L’Inde envisage un énorme programme de reconnaissance faciale comparable à celui de la Chine


Opportunité lucrative pour les sociétés de surveillance ou cauchemar pour les défenseurs de la vie privée ?

inde-ia-reconnaissance faciale

Dans le paysage des nouvelles technologies, rares sont celles qui font autant fantasmer que la reconnaissance faciale. À l’heure de l’intelligence artificielle (IA) et de la blockchain, la reconnaissance faciale devient un enjeu majeur pour les entreprises, les organisations et les États. Après l’échec du projet Aadhaar, qui consistait à mettre en œuvre l’une des plus grandes bases de données biométriques au monde, l’Inde a récemment annoncé son projet de mettre en place l’un des plus grands systèmes de reconnaissance faciale au monde.

Pour atteindre cet objectif, le gouvernement du Premier ministre Narendra Modi prévoit d’ouvrir des soumissions dans le but de mettre en place un système de centralisation des données de reconnaissance faciale obtenue à l’aide des caméras de surveillance à travers l’Inde. Le système sera relié à des bases de données contenant des informations sur tout objet du monde réel, des passeports aux empreintes digitales.

Selon le gouvernement indien, l’initiative est conçue pour aider la police indienne épuisée (avec un officier pour 724 citoyens) à identifier les criminels, les personnes disparues et les corps sans vie. Le système de reconnaissance faciale pourrait également être une aubaine pour les entreprises : TechSci Research, une société de conseil en gestion estime que le marché indien de la reconnaissance faciale va être multiplié par six d’ici 2024, pour atteindre 4,3 milliards de dollars, soit un niveau comparable à celui de la Chine. Pour certains membres des forces de police, le système constituera un outil essentiel de lutte contre le crime s’il est correctement mis en œuvre. L’Inde a été le théâtre de plus de 100 attaques terroristes au cours des trois dernières décennies, dont une dans des hôtels de luxe et une gare à Mumbai, qui ont fait 166 morts en 2008.

Cependant, le projet semble représenter un cauchemar pour les défenseurs de la vie privée qui craignent que cela ne débouche sur un État totalitaire à la Chinoise. Dans un pays dépourvu de lois sur la confidentialité des données et avec un gouvernement qui vient de fermer Internet depuis sept semaines dans le principal État du Cachemire indien, le projet pourrait être un moyen pour utiliser la technologie dans le but de contrôler la population. « Nous sommes la seule démocratie fonctionnelle à mettre en place un système sans loi sur la protection des données ou la vie privée », a déclaré Apar Gupta, avocat et directeur exécutif de l’Internet Freedom Foundation, un groupe à but non lucratif. « C’est comme une ruée vers l’or pour les entreprises qui recherchent de grandes bases de données non protégées. »

Notons qu’un projet de loi sur la protection des données avait été présenté au gouvernement indien en 2018. Ce qui n’a toujours pas été approuvé par ce gouvernement ni présenté au Parlement. Le projet sur la reconnaissance faciale inquiète particulièrement les groupes minoritaires vulnérables qui ont longtemps été victimes de discrimination en Inde. La menace d’espionnage étranger est également persistante.

Le mois dernier, un groupe de réflexion gouvernemental a critiqué l’administration locale de Delhi pour avoir embauché la branche indienne de la société chinoise Hikvision pour la mise en place de 1 500 000 caméras de vidéosurveillance, affirmant que cette mesure pourrait encourager le piratage illégal et les fuites de données. Plus tôt ce mois-ci, des photos et des numéros de téléphone d’une base de données de reconnaissance faciale de la police de la ville de Madurai au Tamil Nadu ont été divulgués sur Internet. « Si le programme fonctionne conformément au plan du gouvernement, il devrait s’agir d’un système similaire à celui de la Chine », a déclaré Atul Rai, président-directeur général de Staqu Technologies, une start-up indienne. « Tous les pays puissants veulent ressembler à la Chine lorsqu’il s’agit d’utiliser la technologie pour surveiller des personnes, même des pays occidentaux. » a-t-il ajouté.

Lire aussi : La montée de la reconnaissance faciale devrait tous nous préoccuper

Sources : Developpez par Brunoscmp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *