La Chine trolle Taïwan avec son drone furtif « Soaring Dragon » et ses drones civils


En réponse, l’armée de l’air taïwanaise a envoyé des avions de patrouille aérienne de combat pour traquer les avions chinois.

WZ-7 Soaring Dragon. Weibo/Taiwan News

L’armée taïwanaise a détecté le drone chinois WZ-7 “Soaring Dragon” pour la première fois dans la zone d’identification de défense aérienne (ADIZ) du pays.

L’armée a suivi cinq navires de guerre chinois et 26 avions militaires chinois autour de Taïwan jeudi, et parmi deux types de drones militaires, se trouvait le WZ-7 Soaring Dragon, selon un rapport publié par Taiwan News.

“26 avions de l’Armée de l’air de l’Armée populaire de libération chinoise (PLAAF) et cinq navires avaient été détectés autour de Taïwan. Parmi eux, deux chasseurs Sukhoi Su-30 et deux chasseurs bombardiers Xi’an JH-7 ont franchi la ligne médiane”, a annoncé le ministère taïwanais de la Défense nationale (MND).

“Un drone BZK-007 du Guizhou a volé juste à côté de la limite sud-ouest de la ligne médiane, et quatre chasseurs J-16 de Shenyang, un avion de guerre électronique Y-9 de Shaanxi et un Soaring Dragon WZ-7 du Guizhou ont pénétré dans le coin sud-ouest de la ADIZ de Taïwan.”

En réponse, l’armée de l’air taïwanaise a envoyé des avions de patrouille aérienne de combat, émis des alertes radio et suivi les avions chinois avec des missiles anti-aériens basés à terre.

Selon les données du MND, la présence du WZ-7 est remarquable car c’est la première fois qu’on le voit empiéter sur la ADIZ de Taïwan.

Le WZ-7 Soaring Dragon est un véhicule de haute altitude et de longue endurance (HALE), fonctionnellement et esthétiquement comparable au RQ-4 Global Hawk de Northrop Grumman.

L’arrivée des BZK-007 et WZ-7 s’inscrit dans une tendance à l’escalade des “intrusions” de drones chinois dans la ZADI de Taïwan en mer de Chine orientale, note le rapport.

On ne sait toujours pas si la Chine va passer d’un aéronef piloté à un aéronef sans pilote pour ses “incursions” dans la ZADI ou si une combinaison des deux est en préparation.

Qu’est-ce que le HALE WZ-7 ?

Le WZ-7 chinois, également connu sous le nom de Soaring Dragon, est un type de drone HALE (High-Altitude Long Endurance).

Le drone de la Guizhou Aircraft Industry Corporation, qui a été créé par le Chengdu Aircraft Industry Group, a été dévoilé pour la première fois au public lors de l’édition 2021 du salon aéronautique de Zhuhai en Chine.

Le WZ-7 serait l’un des plus grands drones de reconnaissance au monde, selon les informations publiées par le ministère chinois de la Défense.

Le drone peut fournir des informations aux lanceurs de missiles balistiques comme le DF-21D chinois. Il est prétendument doté d’un équipement avancé de communication de combat et de brouillage électronique qui peut être utilisé comme classe de transmission de communication à haute altitude. Le WZ-7 peut également voler jusqu’à la flotte de l’adversaire pour activer le dispositif de brouillage électronique.

Le WZ-7 est propulsé par le turboréacteur Guizhou WP-13, placé à l’arrière du drone et dont l’entrée d’air est montée sur la partie supérieure du fuselage. Le drone a une portée maximale de 7 000 km et une vitesse de croisière de 750 km/heure.

Il mesure 5,41 mètres de haut, 14,33 mètres de long et a une envergure de 24,86 mètres. Le WZ-7 peut transporter 650 kg de charge utile et a une autonomie de vol de dix heures.

Des drones civils chinois se moquent de l’armée taïwanaise

Samedi, une série de brefs clips vidéo sont apparus sur le site Web chinois de médias sociaux Weibo, montrant des drones civils chinois “se moquant de l’armée taïwanaise”, rapporte CNN.

Les militaires taïwanais lancent des pierres sur les drones civils chinois. WEIBO

Le WZ-7 est propulsé par le turboréacteur Guizhou WP-13, placé à l’arrière du drone et dont l’entrée d’air est montée sur la partie supérieure du fuselage.

Le drone a une portée maximale de 7 000 km et une vitesse de croisière de 750 km/heure.

Lire aussi : Pékin accuse Washington de créer une « OTAN du Pacifique » pour protéger Taïwan

Source : Interesting Engineering – Traduit par Anguille sous roche


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *