Un adolescent menacé de mort après une blague sur le pèlerinage à La Mecque


Un lycéen âgé de 15 ans est la cible de menaces de mort après avoir ironisé sur une photo montrant des fidèles musulmans effectuer le pèlerinage à La Mecque. Certains internautes auraient même communiqué l’adresse où il serait scolarisé.

blague-mecque

Hugo, un lycéen de 15 ans, a été victime ce 14 avril d’un torrent d’insultes et de menaces de mort après avoir publié sur Twitter une photo de fidèles musulmans effectuant le rite de la circumambulation autour de la Kaaba (lieu le plus sacré du culte musulman située au cœur de la Grande mosquée), dans le cadre du pèlerinage à La Mecque. «Ptdr y’a du monde à InZeBoite», a écrit avec ironie le lycéen en commentaire de la photo, en référence à un jeu télévisé français diffusé sur la chaîne pour enfant Gulli et dans lequel s’affrontent des familles.

https://twitter.com/PoliceNationale/status/1117406862738100225

Selon certains internautes, l’adresse de l’établissement où serait scolarisé l’adolescent aurait même été divulguée. Dépassé par les événements, Hugo présente alors ses excuses et prie les internautes appelant à l’agresser voire le tuer de le «laisser en vie». Peine perdue, les réactions violentes ont continué de plus belle.

https://twitter.com/alskova/status/1117381458732122112

Face à cette déferlante de haine, de nombreux internautes lui ont apporté alors son soutien et dans la foulée un mot-dièse a été créé : #JeSoutiensHugo.

Les faits signalés aux enquêteurs de la plateforme Pharos

L’émotion suscitée sur le réseau social est telle qu’elle a très vite fait réagir la Secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations, Marlène Schiappa : «La France est une République laïque où chacun peut critiquer et se moquer des religions sans être menacé de mort pour cela ! Le blasphème n’existe pas. En revanche, le cyber-harcèlement en meute est puni depuis cet été par la loi», a-t-elle écrit accompagnant son tweet de #JeSoutiensHugo. Saisie, la police a annoncé que «les faits [avaient] été signalés aux enquêteurs de la plateforme Phraos» du ministère de l’Intérieur permettant de signaler les contenus suspects ou illicites susceptibles notamment de faire l’objet d’une procédure judiciaire.

https://twitter.com/PoliceNationale/status/1117406862738100225

Selon le ministère de l’Intérieur, en 2018, près de 3 101 signalements de contenus illicites ont été reçus en moyenne par semaine sur la plateforme PHAROS.

Lire aussi : Le sultanat de Brunei instaure la lapidation pour les homosexuels

Source : RT


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *