La montée de la reconnaissance faciale devrait tous nous préoccuper

Il semble que les masses endormies s’éveillent enfin aux dangers pour la vie privée posés par l’essor de la technologie de la reconnaissance faciale.

Au cours des dix dernières années, notre monde a été complètement transformé avec la croissance exponentielle de la technologie numérique. Les progrès technologiques avec les processeurs informatiques et Internet ont rapidement transformé notre monde en un monde qui ressemble à certains des films et romans de science-fiction les plus connus. Pas un seul jour ne passe sans un rapport sur une technologie émergente ou une nouvelle caractéristique d’un produit déjà existant. Au cours des dix dernières années seulement, les technologies de l’information, le chiffrement, l’industrie médicale et la technologie d’impression 3D, pour n’en nommer que quelques-uns, ont connu une croissance rapide.

Malheureusement, la technologie étant un outil, des développements tout aussi effrayants se produisent au cours des deux premières décennies du XXIe siècle. Plus précisément, la capacité des gouvernements et des acteurs privés de surveiller et d’espionner l’activité de la personne moyenne est presque devenue la norme. En fait, il est devenu banal d’entendre les Américains répondre aux avertissements d’un avenir orwellien avec le trope intemporel : “Si vous ne faites rien de mal, il n’y a rien à cacher !” C’est pourquoi il est d’autant plus surprenant de voir un surplus de rapports récents examinant les dangers et les implications d’un monde où la technologie de reconnaissance faciale est courante.

Voici un petit échantillon des manchettes actuelles liées à la reconnaissance faciale :

Même le Washington Post a publié un avertissement intitulé “Ne souriez pas pour la surveillance : Pourquoi les scanners faciaux dans les aéroports sont un piège à la vie privée”.

Les questions entourant la technologie émergente ont atteint un point de basculement assez important pour que, pas plus tard que cette semaine, les démocrates de la Chambre des représentants interrogent le Département de la sécurité intérieure sur l’utilisation de la technologie de reconnaissance faciale sur les citoyens américains. The Hill a rapporté que plus de 20 démocrates de la Chambre ont envoyé une lettre vendredi au DHS au sujet de l’utilisation de la technologie de reconnaissance faciale par les douanes et la protection des frontières (CBP) dans les aéroports américains. La patrouille frontalière prétend qu’elle met en œuvre le programme de reconnaissance faciale dans un certain nombre d’aéroports en vertu d’un mandat du Congrès et d’un décret du président Donald Trump. Les législateurs disent que le programme était censé cibler les passagers étrangers, pas les Américains.

Le groupe de législateurs a écrit :

“Nous vous écrivons pour vous faire part de nos inquiétudes au sujet d’informations selon lesquelles l’U.S. Customs and Border Protection (CBP) utilise la technologie de reconnaissance faciale pour scanner les citoyens américains dans le cadre du programme de sortie biométrique.”

La lettre adressée au DHS vient peu après qu’un représentant du Government Accountability Office (GAO), le House Oversight and Reform Committee, ait déclaré que le FBI a accès à des centaines de millions de photos qui sont utilisées pour les recherches de reconnaissance faciale. Gretta Goodwin, une représentante du GAO, a déclaré que le FBI utilise de vastes bases de données de photos – y compris celles des permis de conduire, des passeports et des photos d’identité – pour chercher des criminels potentiels. Gretta Goodwin a noté que le FBI dispose d’une base de données de 36 millions de photos d’identité et d’un accès à plus de 600 millions de photos, y compris l’accès à 21 bases de données de permis de conduire d’État.

Le représentant Jim Jordan de l’Ohio a rappelé à Mme Goodwin que le FBI a accès à plus de photos qu’il y a de gens dans le pays. “Il n’y a que 330 millions d’habitants dans le pays”, a déclaré M. Jordan.

La TSA a également été interrogée sur l’utilisation de la reconnaissance faciale dans les aéroports. Austin Gould, administrateur adjoint de la TSA pour l’analyse des besoins et des capacités, a déclaré que le programme de reconnaissance faciale a été utile pour les voyageurs. Toutefois, les critiques affirment que les avantages potentiels du gain de temps et de la réduction du nombre de passagers ne devraient pas l’emporter sur le risque accru pour la vie privée. La TSA prévoit que la technologie de reconnaissance faciale sera disponible dans les 20 premiers aéroports pour les voyageurs internationaux d’ici 2021 et dans tous les aéroports d’ici 2023. La TSA a aussi déjà exprimé son désir de scanner le visage de chaque Américain qui entre dans l’aéroport.

Dans certains domaines, l’opposition à la reconnaissance faciale – et à la technologie biométrique en général – s’est déplacée au-delà des mots. Plus récemment, San Francisco est devenue la première ville à interdire l’utilisation de la reconnaissance faciale par le gouvernement. En raison du succès remporté à San Francisco, le législateur californien envisage d’adopter le projet de loi AB 1215, qui étendrait l’interdiction à tout l’État. L’Electronic Frontier Foundation (EFF) s’est prononcée en faveur du projet de loi, déclarant qu’il a été démontré que la technologie avait des taux d’erreur disproportionnellement élevés pour les femmes, les personnes âgées et les personnes de couleur. L’EFF a également mis en garde contre les dangers de la combinaison de la technologie de reconnaissance faciale avec les caméras de police.

Le comité de rédaction du Guardian s’est également prononcé récemment sur les menaces à la vie privée, qualifiant la technologie de “particulièrement imprécise et sujette à la partialité”. Le comité de rédaction a également noté qu’un récent test du logiciel de reconnaissance faciale d’Amazon par l’American Civil Liberties Union a révélé qu’il identifiait faussement 28 membres du Congrès comme criminels connus. Bien que la technologie soit actuellement dangereuse en raison de son inexactitude, le Guardian met en garde :

“Il est peut-être trop tard pour arrêter la collecte de ces données. Mais la loi doit veiller à ce qu’elle ne soit pas stockée et raffinée de manière à nuire aux innocents et, comme le dit Liberty, à empoisonner lentement notre vie publique.”

Il est clair que le débat sur les avantages et les menaces de la technologie de reconnaissance faciale n’est pas près de s’achever. C’est à nous, en tant qu’individus, de nous éduquer et d’informer nos pairs sur les menaces à la vie privée et à la liberté qui deviennent de plus en plus évidentes chaque jour.

Lire aussi : La ville de Nice a testé la reconnaissance faciale durant son Carnaval

Source : The Mind Unleashed – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *