La FDA a approuvé un dispositif de traitement de la dépendance aux opioïdes

dépendance aux opioïdes

Le 15 novembre, la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a annoncé l’approbation d’un dispositif appelé Neuro-Stim System Bridge (NSS-2 Bridge), qui vise à réduire les symptômes de sevrage des opioïdes. C’est le premier appareil médical de ce genre qui a reçu la bénédiction de la FDA.

Le NSS-2 Bridge est un dispositif relativement simple qui se fixe sur la peau derrière l’oreille, une puce électronique est utilisée pour transmettre des impulsions électriques contrôlées afin de stimuler quatre nerfs crâniens dans la partie du cerveau associée au traitement de l’information sur la douleur.

Commercialisé par Innovative Health Solutions, une société de l’Indiana, le Bridge a déjà été autorisé à traiter la douleur chronique et aiguë en 2014. Selon la FDA, la nouvelle approbation “élargit l’utilisation du dispositif comme aide pour réduire les symptômes de sevrage des opioïdes”, bien qu’il ne soit disponible que sur ordonnance. Mais c’est assez coûteux, car les traitements Bridge précédents coûtent entre 600 et 800 dollars.

Il n’y a cependant pas grand-chose à dire sur l’efficacité générale de ce traitement. La FDA a accordé la permission pour le dispositif après avoir passé en revue les données d’une étude clinique qui a travaillé avec “73 patients souffrant de sevrage physique dû aux opioïdes”, dit l’annonce. Les essais ont montré que 64 de ces 73 patients, soit 88%, ont réussi à s’éloigner des opioïdes après cinq jours d’utilisation du Bridge. Il y a clairement une efficacité ici, bien que le nombre de répondants aurait pu être plus élevé.

Vers un meilleur traitement

Un dispositif de traitement de la dépendance aux opioïdes est toujours une bonne nouvelle, d’autant plus que l’usage abusif des opioïdes continue d’être une menace dans la société américaine. Les National Institutes on Drug Abuse signalent qu’environ 90 Américains meurent chaque jour d’une overdose d’opioïdes, et une grande partie de cette surdose provient d’un mauvais usage d’analgésiques sur ordonnance, ainsi que d’une overdose d’héroïne et d’opioïdes synthétiques comme le fentanyl.

Pendant ce temps, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) font remarquer que l’abus d’opioïdes sur ordonnance coûte aux États-Unis environ 78,5 milliards de dollars par an, en raison des dépenses de santé, de la perte de productivité, du traitement de la toxicomanie et de l’implication de la justice pénale.

“Compte tenu de l’ampleur de l’épidémie de dépendance aux opioïdes, nous devons trouver de nouveaux moyens novateurs d’aider les personnes actuellement dépendantes à vivre dans la sobriété avec l’aide d’un traitement médicalement assisté”, a déclaré le commissaire de la FDA Scott Gottlieb dans l’annonce à la presse. “Alors que nous continuons à chercher de meilleurs médicaments pour le traitement du trouble lié à l’usage d’opioïdes, nous devons aussi chercher des dispositifs qui peuvent nous aider dans cette thérapie.”

Gottlieb a noté qu’il existe déjà trois médicaments approuvés pour le traitement de la dépendance aux opioïdes, mais la FDA demeure “déterminée à soutenir le développement de nouveaux traitements, à la fois médicaments et dispositifs, qui peuvent être utilisés pour traiter la dépendance aux opioïdes ou la toxicomanie, ainsi que de nouveaux traitements non toxicomanogènes pour la douleur qui peuvent servir d’alternatives aux opioïdes”.

En effet, il y a un certain nombre d’autres efforts pour combattre l’épidémie d’opioïdes, y compris une application qui suit les surdoses d’opioïdes partout aux États-Unis en temps réel. Certains se tournent vers l’intelligence artificielle (IA) pour trouver des solutions, tandis que d’autres testent des dispositifs qui pourraient remplacer les analgésiques non toxicomanogènes. Afin de mettre fin à la crise des opioïdes, il est également nécessaire d’améliorer nos connaissances sur le fonctionnement des comportements de recherche de drogues.

Source : Futurism

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *