Inde : On lui retire 116 clous du corps

Un homme du Rajasthan, au nord-ouest de l’Inde, a la chance d’être en vie après avoir mangé 116 clous de fer.

clous-inde-manger

Heureusement, aucun des objets de 6,5 centimètres de long n’a perforé sa paroi abdominale et tous ont été enlevés par les médecins de la ville de Bundi.

Bhola Shankar s’est présentée à l’hôpital du gouvernement local pour se plaindre de maux d’estomac le 13 mai. Une première radiographie a révélé une masse de clous logés dans l’estomac du patient de 43 ans, qui ont ensuite été extraits chirurgicalement le jour suivant.

M. Shankar, qui travaille comme jardinier, n’a pas été en mesure d’expliquer pourquoi il avait mangé les objets métalliques tranchants, et les médecins n’ont aucune idée de la durée où ils pourraient avoir été dans son estomac.

Heureusement, aucun dommage à long terme ne semble avoir été causé et Bhola Shankar se rétablit maintenant bien, bien que cet incident souligne les dangers de certains troubles alimentaires et d’autres problèmes de santé mentale.

Pica est le nom donné à une grande variété de troubles de l’alimentation qui impliquent l’ingestion d’aliments sans valeur nutritive, comme la terre, les cheveux, le bois et le métal. Le terme générique couvre un éventail d’affections, y compris l’acuphagie, qui fait référence à l’ingestion d’objets tranchants.

Les personnes qui souffrent d’acuphagie courent évidemment le risque de détruire leurs intestins, ce qui peut être fatal, et le traitement de cette affection est extrêmement difficile. Habituellement, les médecins commencent d’abord par rechercher une carence en fer, ce qui peut conduire à une pulsion compulsive pour compenser cette carence en mangeant du métal. Cependant, dans de nombreux cas, l’affection est motivée par des causes psychologiques plutôt que nutritionnelles, et toute une gamme de thérapies différentes sont nécessaires pour la traiter.

Lire aussi : Un médecin hollandais spécialisé en fertilité a secrètement engendré 49 enfants avec son propre sperme

Source : IFLScience – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *