Une nouvelle technologie va détecter l’utilisation du smartphone au volant


Alors qu’en France, la réglementation se durcit concernant le téléphone au volant, d’autres pays prennent ce genre d’infractions encore plus au sérieux.

dispositif-surveillance-smartphone

En effet, en Australie, on s’en remet désormais à des solutions technologiques pour détecter l’utilisation du smartphone en conduisant.

Une infraction importante

En France, 16 % des accidents sur autoroute sont imputables à l’utilisation du smartphone au volant. En effet, cette baisse de vigilance multiplie par trois le risque d’accident ! Comme l’expliquait France Info le 9 juillet 2019, la réglementation se durcit dans notre pays. Désormais, en lieu et place des 135 euros d’amende et des trois points retirés, les contrevenants s’exposent directement à un retrait de leur permis.

Cependant, des pays ont décidé d’utiliser des moyens technologiques afin de faire baisser drastiquement l’utilisation du portable au volant. C’est justement le cas de l’Australie ou plus précisément la province de Nouvelle-Galles-du-Sud comme l’explique AP News dans un article du 23 septembre 2019.

Un dispositif basé sur une IA

Selon Andrew Constance, ministre des routes de cette province, la conduite en état d’ébriété se trouve sur un pied d’égalité avec l’utilisation du téléphone portable. L’intéressé estime qu’il est important que la population sache qu’elle sera durement surveillée. Pour ce faire, les autorités vont déployer dès le mois de décembre 2019 une série de dispositifs à grande échelle destinés à détecter l’utilisation du smartphone au volant. Pas moins de 45 Mobile Phone Detection Cameras seront donc officiellement chargées de surveiller les conducteurs.

Le dispositif prend la forme de deux caméras fonctionnant ensemble. Dotée d’une intelligence artificielle, la première est destinée à contrôler le comportement du conducteur afin de déterminer précisément s’il y a utilisation du portable ou non. La seconde est quant à elle focalisée sur la plaque d’immatriculation. En cas d’infraction avérée, le conducteur devra payer une amende de 232 dollars. Toutefois, un opérateur humain doit valider chaque cas avant toute verbalisation.

Il faut savoir qu’en Nouvelle-Galles-du-Sud, le dispositif en question fait l’objet de tests en situation réelle depuis environ six mois. Jusqu’à aujourd’hui, les autorités ont contrôlé pas moins de 8,5 millions de véhicules et verbalisé environ 100 000 contrevenants. Enfin, précisons que les conducteurs resteront dans la légalité en cas d’utilisation d’un kit mains libres ou Bluetooth.

Lire aussi : L’Inde envisage un énorme programme de reconnaissance faciale comparable à celui de la Chine

Source : SciencePost

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *