Un casque pour lire l’activité de notre cerveau

casque-activité-cerveau

Imaginez un monde où toutes vos pensées et sentiments ont été cartographiés. Où les réactions au plaisir et à la douleur dans votre cerveau ont été notées. Où vous pourriez contrôler des objets en utilisant seulement votre esprit.

C’est la réalité pour Emotiv. La société futuriste vend une technologie portable sous forme d’un petit casque léger, capable de scanner le cerveau avec des capteurs positionnés autour de votre cuir chevelu – à partir de 300 dollars.

Chaque capteur mesure des signaux électriques à partir du cerveau, travaillant comme un électroencéphalogramme (EEG), et transmet les données sans fil à un ordinateur portable ou smartphone. Le logiciel d’Emotiv analyse les tendances de l’activité pour déterminer les humeurs, les émotions, les expressions faciales, la performance mentale – et pour contrôler des objets avec votre esprit.

Après avoir chargé le casque, la batterie dure 10 heures (avec le dernier modèle Insight), ou quatre heures (avec le premier modèle, EPOC). L’Insight est livré avec une application qui permet aux gens de mesurer et suivre l’activité du cerveau. Les applications et jeux vous permettent de contrôler des objets virtuels avec votre esprit. Et les développeurs travaillent sur des applications de style de vie qui servent à la réduction du stress, l’optimisation de la concentration, la santé cognitive et le bien-être.

Alors que les Google Glass fonctionnent sur l’interaction avec le monde extérieur, les produits d’Emotiv servent davantage à comprendre l’impact du monde extérieur sur nos esprits plutôt que le contrôle de notre environnement.

Bien que les casques sont loin de la tendance du moment, ils ont de grands fans bien placés – Disney croit que la technologie cérébrale pourrait bientôt devenir aussi convoitée que Fitbits et iPhones.

L’entreprise de bio-informatique travaille avec Disney sur un projet de mesure des émotions des gens en temps réel lors de l’affichage d’annonces ou de films. Un jour, des groupes de discussion n’auront plus besoin d’être interrogés sur ce qu’ils ressentent quand ils regardent quelque chose; leurs cerveaux révéleront les réponses. La vice-présidente d’Emotiv, Kim Du, croit que ce sera utile pour les entreprises : “Que ce soit en regardant une émission ou une annonce, connaitre la réaction des gens – être en mesure de comprendre cette dynamique – est utile”.

Ils prédisent que la technologie pourrait éventuellement signifier que les joueurs pourraient “contrôler complètement les réalités virtuelles et des jeux avec leurs propres pensées, créant ainsi une expérience complètement immersive enracinée dans les lobes du cerveau humain”.

Les membres de l’équipe d’Emotiv ont été inspirés par Star Wars. “C’est la magie d’être en mesure de contrôler des objets. Ils voulaient le faire avec leurs esprits», dit Du, qui faisait partie de l’équipe fondatrice.

“Emotiv apporte des scanographies du cerveau en dehors de la clinique dans l’environnement naturel d’une personne. Notre technologie sans fil vous permet de collecter des données de grandes qualité – le tout à moindre coût qu’un smartphone.”

La technologie permet actuellement aux gens de contrôler des objets physiques – tels que les commutateurs de lumière – ainsi que des objets virtuels, avec leur esprit, et de déplacer des éléments télécommandés. C’est déjà très utile pour les personnes handicapées, qui l’utilisent actuellement.

Emotiv utilise des algorithmes d’apprentissage automatique pour permettre aux utilisateurs de former différents modèle et lancer plusieurs commandes par ondes cérébrales. “Il y a eu des demandes de concept qui permettent aux utilisateurs de contrôler un fauteuil roulant avec leurs esprits», dit Du. «La reconfiguration des fauteuils roulants avec notre technologie permet aux utilisateurs de récupérer une mobilité. Nous essayons d’améliorer la compréhension des gens de leur cerveau et améliorer leur qualité de vie”.

casque-emotiv-disney

Disney croit que la technologie cérébrale pourrait bientôt devenir aussi convoitée et intégrée que Fitbits et iPhones

“Nous avons récemment travaillé sur un concept pour les personnes souffrant de la maladie de Lou Gehrig – ou la sclérose latérale amyotrophique – dans des stades avancés cette maladie cloue les personnes au lit et elles peuvent perdre leur capacité à parler, ce qui rend difficile pour ces personnes de demander à quelqu’un de faire quelque chose pour elles.”

Du insiste et averti que les casques ne sont pas destinés à remplacer les scanographies du cerveau de qualité hospitalière, qui ont plus de 200 capteurs pour donner une lecture complète de l’activité du cerveau. Par comparaison, le casque d’Emotiv dispose de 14 capteurs. Son premier micro-casque, EPOC, dispose de cinq capteurs. “Cela a été validé et évalué par des pairs, mais si vous éprouvez une sorte de traumatisme, c’est important d’aller à l’hôpital”.

Le casque a également été utilisé pour d’autres projets, y compris le travail avec National Geographic pour observer les effets de la nature sur le cerveau. Nos corps et nos cerveaux sont plus calmes dans les milieux naturels. Étonnamment, les simulations de la nature créent les mêmes effets et calmes dans nos cerveaux. Pendant ce temps, le projet Smirnoff MindTunes permet aux musiciens avec des handicaps d’avoir accès à la technologie qui leur permet de créer un morceau de musique, plus tard, mixé par DJ Fresh.

Quand je demande à Du le rôle que joue la technologie cérébrale dans sa vie, elle est sans surprise enthousiaste. Elle conclut également que c’est tout à fait normal : l’idée de suivre la capacité de son cerveau à se concentrer sur des tâches différentes tout au long de la journée est aussi naturel pour elle que le suivi de son rythme cardiaque pendant une course. “Le matin est le meilleur moment pour moi et après 14 heures, je ne veux pas prendre de décisions plus importantes”, dit-elle.

«Les gens peuvent trouver leur propre temps de concentration optimal, suivre leur niveau de stress, faire une méditation guidée et passer d’un état stressé à un état détendu. La plupart des gens ne reçoivent pas un scanner du cerveau à moins qu’ils éprouvent une sorte de traumatisme : nous voulons la capacité de comprendre et d’apprendre au sujet de notre santé cognitive maintenant, afin que nous puissions prendre soin d’elle. Si nous avons une base de données avec des cerveaux sains, nous pouvons apprendre à mieux étudier les conditions neurologiques.”

Du croit qu’on est «loin, mais pas si loin” d’être en mesure d’optimiser les conditions autour de nous pour qu’elles soient plus apaisantes et moins stressantes pour le cerveau. «Je vais marcher dans ma maison, et la technologie va savoir que je suis fatigué, la musique se met en marche pour me calmer, les lumières se tamisent… Je trouve que c’est vraiment excitant”.

Pour l’instant, elle pense que le moment est venu pour Emotiv de s’étendre doucement. «Les gens acceptent de plus en plus de la technologie et l’avantage d’apprendre de leur propre corps. Je peux regarder ma montre et elle me dira si je n’ai pas pris suffisamment de mesures et que je devrais faire une marche. Il y a quelques années, ce n’était même pas accessible – maintenant nous pouvons vivre des vies plus intelligentes avec l’utilisation de la technologie”.

Mais, Du admet, même un scanner du cerveau portable a ses limites. “Il y a une chose la technologie ne fait pas : elle n’améliore pas les performances mentales”, dit-elle.

Source : The Independent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *