Un médecin hollandais spécialisé en fertilité a secrètement engendré 49 enfants avec son propre sperme

Au cours de ses 89 années de vie, le médecin néerlandais Jan Karbaat s’est couronné “pionnier dans le domaine de la fécondation”. Aujourd’hui, sa réputation n’est plus à faire.

médecin-hollandais

La semaine dernière, des tests ADN ont confirmé ce que 49 adultes soupçonnent depuis longtemps. Il y a plusieurs dizaines d’années, lorsque chacune de leurs mères a été traitée par Karbaat, le médecin spécialiste de la fertilité les avait fécondées non pas avec le sperme du donneur de leur choix, mais avec le sien.

Après des années à réclamer des droits sur l’ADN du médecin décédé, la vérité est enfin connue.

Joey Hoofdman, l’un des “enfants” de Karbaat, a dit que sa mère s’est rendue à la clinique avec le sperme de son partenaire, l’homme qui a élevé Joey comme son fils.

“Nous sommes tous satisfaits de la clarté et de l’information que nous avons maintenant pour que nous puissions continuer à vivre notre vie”, a déclaré Hoofdman, selon l’Associated Press.

“C’est une vague d’émotions. Nous sommes tous heureux de nous être rencontrés, mais parce qu’il y en a tellement, c’est compliqué”, a-t-il ajouté.

Hoodfman et ses collègues accusateurs, qui demandent une indemnisation, rejoignent 22 autres enfants reconnus par Karbaat comme les siens. Et il peut y en avoir encore plus.

Certains craignent que Karbaat ait engendré 200 enfants dans sa clinique, et bien que le médecin ait constamment nié ces accusations de son vivant, on rapporte qu’il se vante personnellement d’avoir au moins 60 enfants.

Depuis que les nouvelles preuves ont été rendues publiques, la Fondation néerlandaise des enfants donneurs affirme avoir été contactée par trois autres personnes qui ont des soupçons similaires de fraude de paternité.

C’est une série tragique d’événements, mais elle n’est pas sans précédent. Depuis que nous avons commencé à utiliser diverses techniques médicales pour aider la reproduction humaine, cette pratique a aussi des antécédents d’abus et d’exploitation, habituellement par des médecins de sexe masculin.

La première insémination artificielle réussie a été réalisée par le médecin William Pancoast en 1884. Convoqué pour un examen de fertilité de routine, sa patiente de 31 ans a été assommée au chloroforme et inséminée – non pas avec le sperme de son mari, comme on lui avait dit – mais avec le sperme de l’un des six étudiants en médecine qui l’observait du fond de la salle.

C’est resté secret jusqu’à ce que l’enfant ait 25 ans.

Même dans les années 1980 et 1990, lorsque la fécondation in vitro et les banques de sperme ont commencé à prendre de l’essor, il y avait peu ou pas de réglementation gouvernementale de ces pratiques, non seulement en Europe mais partout dans le monde.

De nombreux États américains n’ont toujours pas de lois contre ce genre de comportement. Un spécialiste de l’infertilité reconnu coupable d’avoir inséminé artificiellement 52 patients avec son propre sperme dans les années 1990, par exemple, a dû être accusé de fraude et de parjure pour pouvoir aller en prison.

De plus, dans une clinique de fertilité au Royaume-Uni, un médecin nommé Bertold Wiesner est accusé d’avoir engendré plus de 600 bébés sans en parler aux mères.

La procréation assistée a aidé l’humanité à donner naissance à huit millions de bébés depuis sa création, mais un mauvais usage peut être extrêmement nocif, en particulier lorsque la réglementation et les lois appropriées n’interdisent pas explicitement certains comportements.

Un groupe de défense des droits de l’enfant, appelé Defense for Children, se sert de cette affaire pour faire pression en faveur d’une réforme des lois sur les donateurs anonymes aux Pays-Bas. L’organisation espère qu’un jour, tous les enfants pourront rechercher les donneurs anonymes qui les ont mis au monde.

“L’affaire Karbaat est la première grande percée”, a déclaré un conseiller du groupe.

Lire aussi : Les médecins retirent une lentille de contact d’une femme perdue il y a 28 ans, derrière sa paupière

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *