Un lycéen s’injecte un modèle ADN à partir de versets de la Bible et du Coran


Adrien Locatelli, un jeune biopirate de la ville française de Grenoble, a été traité d’“idiot” parce qu’il a subi une étrange expérience dans laquelle il s’est injecté un échantillon d’ADN fait à partir de passages traduits de la Bible et du Coran.

Locatelli, dont on pense qu’il est encore au lycée, a commencé par sélectionner des passages des livres saints chrétiens et musulmans qu’il voulait conserver dans son corps sous forme d’ADN. Il a ensuite affecté l’une des quatre lettres correspondant aux produits chimiques dont est composé l’ADN (ACGT) à chaque caractère des passages, dans l’ordre GACT. À l’aide d’un outil en ligne gratuit, l’expérimentateur audacieux a traduit l’information nucléotidique en séquences de protéines qu’il a fini par injecter dans ses cuisses. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il était curieux de savoir si c’était possible.

“Des études récentes ont montré qu’il est possible de convertir tout type d’information en ADN à des fins de stockage. Puisqu’il est possible de convertir des informations numériques en ADN, je me suis demandé s’il serait possible de convertir un texte religieux en ADN et de l’injecter dans un être vivant”, explique Adrien Locatelli dans son expérience controversée.

“C’est la première fois que quelqu’un s’injecte [avec] des macromolécules développées à partir d’un texte. C’est très symbolique, même si ça n’a pas beaucoup d’utilité”, a ajouté le biopirate.

Quel a donc été le résultat de cette expérience scientifique inhabituelle ? Locatelli a dit que sa jambe gauche était enflée pendant quelques jours après l’injection, mais à part cela, il n’a remarqué aucun autre effet.

Au cas où vous seriez curieux de savoir quels versets l’élève du secondaire a décidé de stocker dans son corps comme modèles d’ADN, il a traduit des passages de la Bible de la Genèse 1:1 à 11:9, excluant 2:10 à 2:14, 5 et 7:1 à 7:5 car il les considère trop controversées, pour le Coran il a utilisé le chapitre 13, Surah Ar-Ra’d. Il n’est pas clair s’il a injecté des versets bibliques dans une jambe et des passages du Coran dans l’autre, ou s’il a utilisé un mélange des deux textes religieux pour les deux jambes.

modèle ADN

https://twitter.com/aaron_mckenna/status/1073672694892134400

Adrien Locatelli a qualifié l’expérience de première du genre au monde, mais la communauté scientifique n’en a pas été très impressionnée. La plupart des experts ont ridiculisé à la fois la méthodologie du biopirate et sa motivation à risquer sa vie.

“Chers biohackers, etc. S’il vous plaît, arrêtez. Vous êtes des idiots”, a tweeté Isaac Stoner, fondateur d’une entreprise de recherche sur la résistance aux antibiotiques, en faisant le lien avec une histoire sur l’expérience de Locatelli.

“Un lycéen français a traduit une partie de la Bible et du Coran en séquence protéique, a fabriqué un vecteur rAAV et un peptide cyclique, les a injectés dans l’une ou l’autre cuisse, puis a publié le pré-imprimé suivant”, écrit Sri Kosuri, professeur de biochimie à l’Université de Californie à Los Angeles.

“Je sais que les chances qu’une protéine absurde soit proche de quelque chose de dangereux… sont relativement faibles”, a commenté un utilisateur de Twitter sur cette histoire. “Mais ce genre d’attitude avant-gardiste et de mépris de l’éthique envers la science me fait craindre que la fin de l’humanité soit aux mains d’un idiot.”

Ce n’est pas la première fois que quelqu’un s’injecte une substance potentiellement dangereuse, mais contrairement à Locatelli, les autres expérimentateurs que nous avons présentés dans le passé espéraient en tirer des avantages pratiques. Par exemple, ce scientifique s’est injecté une bactérie de 3,5 millions d’années pour arrêter les effets du vieillissement, tandis que Steve Ludwin s’injecte depuis longtemps du venin de serpent pour renforcer son immunité naturelle contre cette maladie.

Lire aussi : Pourquoi faire analyser son ADN pour connaître ses origines est une très mauvaise idée

Source : Oddity Central – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *