Voici 15 prédictions de science-fiction sur les technologies futures qui sont devenues réalité

15 prédictions

La science-fiction nous fait découvrir des mondes élaborés et futuristes qui ne ressemblent souvent qu’à un rêve.

Mais l’humanité a fait des progrès technologiques incroyables au cours des 100 dernières années, et bon nombre des idées prévues dans la science-fiction sont maintenant devenues réalité.

Certaines prédictions, comme les voitures autonomes, en sont encore à leurs débuts, mais les scientifiques et les ingénieurs ont atteint de nombreux autres jalons décrits pour la première fois dans la fiction, comme celui d’amener les gens sur la Lune.

Jetez un coup d’œil à 15 prédictions fictionnelles qui se sont réalisées.

1. En 1865, l’auteur Jules Verne a publié De la Terre à la Lune, qui décrit la mission de trois Américains décollant dans un vaisseau spatial et atterrissant sur la Lune. Certaines parties du roman étaient semblables au premier atterrissage sur la vraie Lune, qui a eu lieu 104 ans plus tard.

Les astronautes de la NASA et les personnages de Verne se sont lancés depuis la Floride. Le module de commande de la NASA a été baptisé Columbia dans une autre similitude avec le vaisseau spatial fictif de Verne, le Columbiad.

Les astronautes de la NASA Neil Armstrong et Edwin “Buzz” Aldrin ont réussi à marcher sur la surface lunaire en 1969 pendant que Michael Collins était à bord du vaisseau spatial. Mais les trois hommes du roman de Verne n’ont jamais marché sur la Lune.

La NASA a également reconnu d’autres similitudes entre Apollo 11 et le roman de Verne. Par exemple, l’agence spatiale a déclaré que la forme et la taille du Columbiad ressemblaient beaucoup à celles du vaisseau spatial Apollo.

Le roman affirmait également qu’un télescope serait en mesure de voir les progrès de la mission Columbiad. Lorsqu’une explosion a causé un dysfonctionnement lors de la mission Apollo 13 en 1970, un télescope du Centre spatial Johnson a pu voir l’accident, qui s’est produit à plus de 300 000 kilomètres.

2. L’emblématique communicateur de “Star Trek”, présenté pour la première fois en 1966, ressemblait beaucoup à un téléphone à clapet. Bien que des ingénieurs aient travaillé au développement de cette technologie dans les années 1960, il a fallu attendre 1973 pour que Motorola lance le premier téléphone mobile au monde.

Dix ans plus tard, en 1983, les téléphones cellulaires de Motorola ont fait leur apparition sur le marché. Les appareils étaient gros, lourds et coûteux, mais Motorola a continué à apporter des améliorations au cours des années suivantes. Le premier téléphone à clapet de l’entreprise, sorti en 1989, était similaire à l’appareil “Star Trek”.

Ces dernières années, The Wand Company a créé une réplique moderne du communicateur. L’appareil, qui a fait ses débuts en 2015, est fabriqué en aluminium et comprend un support magnétique pour la recharge sans fil. Il dispose également de la fonctionnalité Bluetooth et stocke certains enregistrements vocaux d’épisodes de “Star Trek”.

3. Les hologrammes 3D sont utilisés en science-fiction depuis des décennies. En 2017, une société australienne a prétendu avoir réussi à produire une table holographique qui ressemble aux hologrammes futuristes du film original “Star Wars”.

La princesse Leia a demandé l’aide de Luke Skywalker en utilisant un message holographique dans le film “Star Wars” de 1977. Depuis lors, les scientifiques ont travaillé à faire de cette technologie une réalité.

Euclideon, une société australienne, affirme avoir fabriqué la première table holographique multi-utilisateurs au monde. Jusqu’à quatre personnes peuvent interagir avec l’hologramme à la fois en utilisant des lunettes de suivi de mouvement.

Bien que l’invention d’Euclideon ait été accueillie avec un certain scepticisme, New Atlas a signalé en novembre 2018 que la société va de l’avant avec la mise sur le marché de la technologie holographique.

4. “Star Trek” était équipé de réplicateurs et synthétiseurs de nourriture qui pouvaient imprimer en 3D des aliments et des objets du quotidien en quelques secondes. Les scientifiques utilisent maintenant la technologie d’impression 3D pour fabriquer des objets en plastique, en métal et en verre, bien que le processus ne soit pas aussi rapide.

L’organisme sans but lucratif Mattershift, basé à New York, affirme avoir mis au point des membranes de nanotubes de carbone qui pourraient séparer et assembler des molécules individuelles.

Selon Forbes, Rob McGinnis, PDG de Mattershift, les membranes pourraient aider les scientifiques à fabriquer n’importe quoi à partir d’un ensemble d’éléments moléculaires de base.

“Nous parlons d’imprimer de la matière à partir de l’air”, a dit M. McGinnis, selon Forbes. “Imaginez avoir un de ces appareils avec vous sur Mars. Vous pourriez imprimer des aliments, des combustibles, des matériaux de construction et des médicaments de l’atmosphère et du sol ou des pièces recyclées sans avoir à les transporter de la Terre.”

De plus, des startups comme Natural Machines s’efforcent de commercialiser des imprimantes alimentaires 3D.

5. Le costume Iron Man est devenu légendaire depuis sa première apparition dans Marvel Comics. Les gens ne voleront pas en combinaison bientôt, mais l’armée américaine est en train de mettre au point des combinaisons de haute technologie qui reflètent certaines des capacités d’Iron Man.

Le programme TALOS (Tactical Assault Light Operator Suit) de l’armée vise à améliorer le combat humain.

TALOS recueillera d’énormes quantités de données provenant de drones, de capteurs navals et d’avions de reconnaissance pour mieux informer les soldats, selon le Military Times. On s’attend à ce que la combinaison soit légère et qu’elle comprenne des systèmes de survie qui permettront de suivre les signes vitaux des soldats.

Des capteurs de son 3D intégrés à la combinaison aideront également les soldats à déterminer d’où proviennent les tirs et les véhicules qui arrivent.

Selon le Military Times, les États-Unis pourraient commencer à tester la combinaison high-tech dès l’été 2019.

6. Vingt mille lieues sous les mers de Jules Verne, publié en 1870, mettait en vedette un sous-marin entièrement alimenté à l’électricité. À l’époque, seuls des sous-marins à propulsion mécanique étaient utilisés.

Le sous-marin français “Gymnote”, créé en 1888 et alimenté à l’électricité, ressemblait davantage au Nautilus de Verne que les sous-marins qui précédèrent la publication du roman.

Rosalind Williams, historienne de la technologie au MIT, a déclaré au National Geographic que Nautilus n’est pas si différent des sous-marins modernes, comme un navire des années 1960 appelé Alvin qui utilisait des batteries au plomb-acide.

7. Jules Verne a également prédit que les gens écouteraient un jour les nouvelles au lieu de simplement lire le journal. Il a fait cette prédiction en 1889, mais la première émission de radio n’a eu lieu que dans les années 1920.

“Au lieu d’être imprimé, le Chronique de la Terre s’adresse tous les matins aux abonnés qui, grâce à des conversations intéressantes avec des journalistes, des hommes d’État et des scientifiques, apprennent les nouvelles du jour”, écrit Verne dans la nouvelle de 1889, In the Year 2889.

Après la première émission de radio, près de 30 ans se sont écoulés avant que le premier journal télévisé ne soit diffusé. Depuis, les Américains ont pu regarder de nombreux moments importants à la télévision, y compris le discours de démission du président Richard Nixon.

8. Le Meilleur des mondes d’Aldous Huxley, un roman dystopique publié en 1931, présente une pilule psychotrope appelée Soma qui agit comme un antidépresseur hallucinogène. Deux décennies après le lancement du roman Le Meilleur des mondes, les scientifiques ont commencé à faire des recherches sur les antidépresseurs.

Presque tout le monde dans Le Meilleur des mondes consommait la pilule Soma, ce qui effaçait les sentiments de malheur.

Dans le monde réel, le premier lien entre la dépression et les substances chimiques dans le cerveau a été établi en 1951.

Un groupe de médecins de Staten Island, à New York, a observé des changements soudains dans l’humeur et le comportement des tuberculeux après avoir pris un médicament appelé iproniazide. Les patients léthargiques devinrent rapidement heureux.

Trois ans plus tard, en Caroline du Nord, certaines personnes ont ressenti les effets contraires après s’être fait prescrire le médicament Raudixin pour contrôler leur tension artérielle. Un patient a tenté de se suicider après avoir pris du Raudixin, selon le New York Times.

Au fur et à mesure que les scientifiques en sont venus à mieux comprendre le lien entre les substances chimiques présentes dans le cerveau et la dépression, ils ont découvert de nouveaux médicaments pour aider les gens.

Depuis, des millions d’Américains se sont tournés vers les antidépresseurs. Le Prozac a été approuvé par la Food and Drug Administration en 1988 et est devenu le troisième médicament sur ordonnance le plus courant aux États-Unis en 2008, selon le New York Times.

9. La Destruction libératrice, un roman de 1914 de H.G. Wells, mentionne une grenade à main en uranium qui “continuerait à exploser indéfiniment”. Trois décennies plus tard, les États-Unis ont fait exploser deux bombes nucléaires au Japon, frappant Hiroshima et Nagasaki.

La description d’une bombe atomique faite par Wells disait même que l’arme serait larguée d’un avion.

L’auteur savait à quel point une arme nucléaire pouvait être dévastatrice. Dans La Destruction libératrice, les bombes atomiques contribuent à une guerre destructrice dont les survivants créent un gouvernement mondial pour préserver l’unité et prévenir toute dévastation future.

Comme l’a rapporté le magazine Smithsonian, les bombes atomiques de Wells étaient très différentes de celles utilisées pendant la Seconde Guerre mondiale.

“Elles n’ont cessé d’exploser, pendant des jours, des semaines ou des mois, selon leur taille, à mesure que les éléments en eux irradiaient furieusement de l’énergie pendant leur dégénérescence et créaient ainsi des mini-volcans de mort et de destruction”, a écrit Smithsonian.

10. En 1962, les Jetson avaient une montre high-tech capable de diffuser en continu des vidéos en couleur. Bien que les montres intelligentes modernes n’aient pas cette caractéristique, la montre Jetson avait un design similaire à ce que nous voyons aujourd’hui.

Elroy Jetson a utilisé sa montre pour regarder The Flintstones et communiquer avec sa famille.

Les montres intelligentes d’aujourd’hui, comme la montre Apple, n’ont pas la même capacité vidéo, mais les gens utilisent ces appareils pour passer des appels téléphoniques, regarder des photos, et plus encore.

Quelques autres moments des Jetson reflètent les inventions qui ont suivi la création de l’émission. Comme l’a rapporté Entrepreneur, l’émission a prédit avec précision les drones et les hologrammes.

11. Jack Cover, physicien nucléaire, a terminé le premier pistolet paralysant Taser dans les années 1970. Il a baptisé le Taser du nom d’un roman de 1911 intitulé Thomas A. Swift’s Electric Rifle, qui comporte un dispositif semblable à ceux qui sont utilisés aujourd’hui.

Cover voulait créer le Taser après qu’une série de détournements d’avions dans les années 1960 a incité les agents de la circulation aérienne à installer des armes dans les avions. Le Los Angeles Times a rapporté que Cover essayait de mettre au point une arme qui aiderait les agents de la circulation aérienne à arrêter les tentatives de détournement sans nuire aux passagers ou à l’avion.

L’utilisation des pistolets Taser a suscité une controverse au cours des dernières années parce que les pistolets paralysants ont été associés à une utilisation excessive et à des cas d’arrêt cardiaque.

12. De nos jours, les appels vidéo se font le plus souvent par le biais de plates-formes comme Skype et FaceTime, bien que cette méthode soit utilisée dans les films depuis des décennies. L’une des premières références, le film Metropolis de 1927, montrait un vidéophone analogique fixé au mur.

Comme l’a écrit le designer Joe Malia dans un article de blog, un personnage de Metropolis comptait sur quatre cadrans différents pour trouver la bonne fréquence avant de faire un appel.

La représentation des appels vidéo est devenue de plus en plus sophistiquée dans les films au fil du temps. Dans le film de 1968 2001 : L’odyssée de l’espace, par exemple, des appels vidéo ont été faits en entrant un numéro dans un pavé dactylographié attaché à une grande unité téléphonique.

En 1989, la Partie II de Retour vers le futur présentait un système d’appel vidéo avec les renseignements personnels de l’appelant, tels que ses boissons et passe-temps préférés.

13. La première utilisation du terme “carte de crédit” remonte au roman d’Edward Bellamy de 1887, Cent ans après ou l’An 2000. L’utilisation des cartes de crédit aux États-Unis remonte aux années 1920.

Dans Cent ans après ou l’An 2000, le personnage principal s’endort en 1887 et se réveille 113 ans plus tard pour apprendre que sa maison est devenue une utopie socialiste.

À l’époque, imaginer que quelqu’un pouvait simplement glisser sa carte pour payer un article et obtenir un reçu pour la transaction était considéré comme de la science-fiction. Mais Edward Bellamy a eu raison sur beaucoup de points, même en prédisant qu’il serait facile d’utiliser sa carte de crédit dans un autre pays.

La première carte de crédit universelle – qui pouvait être utilisée dans un large éventail d’endroits – est devenue disponible en 1950, et il a fallu plusieurs années avant que les cartes de crédit ne deviennent une partie intégrante de la société américaine.

14. Dans le roman Fahrenheit 451 de 1953, l’auteur Ray Bradbury parle de “coquillages” et de “dés à coudre” qui ressemblent à des écouteurs et à des casques d’écoute avec fonction bluetooth. Des millions d’Américains écoutent aujourd’hui des chansons et prennent des appels téléphoniques avec les AirPods sans fil d’Apple.

Bradbury a décrit les Seashells comme capables de produire “un océan électronique de sons, de musique et de paroles, de musique et de paroles, entrant sur le rivage de [votre] esprit insomniaque”, selon le New York Times.

Fahrenheit 451 a fait référence à d’autres innovations qui sont depuis devenues courantes. Par exemple, le roman décrit des gens qui communiquent avec leurs amis par le biais d’un mur numérique, ce qui ressemble un peu au partage de messages sur des plateformes comme Facebook.

15. L’auteur de science-fiction Isaac Asimov avait prédit la montée en puissance des voitures avec “cerveau-robot” après avoir visité l’Exposition universelle de 1964. Plus de 50 ans plus tard, Waymo et d’autres sociétés testent des voitures autonomes.

Dans un essai du New York Times, Asimov imaginait visiter une exposition universelle 50 ans plus tard.

“Beaucoup d’efforts seront consacrés à la conception de véhicules équipés de ‘cerveaux robotisés’ – des véhicules qui peuvent être réglés pour des destinations particulières et qui s’y déplaceront ensuite sans interférence des lents réflexes d’un conducteur humain”, écrit Asimov.

Les voitures sans conducteur sont encore à l’essai, mais leurs partisans affirment que cette technologie pourrait aider à réduire la congestion et les accidents.

De nombreuses entreprises visent à mettre en circulation leurs véhicules autonomes d’ici 2030, a déjà indiqué Business Insider.

Lire aussi : “J’ai vu le futur” : les prédictions de l’écrivain de science-fiction d’Arthur C. Clarke sur l’an 2000

Source : ScienceAlert – traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *