Boris Shcherbina : L’homme qui a évacué Pripyat après l’explosion de Tchernobyl


Après l’effondrement de la centrale nucléaire de Tchernobyl en 1986, le dirigeant soviétique Boris Shcherbina s’est retrouvé à superviser le nettoyage de l’une des pires catastrophes de l’histoire moderne.

La mini-série en cinq parties de HBO Chernobyl a rappelé à des millions de téléspectateurs à quel point la catastrophe nucléaire de 1986 était cataclysmique – et combien elle aurait pu être pire. Et du début à la fin, le spectacle a été largement salué pour sa précision.

Cependant, toutes les œuvres de non-fiction créative modifient fondamentalement la vérité factuelle d’un événement. L’information doit être présentée selon les contraintes de temps, de ton et de rythme. Les personnages composites – qui représentent plusieurs personnes réelles par l’intermédiaire d’un seul acteur – sont souvent construits par commodité.

Bien que Chernobyl suive cette ligne de façon aussi impressionnante que n’importe quel spectacle dramatisé basé sur la vie réelle, tout n’était pas historiquement exact.

Dans le cas de Boris Shcherbina – vice-premier ministre et vice-président du Conseil des ministres de l’URSS au moment de la catastrophe – le voile du secret et le manque d’informations endémiques à l’époque de la guerre froide en Union soviétique ont rendu l’authenticité de son portrait sur cette émission largement méconnaissable.

Boris Shcherbina a été chargé d’évacuer tous les habitants de Pripyat à la suite de la catastrophe de Tchernobyl.

Néanmoins, nous savons que Boris Shcherbina a aidé à sauver d’innombrables vies à la suite de l’effondrement historique. Le reste de son histoire, cependant, reste un peu plus compliqué.

Boris Shcherbina dans Chernobyl (HBO)

Dans le deuxième épisode de la série HBO, Boris Shcherbina (représenté par Stellan Skarsgård) et Valery Legasov – physicien et membre de l’Académie des sciences représenté par Jared Harris – sont en route pour Tchernobyl par hélicoptère. Quand le scientifique hésite à expliquer le fonctionnement d’un réacteur nucléaire, il est menacé d’exécution.

Selon le New Yorker, cependant, il s’agissait d’une construction fabriquée qui ne servait qu’à faire participer les téléspectateurs. Les exécutions sur place – même les exécutions retardées qui suivaient les protocoles de la hiérarchie bureaucratique du régime soviétique – n’étaient tout simplement plus acceptées à la fin des années 1980.

Le vrai Shcherbina n’a jamais envisagé de jeter Legasov hors d’un hélicoptère parce qu’il ne serait pas prudent pour la mission en cours, sans parler du fait que cela aurait été un meurtre.

Selon Bustle, le premier ministre Nikolaï Tikhonov a été nommé vice-premier ministre de Shcherbina en 1984. Auparavant, il a été ministre de la Construction pétrolière et gazière et a supervisé le projet de gazoduc Urengoy-Pomary-Uzhhorod (ou Transsibérien).

Boris Shcherbina était en plein milieu d’un voyage d’affaires en Sibérie lorsqu’il a reçu l’appel fatidique au sujet de la catastrophe aux petites heures du matin du 26 avril 1986. Il est arrivé à Pripyat environ 18 heures après l’explosion du réacteur et a finalement ordonné l’évacuation de la ville.

Stellan Skarsgård : Boris Shcherbina.

L’émission de HBO, cependant, dépeint Shcherbina comme un soviétique froid qui, au moins dans les premières heures, donne la priorité à son rôle dans le gouvernement avant les dommages potentiels aux autres. Le personnage n’est pas trop désireux de mettre en péril son titre en croyant les faits qui lui sont donnés par ses sous-fifres.

Pour Skarsgård en tant qu’acteur, dépeindre Shcherbina comme quelqu’un qui a d’abord participé à l’effort de camouflage soviétique – et ensuite dépeindre son arc vers la rédemption morale – était l’aspect le plus important de ce rôle.

“C’est intéressant de jouer un personnage qui est représentatif d’un système défectueux, qui a passé sa vie à le défendre et qui doit ensuite regarder en arrière et admettre qu’il a eu tort”, a déclaré Stellan Skarsgård. “Finalement, il arrive à la conclusion qu’il doit se battre pour autre chose.”

tchernobyl-nettoyage

Des travailleurs d’urgence nettoient les débris radioactifs dans la ville voisine de Pripyat.

D’un autre côté, de nombreux acteurs trouvent une responsabilité inhérente à l’exactitude dans la représentation d’une figure de la vie réelle – en particulier une figure si importante sur le plan historique. Le manque d’accès à la vie de Boris Shcherbina, combiné à la priorité accordée au scénario par-dessus tout, a cependant permis à Stellan Skarsgård d’avoir une certaine liberté dans sa représentation.

“Le vrai homme est différent de l’homme que je joue,” dit-il. “Il est très difficile d’obtenir des informations sur le vrai homme. Je joue le personnage du scénario, et le scénario et l’histoire ont besoin de certaines choses de ce personnage, que ce soit comme ça qu’il était ou non.”

“Je ne ressemble même pas au personnage original, Boris Shcherbina.”

La véritable histoire de Boris Shcherbina

Il est difficile d’obtenir des informations vérifiables sur de nombreuses personnalités politiques soviétiques. Dans le cas de Boris Shcherbina, par exemple, la plus grande partie de ce que l’on sait sur cet homme est directement liée à la catastrophe nucléaire de Tchernobyl – simplement parce que c’était la plus grande histoire du monde à l’époque.

La Grande Encyclopédie soviétique, cependant, contient un aperçu concis du début de la vie et de la carrière de l’homme au gouvernement. M. Sherbina est né le fils d’un cheminot dans la ville de Debal’tsevo, Oblast de Donetsk, RSS d’Ukraine, le 5 octobre 1919.

Il est diplômé de l’Institut des ingénieurs des transports ferroviaires de Kharkov à l’âge de 23 ans, et de l’école du parti du Comité central du Parti communiste d’Ukraine en 1948. En 1950, il devient secrétaire du comité municipal de Kharkov.

Vue de la centrale nucléaire de Tchernobyl après l’explosion. Le 26 avril 1986.

Boris Shcherbina est devenu membre candidat du Comité central du CPSU en 1961. Son rang a continué à monter en URSS jusqu’à ce qu’il devienne, en 1973, ministre de la Construction pétrolière et gazière. En 1976, il devient membre officiel du Comité central.

Tout au long de son impressionnante carrière, M. Shcherbina a reçu deux Ordres de Lénine, l’Ordre de la Révolution d’Octobre, et reçu de nombreuses médailles pour son devoir patriotique envers l’URSS.

En 1984, il a été nommé vice-premier ministre par le premier ministre Nikolaï Tikhonov. Deux ans plus tard, il se retrouverait enveloppé dans le plus grand désastre nucléaire de l’histoire.

Faits sur Tchernobyl par rapport à la fiction

Lorsque Boris Shcherbina est arrivé sur les lieux, le réacteur exposé crachait des panaches de matières radioactives depuis plus de 18 heures.

Bien qu’il y ait finalement eu une évaluation convenue de ce qui s’était passé, la peur d’aggraver les choses ou de marcher sur les plates-bandes des supérieurs avait permis aux choses de durer presque une journée entière. Il n’a pas fallu longtemps pour que les preuves traversent le continent et atteignent l’Allemagne et la Suède.

Selon History, M. Shcherbina voulait utiliser l’eau pour éteindre le feu. Lorsque les scientifiques ont expliqué que l’eau pouvait aggraver un incendie nucléaire, ils ont proposé le sable et le bore comme solutions de rechange.

Boris Shcherbina (troisième à partir de la droite) visite Tchernobyl avec une commission gouvernementale pour examiner le sarcophage. 30 novembre 1986.

De l’avis de tous, la série Chernobyl de HBO a bien compris ce fait fondamental. On ne sait pas si Valery Legasov lui-même a énoncé la solution de la même manière que dans la série, bien que la vérité sous-jacente ait certainement été présentée de manière adéquate.

Convaincre Boris Shcherbina d’évacuer Pripyat, aussi, a été en grande partie dépeint avec précision. Il était presque minuit le 26 avril lorsque les scientifiques ont réussi à le faire.

Ils l’ont dit à un secrétaire [du parti], et il a dit : “Je ne peux pas vous donner mon accord à ce sujet “, a rappelé plus tard un participant à la réunion. “Ils ont réussi à joindre un autre qui a aussi exprimé sa sympathie mais a dit qu’il ne pouvait pas donner son assentiment.”

Finalement, Boris Shcherbina a appelé son patron, le premier ministre Nikolaï Ryzhkov.

“Sherbina m’a appelé samedi soir”, se souvient M. Ryzhkov, “et m’a rendu compte de la situation. ‘Nous avons mesuré les radiations….Pripyat doit être évacué. Immédiatement. La station est à proximité, et elle émet une contagion radioactive. Et les citadins vivent à plein régime. Les mariages se poursuivent.'”

C’est cet appel qui a conduit Nikolaï Ryzhkov à ordonner l’évacuation du lendemain en train et en bus. Les responsables locaux ont reçu le feu vert de M. Shcherbina vers 1 h du matin le 27 avril pour préparer des listes de citoyens en vue de l’exécution correcte du protocole. Ils avaient deux heures pour faire le travail.

La série HBO ne perd pas de temps à inclure tous ces détails, mais dépeint sans doute la lutte pour convaincre les supérieurs et mieux organiser les résolutions en se concentrant sur le caractère plutôt que sur l’intrigue. 16 h 30, l’évacuation était terminée.

“Boris Shcherbina m’a appelé à l’heure du déjeuner dimanche”, se souvient Nikolaï Ryzhkov. Il lui a dit : “Il n’y a plus personne à Pripyat. Il n’y a que des chiens qui courent partout.”

Le fait que les Soviétiques aient organisé des escouades d’hommes pour tuer ces animaux, aussi, a été correctement inclus dans la mini-série. Néanmoins, à ce jour, la faune de la zone d’exclusion de Tchernobyl prospère et s’adapte à son écosystème contre nature.

En fin de compte, la mini-série a fait un travail remarquable pour décrire ce qui s’est passé dans Pripyat en 1986. De la représentation minute par minute des scientifiques à l’intérieur de l’usine, aux hiérarchies soviétiques de responsabilité et de loyauté aveugle, en passant par les démarches entreprises par des personnalités comme Valery Legasov et Boris Shcherbina.

Boris Shcherbina est décédé à Moscou le 22 août 1990. Son éventuel retour en arrière contre les tentatives de camouflage a été une contribution inestimable à la résolution de la catastrophe nucléaire – qui aurait pu être beaucoup plus destructrice qu’elle ne l’était déjà.

Lire aussi : L’histoire tragique de Valery Legasov, le physicien qui s’est suicidé après avoir enquêté sur Tchernobyl

Source : All That’s Interesting – Traduit par Anguille sous roche


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *