Les mystérieuses pierres mégalithiques de Carnac en France : Une énigme néolithique non résolue

Il y a des millénaires, des bâtisseurs néolithiques inconnus ont érigé de gigantesques blocs de pierre sur des côtes allant des îles Orcades à la Jordanie lointaine.

On trouve des exemples de mégalithes dans presque tous les pays d’Europe occidentale, mais aussi en Afrique, en Espagne, en Palestine, sur la rive nord de la mer Noire, dans la péninsule arabique et même au Tibet.

Carnac

Est-ce une coïncidence si ce projet mégalithique presque mondial a commencé et s’est achevé dans un passé lointain ? Pourquoi ont-ils été mis en place à l’époque ? Où était le berceau de la culture qui a fait le succès de ce projet ?

Il y a plus de 5000 ans, des menhirs sont apparus à Carnac, dans le sud de la Bretagne en France, disposés en alignements complexes.

La tradition locale prétend que la raison pour laquelle les pierres sont si parfaitement arrangées est qu’il s’agit d’une légion romaine transformée en pierre par Merlin. Naturellement, la Bretagne a ses propres versions locales de la légende arthurienne.

La date précise des pierres est difficile à déterminer car très peu de matériaux datables ont été trouvés en dessous. Par conséquent, la principale phase d’activité du site est généralement attribuée à environ 3300 av. J.-C.

Carnac – avec plus de 100 monuments, dont des tumulus funéraires, des tombes en pierre, des enclos et des arrangements linéaires de menhir – est le site avec la plus grande concentration de monuments mégalithiques au monde.

Carnac

Beaucoup pensent qu’il y a une fonction astronomique de marqueur ou de prévoyance. D’autres pensent que c’est un énorme cimetière, car on y trouve des tombes à couloirs. D’autres chercheurs pensent que les tombes sont toutes d’une date beaucoup plus récente que celle des menhirs millénaires.

Les mystérieuses allées mégalithiques presque infinies de Carnac, autrefois consacrées à une culture disparue, ont longtemps influencé l’imagination des gens.

Carnac

Carnac se compose de plus de 3000 mégalithes – jusqu’à 4m de hauteur dans différents circuits, groupes et un grand nombre de pierres indépendantes. Les différents emplacements sont plus ou moins alignés dans le sens Nord-Est / Sud-Ouest. Les pierres sont extraites d’une carrière locale à environ trois kilomètres des sites et traînées jusqu’au site.

Tous ces établissements en pierre ont été construits au Néolithique, probablement entre 4500 et 2500 avant J.-C. Ils sont liés à des peuples préceltiques qui vivaient dans la région. La fonction des différents ensembles de pierres n’est pas claire, peut-être basée sur des calculs astronomiques et ayant une signification religieuse. Dans de nombreux cas, il y a des signes de vandalisme au début de l’ère chrétienne, par exemple, des roches ont été utilisées pour construire des églises.

Aujourd’hui, le monument préhistorique de Carnac s’étend sur environ 3 km le long des côtes françaises de l’Atlantique Nord, mais à l’origine il s’étendait jusqu’à 8 km.

Une culture inconnue, il y a longtemps, vers la fin du Néolithique, a érigé des monuments de Carnac et l’a fait dans un but précis. Ils n’étaient ni Romains, ni Gaulois, ni Celtes.

Carnac

Saurons-nous un jour qui ils étaient ? Presque toutes les pierres se dressent près de la mer, les chercheurs ont donc supposé que ceux qui ont aménagé les allées de pierre de Carnac étaient peut-être des marins.

Selon les recherches de l’archéologue anglaise Elizabeth Shee, les plus anciennes tombes à couloirs en Bretagne ont presque mille ans de plus que celles érigées au Portugal, par exemple.

Les célèbres rangées de pierres de Carnac pourraient-elles être les plus anciens monuments mégalithiques de tous les pays d’Europe ayant une côte atlantique ?

Ce que nous savons avec certitude sur les mystérieux bâtisseurs de Carnac, c’est qu’ils possédaient une structure sociale très développée et que les pierres témoignent de niveaux avancés d’organisation et de réalisations techniques.

Par exemple, à Locmariaquer, près de Carnac, le menhir qui est tombé et s’est brisé en plusieurs morceaux pèse 347 tonnes, soit exactement 40 tonnes de plus qu’un Boeing 747 complètement rempli.

Carnac

Il mesurait 20,3 mètres de haut, plus haut en fait qu’une maison de six étages. Le menhir Men-er-H-roek est l’un des plus grands monuments individuels érigé. En 1700, il a été frappé par la foudre et repose maintenant brisé sur le sol.

Avant cet incident, cette œuvre anonyme des anciens était un repère vieux de plusieurs siècles pour les marins.

Avec une hauteur de 9,5 mètres, le menhir de Kerloas près de Plouharnel est la plus haute colonne mégalithique encore debout de Bretagne. Il y a quelques siècles, le sommet a été détruit par un orage : à l’origine, il devait faire plus de 10 mètres de haut. Il pesait plus de 150 tonnes.

D’après des preuves anciennes, les constructeurs l’ont transporté sur au moins 2,5 kilomètres avant de la soulever.

La façon dont ils ont extrait une telle pierre, l’ont transportée sur le site et l’ont ensuite mise en place demeure un mystère non résolu. Cependant, la question du transport de ces gigantesques pierres n’est pas le seul mystère qui intrigue les chercheurs. La question cruciale est celle que nous avons mentionnée plus tôt : Quelle est l’origine des bâtisseurs mégalithiques ?

Source : Ancient Pages – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *