

Le projet Thor n’a jamais été transformé en véritable arme, car il était tout simplement trop cher à lancer, mais le concept d’une arme à énergie cinétique n’a pas disparu. En fait, on assiste à une certaine résurgence. En 2013, le 846e Escadron d’essai de l’U.S. Air Force a procédé à l’essai d’une “tête de projectile à énergie cinétique” qui s’est déplacée à presque 1000 kilomètres par seconde, soit trois fois la vitesse du son. Plus tôt ce mois-ci, la Marine a mis à l’essai un canon électromagnétique à longue portée sur rail et son projectile électromagnétique hyper-vitesse. D’après Scout, il peut tirer une ogive cinétique “à plus de 8000 km/h”.

S’adressant à Task & Purpose, Matt Weingart, responsable du développement du programme d’armement chez Lawrence Livermore, a expliqué que si une bombe traditionnelle utilise des explosifs chimiques pour causer des dommages, les armes cinétiques n’ont besoin que de vitesse et de masse.

Air Force

Avant et après un essai effectué par le Laboratoire national Lawrence Livermore à l’aide d’une coque fabriquée à partir de panneaux composites en carbone. Crédit image : Lawrence Livermore National Laboratory

“Pour les bombes traditionnelles, la violence provient de l’explosif chimique qui se trouve à l’intérieur de la bombe et qui envoie une onde de choc suivie par les fragments de la bombe”, a déclaré Weingart. “Mais la différence avec les projectiles à énergie cinétique est que l’ogive arrive à la cible en se déplaçant très, très rapidement ; l’énergie est là pour propulser ces fragments sans l’utilisation d’un explosif chimique pour les accélérer. Plus il y a de masse, plus il y a de violence.”

On ne sait pas très bien combien d’argent l’armée américaine pourrait économiser en passant aux armes cinétiques, ni à quel point nous sommes loin des applications pratiques de l’armement cinétique dans des scénarios réels. Pourtant, à mesure que la technologie progresse, ce n’est qu’une question de temps avant que nous intégrions l’espace à la guerre et que nous trouvions de nouvelles façons d’accroître la puissance de nos armes.

Source : Futurism

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *