La conscience est-elle une qualité fondamentale de l’Univers ?


Les scientifiques essaient depuis longtemps de comprendre la conscience humaine – cette “chose” subjective que sont les pensées et les sensations dans notre propre esprit. Autrefois, on supposait que la conscience était produite par l’activité mentale et que pour la comprendre, il suffisait de comprendre comment le cerveau fonctionnait. Mais cette hypothèse a soulevé de nombreuses questions. Outre le fait que des décennies de recherche et de théoriques n’ont pas apporté grand-chose sur le sujet, il existe d’étranges inadéquations entre la conscience et l’intellect.

Des chercheurs soutiennent que la conscience est une qualité fondamentale de l’Univers. Source de l’image : NASA / ESA / JPL-Caltech / STScI / Sci-News.com.

Comme l’a souligné le neurologue Giulio Tononi, les cellules grises s’enflamment presque autant dans certains états d’inconscience (comme le sommeil profond) que dans l’état de conscience éveillée.

Dans certaines parties du cerveau, vous pouvez identifier les neurones associés à l’expérience consciente, tandis que d’autres neurones ne semblent pas avoir d’effet sur elle.

Il y a aussi des cas de très faible niveau d’activité cérébrale (comme lors de certaines expériences de mort imminente et de comas) où la conscience peut non seulement perdurer, mais même devenir plus intense.

Si vous teniez un cerveau humain dans votre main, vous constateriez qu’il s’agit d’une masse détrempée de matière grise, un peu comme du mastic, pesant environ 1,3 kg. Comment est-il possible que ce truc gris et détrempé puisse donner naissance à la richesse et à la profondeur de votre expérience consciente ? C’est ce qu’on appelle le problème difficile de la conscience.

En conséquence, de nombreux philosophes éminents (comme David Chalmers et Thomas Nagel) et des scientifiques comme Christof Koch et Tononi ont rejeté l’idée que la conscience est directement produite par les processus du cerveau. Ils se sont tournés vers la vision alternative que c’est en fait une qualité fondamentale de l’univers.

Cela peut sembler être tiré par les cheveux, mais pensez aux autres “principes fondamentaux” de l’univers que nous tenons pour acquis, comme la gravité et la masse. La conscience possède le même statut que ceux-ci.

Explications fondamentales

Une des raisons pour lesquelles je suis en faveur de cette approche est que l’idée de la conscience comme qualité fondamentale offre des solutions élégantes à de nombreux problèmes qui sont difficiles à expliquer avec le modèle standard scientifique.

Premièrement, elle peut expliquer la relation entre le cerveau et la conscience. Le cerveau ne produit pas de conscience, mais agit comme une sorte de récepteur qui “capte” la conscience fondamentale qui nous entoure et la “transmet” dans notre propre esprit.

Parce que le cerveau humain est tellement sophistiqué et complexe, il est capable de recevoir et de transmettre la conscience d’une manière très intense et complexe, de sorte que nous sommes (probablement) plus intensément et exponentiellement conscients que la plupart des autres animaux.

L’un des arguments permettant de supposer que le cerveau produit de la conscience est que, si le cerveau est endommagé, la conscience est altérée ou détériorée. Cependant, cela n’invalide pas l’idée que le cerveau peut être un récepteur et un émetteur de conscience. Une radio ne produit pas la musique qui passe à travers elle, mais si elle est endommagée, sa capacité à transmettre la musique sera compromise.

Le casse-tête de l’altruisme peut aussi être expliqué. Si, comme le croient de nombreux scientifiques, l’être humain n’est qu’une machine génétique, soucieuse uniquement de la survie et de la propagation de nos gènes, alors l’altruisme est difficile à expliquer.

Il est logique que nous soyons altruistes envers les personnes qui nous sont étroitement liées génétiquement, mais pas tant envers des étrangers ou des membres d’espèces différentes. Dans ces derniers cas, d’un point de vue conventionnel, il doit y avoir des avantages dont nous bénéficions, même si nous n’en sommes pas toujours conscients.

Peut-être qu’être gentil nous fait nous sentir bien dans notre peau, impressionne les autres, ou encourage les gens à être gentils avec nous en retour.

Mais ces explications semblent ne pas pouvoir expliquer toute la gamme et la profondeur de l’altruisme chez les humains. Si nous sommes fondamentalement égoïstes, pourquoi devrions-nous être prêts à risquer notre vie pour les autres ? L’altruisme est souvent instantané et spontané, surtout dans les situations de crise, comme s’il était profondément instinctif.

D’un point de vue “spirituel” (qui considère la conscience comme fondamentale), cependant, l’altruisme est facile à expliquer. Elle est liée à l’empathie.

Une conscience humaine fondamentale partagée signifie qu’il nous est possible de ressentir la souffrance des autres et d’y répondre par des actes altruistes. Puisque nous partageons cette conscience fondamentale avec d’autres espèces, il nous est également possible de ressentir de l’empathie – et de nous comporter de manière altruiste à leur égard.

L’un de mes principaux centres d’intérêt en tant que psychologue est ce que j’appelle les “expériences d’éveil”, lorsque la conscience humaine s’intensifie et s’étend et que nous ressentons un sentiment d’unité avec les autres êtres humains, la nature ou le monde dans son ensemble.

Je vois les expériences d’éveil comme des rencontres avec la conscience fondamentale, dans laquelle nous sentons sa présence dans tout ce qui nous entoure, y compris dans notre propre soi. Nous expérimentons un sentiment d’unité parce que l’unité est la réalité fondamentale de toute chose.

La science conventionnelle s’efforce également d’expliquer le puissant effet de la pensée et de la croyance sur le corps (comme l’illustrent l’effet placebo et les effets anesthésiants de l’hypnose pour la douleur). Si l’esprit n’est qu’un sous-produit de la matière, il ne devrait pas pouvoir influencer aussi profondément la forme et le fonctionnement du corps.

Ce serait comme dire que les images sur un écran d’ordinateur peuvent changer le logiciel ou le matériel à l’intérieur de l’ordinateur. Mais ces effets sont compréhensibles si nous supposons que l’esprit est principalement plus fondamental que la matière qui compose nos corps, une expression encore plus subtile et plus complète de la conscience fondamentale. Par conséquent, elle a la capacité d’altérer les fonctions de l’organisme.

Je crois que l’idée de la conscience comme qualité fondamentale de l’Univers a beaucoup de valeur. Il se peut que la meilleure façon de comprendre le monde ne soit pas seulement par la science ou la spiritualité – mais par une approche qui combine les deux.

Source: Sci-News.com – Traduit par Anguille sous roche


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *