Anonymous révèle une opération de désinformation de masse financée par le Royaume-Uni et les États-Unis

Anonymous

Anonymous a publié des documents qui, selon eux, ont mis au jour une énorme opération psychique (opération de désinformation) dirigé par le Royaume-Uni pour créer un “service secret d’information à grande échelle” en Europe – le tout sous prétexte de contrer la “propagande russe”.

Dans un document du 5 novembre, le groupe a exposé la Integrity Initiative, une initiative basée au Royaume-Uni, qui aurait été créée en 2015 par l’Institute for Statecraft, un organisme au nom inquiétant.

L’objectif principal est “d’apporter une réponse occidentale coordonnée à la désinformation russe et à d’autres éléments de la guerre hybride”. L’Institute for Statecraft est affilié à la Division Diplomatie publique du siège de l’OTAN et au programme “Prevent” financé par le ministère de l’Intérieur, de sorte que l’objectivité est, bien entendu, au premier plan de leur travail.

Dotée d’un budget de 1,9 million de livres sterling (2,4 millions de dollars US), le groupe secret Integrity Initiative se compose ui-même de “groupes” de politiciens locaux, de journalistes, de personnel militaire, de scientifiques et d’universitaires. L’équipe se consacre à la recherche et à la publication de “preuves” d’ingérence russe dans les affaires européennes, tout en influençant elle-même les dirigeants dans les coulisses, affirment les documents.

L’establishment britannique semble mener les activités mêmes dont lui-même et ses alliés accusent depuis longtemps le Kremlin, avec peu ou pas de preuves corroborantes. Le programme vise également à “changer les attitudes en Russie même” ainsi que d’influencer les russophones dans l’UE et en Amérique du Nord, l’un des documents divulgués affirme.

À l’heure actuelle, le vaste réseau aurait des groupes pour l’Espagne, la France, l’Allemagne, l’Italie, la Grèce, les Pays-Bas, la Lituanie, la Norvège, la Serbie et le Monténégro… mais il y a plus !

Selon la fuite d’Anonymous, d’importants projets visant à étendre la sphère d’influence en Europe de l’Est, aux États-Unis et au Canada, ainsi que dans la région MENA, seraient en cours.

Le travail des groupes se fait apparemment dans le plus grand secret par le biais de contacts dissimulés dans les ambassades britanniques, selon le document révélé, dont certaines sont répertoriées à l’intérieur du document.

Dans les documents, Initiative Integrity indique que le partage de l’analyse des prétendues “attaques russes” avec d’autres pays du réseau au niveau gouvernemental augmenterait probablement la “collaboration internationale et la cohésion de l’Alliance”.

L’initiative prétend qu’elle n’est pas un organisme gouvernemental, bien sûr, mais qu’elle travaille avec des “agences gouvernementales” britanniques sans nom. L’initiative a reçu un financement de 168 000 livres sterling du siège de la diplomatie publique de l’OTAN et de 250 000 livres sterling du département d’État américain, selon les documents.

Parmi ses prétendus membres figurent des députés britanniques et des journalistes “indépendants” de haut niveau ayant un penchant pour les sentiments anti-russes dans leur œuvre collective en ligne, comme en témoigne un bref coup d’œil à leurs Twitter.

Edward Lucas, journaliste au Times.

Bob Seely, député.

Dans un exemple particulier donné comme étude de cas des activités du groupe, les documents révèlent à quel point la stratégie pourrait être efficace. Selon les documents, la “Campagne de Moncloa” a été menée par le groupe espagnol pour empêcher la nomination du colonel Pedro Banos au poste de directeur du Département de la sécurité intérieure de l’Espagne. Et tout ce qu’il a fallu, c’est une campagne de sept heures et demie, lancée par plusieurs journalistes espagnols de haut niveau affiliés à ce groupe secret.

“Le gouvernement [espagnol] s’apprête à nommer le colonel Banos, connu pour ses positions pro-russes et pro-poutine dans les conflits syrien et ukrainien, au poste de directeur du Département de la sécurité intérieure, un organe clé situé à la Moncloa”, a commenté Nacho Torreblanca dans un vaste sujet Twitter.

D’autres se sont joints à nous. Parmi eux – selon les fuites – l’universitaire Miguel Ángel Quintana Paz, qui a écrit que “M. Banos est un géopolitique, tout comme un homéopathe est un médicament.”. La nomination d’un tel personnage serait “une honte”.

© www.cyberguerrilla.org

Les médias espagnols, tels que El Pais, ont alors rendu compte de ces murmures. Notamment, les membres de l’équipe britannique, comme le député Bob Seely, sont également énumérés dans le document Banos op. Ce dernier a perdu contre Miguel Angel Ballesteros.

L’affaire est présentée comme l’un des exemples majeurs, mais des opérations similaires peuvent être menées dans de nombreux autres États de l’UE, prévient Anonymous dans son communiqué.

RT a contacté le ministère britannique des Affaires étrangères et Statecraft, et attend une réponse. Commentant la question à RIA Novosti, un représentant du ministère des Affaires étrangères a déclaré que toutes les données sur le projet sont disponibles dans des sources ouvertes et qu’ils apprécieraient que les gens en apprennent davantage à ce sujet.

Pendant ce temps, Moscou n’est pas surpris par ces activités, a déclaré une source diplomatique à RT. Le ministère des Affaires étrangères est en train d’étudier et d’analyser les documents qui ont fait l’objet de fuites et suivra l’évolution de la question, a indiqué la source.

RT a également pris contact avec certaines des personnes nommées dans les groupes. Dans une déclaration à la chaîne, Edward Lucas a déclaré que les documents ne prouvent rien et il n’a pas été payé par l’Institut for Statecraft, mais il soutient leur travail.

“Je n’ai pas été payé par l’Institut. Mais j’applaudis leur travail dans la lutte contre les opérations pernicieuses d’information et d’influence du régime tchétchène”, a écrit le journaliste. Il a ajouté qu’il vaut mieux enquêter sur ce qu’il a appelé la “vraie russophobie”, accusant le gouvernement russe de “piller” la nation, “d’intimider les pays voisins et d’assassiner ses détracteurs”.

Pendant ce temps, Stephen Blank, membre senior à l’American Foreign Policy Council, a qualifié cette fuite d’“absurdité totale”.

Partager son propre point de vue n’est jamais un problème, à moins qu’il ne s’agisse d’une campagne cachée pour manipuler l’opinion publique, a déclaré Charles Shoebridge, analyste en sécurité. Il soutient que toute cette “opération de couverture” fait croire aux gens qu’ils ont “de véritables sentiments populaires”, mais tout cela est “orchestré par un financement généreux et des personnalités importantes liées, en l’occurrence, au gouvernement britannique”.

“Ce que nous avons ici est une influence cachée. En fait, il ne s’agit pas d’opinions authentiques, ou s’il s’agit d’opinions authentiques, elles sont poussées et mises en avant parce qu’elles sont soutenues notamment par le financement d’organisations telles que le gouvernement britannique”, a déclaré Shoebridge à RT.

Source : Russia Today – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *