Le scientifique des bébés génétiquement modifiés est détenu par de mystérieux gardes


“Il était extrêmement irresponsable envers les employés, les partenaires et les investisseurs.”

Repéré

Après que le scientifique chinois He Jiankui ait choqué la communauté scientifique en annonçant le mois dernier qu’il avait modifié les gènes des bébés humains, il a mystérieusement disparu.

Et maintenant, on l’a trouvé. Le New York Times rapporte que des gardes le détiennent dans une maison d’hôtes de son université, la Southern University of Science and Technology. Il n’est pas clair si les gardes travaillent pour le gouvernement chinois, l’université ou une autre organisation – mais leur présence est le dernier signe que la recherche transgressive qu’il mène bouleverse l’équilibre délicat de la communauté de la recherche en génétique et des systèmes de réglementation, suscitant des représailles de la part d’intérêts puissants.

Gardiens en civil

Le gouvernement chinois a condamné son travail après l’avoir annoncé, en lançant une enquête et en lui interdisant de poursuivre ses recherches. Ce qui n’était pas clair, cependant, c’est si sa disparition était le résultat de sa mise à l’écart ou de sa détention quelque part.

Aujourd’hui, le Times a découvert qu’il séjourne dans une maison d’hôtes de l’université, où une douzaine de gardiens en civil ont refusé de s’identifier à un journaliste du Times. Il est capable de communiquer par email et par téléphone, selon le Times, et a correspondu avec des collègues de travail.

“Il a été extrêmement irresponsable envers les employés, les partenaires et les investisseurs”, a déclaré Liu Chaoyu, avec qui il a co-fondé la société de test génétique Vienomics, dans une interview au Times. Liu l’a vu pour la dernière fois la veille de la conférence au cours de laquelle il a révélé l’existence des bébés génétiquement modifiés. “Il n’a discuté de rien avec nous avant de faire son annonce et nous avons dû gérer tout cela de manière inattendue.”

Choc et stupeur

L’université et la police de Shenzhen ont refusé de répondre au Times. En fait, tous les employés de l’université se sont vu interdire de parler à la presse, selon un message obtenu par le journal.

Ce qui est clair, c’est que son travail sans précédent a provoqué des ondes de choc non seulement dans l’écosystème de la recherche, mais aussi dans l’appareil gouvernemental international – et à mesure que la saga de son traitement à la suite de l’annonce se poursuit, il pourrait s’agir d’une carte routière pour les défis auxquels les autres chercheurs seraient confrontés s’ils marchaient dans ses traces.

Lire aussi : Un scientifique explique pourquoi les prétendues nouvelles de clonage de bébés sont plus choquantes que vous ne pourriez le réaliser

Source : Futurism – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *