La mémoire parfaite est-elle un fardeau ou un super-pouvoir ?

mémoire parfaite

La capacité de se souvenir de chaque moment de votre vie semble être une proposition étonnante, mais pour les très rares personnes qui ont réellement cette capacité, cela a un coût.

Connue sous le nom de mémoire autobiographique hautement supérieure (Highly Superior Autobiographical Memory, HSAM), ou hyperthymésie, la condition – telle qu’elle est – a été décrite pour la première fois par James McGaugh, neurobiologiste irlandais de l’Université de Californie, en 2006. Dans son étude, McGaugh décrit “AJ”, une femme de 42 ans “dont le souvenir domine sa vie”.

À ne pas confondre avec la mémoire photographique ou eidétique, ou avec les professionnels qui utilisent des stratégies sophistiquées de rappel mnémonique, la HSAM décrit des individus qui passent une “quantité anormalement grande de temps” à penser à leur passé, et qui ont une “capacité extraordinaire à rappeler des événements spécifiques de leur passé personnel”, comme McGaugh l’a d’abord défini. Mais comme McGaugh l’a noté dans son étude, les capacités de rappel surhumaines d’AJ ont leurs inconvénients.

“Donnez-moi le jour et je le verrai”, a-t-elle dit aux chercheurs. “Je retourne à la journée et je vois le jour et ce que je faisais.”

AJ l’a comparé à une télévision à écran partagé, où elle parlait à quelqu’un et soudain une scène vivante surgissait dans sa tête.

“Comme si nous étions assis ici en train de parler et que je vous parlais et que je pensais à quelque chose qui m’est arrivé… [le] 17 décembre 1982, c’était un vendredi, j’ai commencé à travailler dans [un magasin]”, dit-elle. “Tout est une question de rendez-vous.”

En effet, tout en observant AJ, McGaugh et ses collègues s’émerveillaient de sa capacité à se rappeler les détails de chaque Pâques des 24 dernières années (qui étaient corroborés par ses journaux intimes), et elle donnait les dates exactes pour des événements complètement triviaux, comme la date à laquelle l’épisode de Dallas “Who Shot J.R.” a été diffusé en premier.

En même temps, AJ a décrit ses capacités de rappel comme “épuisantes”, disant que sa mémoire a “régné sur sa vie”. Elle dit qu’elle pense au passé “tout le temps”, et que c’est comme un “film qui ne s’arrête jamais”. Les souvenirs négatifs sont particulièrement problématiques pour AJ, qui dit : “Je n’ai qu’une seule expérience à vivre et je peux être totalement marquée par elle… Je ne peux pas oublier les choses à cause de ma mémoire, ça fait partie de moi.”

Après la publication du document par McGaugh et ses collègues, d’autres HSAM se sont manifestés, dont l’artiste Nima Veiseh, qui se souvient de ses expériences personnelles au cours des 17 dernières années. Comme AJ, Veiseh se souvient de détails absurdement insignifiants, comme les vêtements qu’il portait un jour en particulier, ou de quel côté du train il était assis pour se rendre au travail. “Ma mémoire est comme une bibliothèque de cassettes VHS, des visites de tous les jours de ma vie, du réveil au sommeil”, a-t-il déclaré à la BBC en 2016. De même, Markie Pasternak, diplômée de l’Université Marquette, qui a été évaluée comme ayant une HSAM au début de la vingtaine, peut se rappeler ce qu’elle a fait, à qui elle a parlé, ce qu’elle a mangé, et même ce qu’elle a ressenti, à n’importe quelle date qui remonte à son enfance. Au total, moins de 100 cas confirmés de HSAM sont apparus dans le monde au cours des 10 dernières années, mais ce nombre ne cesse d’augmenter à mesure que le nombre de personnes qui en prennent connaissance augmente.

Les scientifiques ne sont pas tout à fait certains de ce qui se passe sur le plan neurologique ou psychologique dans les HSAM, mais des indices commencent à apparaître.

“Ce qui est très intéressant, c’est qu’elle est sélective pour la mémoire personnelle et autobiographique – les événements de votre époque – et non pour d’autres types de mémoire”, a déclaré Craig Stark, neurobiologiste et expert en HSAM de l’Université de Californie – Irvine, à Gizmodo. “De plus, nous savons qu’ils ne sont pas meilleurs pour apprendre cette information. Ils l’oublient beaucoup, beaucoup plus lentement. Leur mémoire d’hier n’est pas meilleure que la tienne ou la mienne. Mais ils se souviendront peut-être des événements d’une journée d’il y a dix ans comme nous nous en souvenions la semaine dernière.”

Les recherches effectuées par Stark et ses collègues montrent que les personnes névrotiques sont aussi douées que les personnes atteintes d’HSAM pour rappeler des renseignements personnels après une semaine. Après de plus longues périodes de temps, comme un mois ou un an, les HSAM conservent la capacité de se rappeler l’information avec une clarté exquise, alors que les personnes neurotypiques (le groupe témoin) ne peuvent certainement pas.

Lawrence Patihis, psychologue à l’Université de Southern Mississippi, dit qu’il y a eu quelques études comportementales et cérébrales sur des personnes atteintes de HSAM par McGaugh, Stark, et Aurora Leport, spécialiste des données UC-Irvine et neurobiologiste.

“Ils ont découvert que les personnes atteintes d’hyperthymésie ont des tendances obsessionnelles plus fortes que celles qui n’ont pas une mémoire supérieure, et ils ont découvert de petites différences dans la taille des zones du cerveau impliquées dans la mémoire, ainsi que des différences de connectivité fonctionnelle dans les circuits que l’on pense impliquer la mémoire”, a dit Patihis à Gizmodo. “Leur travail et le travail que nous avons fait ensemble ont permis de découvrir que les personnes atteintes d’hyperthymésie ont des avantages mémoire prononcés dans un seul domaine : la mémoire autobiographique avec les dates attachées. Ce travail a confirmé qu’ils n’ont pas de mémoire photographique, qu’ils reconstruisent des souvenirs avec un potentiel d’erreur comme nous tous, et qu’ils sont assez moyens dans d’autres tâches de mémoire.”

Patihis a dit que la HSAM a également été corrélée avec des traits de personnalité tels que le fait d’être enclin à la fantaisie, d’avoir une imagination hyperactive et d’être obsédé par de nouvelles informations. Combinés à leurs tendances obsessionnelles, dit Patihis, ces traits de personnalité jouent probablement un rôle dans la consolidation de la mémoire.

“Dès leur plus jeune âge, les personnes atteintes de HSAM se sont également rendues compte qu’elles étaient différentes et qu’elles avaient certainement dû élaborer des stratégies d’adaptation pour faire face au fait qu’elles se souviendront non seulement des interactions positives, mais aussi de toutes les interactions négatives”, a déclaré Stark. “Il semble y avoir des taux plus élevés que d’habitude de comportements de type trouble obsessionnel-compulsif dans la population, mais nous devons garder à l’esprit que les personnes atteintes d’un trouble obsessionnel-compulsif que nous avons étudiées sont des membres très fonctionnels et performants de la société (il peut y avoir des personnes atteintes d’un tel trouble qui sont moins fonctionnels et ne nous contactent pas, évidemment).”

Au cours de l’étude initiale de 2006, AJ a dit à McGaugh : “Je ne pense pas que je ne voudrais jamais avoir ça, mais c’est un fardeau.” Le commentaire porte sur la nature à double tranchant de l’affection. Bien que les flashbacks douloureux et les souvenirs indésirables soient très certainement un problème, la HSAM offre également certains avantages, comme David Robson l’a rapporté dans son article de 2016 sur BBC Future :

Les personnes avec une HSAM que j’ai interviewées seraient certainement d’accord pour dire que cela peut être une bénédiction mitigée. D’un autre côté, elle vous permet de revivre les expériences les plus transformatrices et les plus enrichissantes. Veiseh, par exemple, est une sorte de polymathe. Il a beaucoup voyagé dans sa jeunesse pour participer à des compétitions internationales de taekwondo, mais dans ses temps libres, il a visité les galeries d’art locales, et peut-être parce que son amour de l’art est lié à son identité, les peintures sont maintenant profondément ancrées dans ses souvenirs autobiographiques.

“Imaginez pouvoir vous souvenir de chaque tableau, sur chaque mur, dans chaque espace de galerie, entre près de 40 pays”, dit-il. “C’est une grande éducation artistique en soi.” Fort de cette connaissance encyclopédique de l’histoire de l’art, il est devenu depuis peintre professionnel, sous le nom “Enigma of Newyork”. De même, sa mémoire a peut-être aussi facilité son autre carrière de chercheur au doctorat en design et en technologie, pense-t-il, en l’aidant à assimiler un vaste corpus de connaissances.

Patihis est d’accord, disant que toutes les personnes avec une HSAM n’ont pas obligatoirement les mêmes fardeaux que ceux décrits par AJ. La plupart semblent être très organisés, bien qu’un peu obsédés, dit-il.

Malgré ces récits, il semble y avoir une certaine valeur à l’oubli, qu’il s’agisse de la mémoire autobiographique ou du flot d’informations qui afflue quotidiennement dans notre cerveau. Le cerveau humain, a-t-on dit, doit oublier les informations sans importance pour rester efficace.

En 2014, des chercheurs de l’Université de Bâle, en Suisse, ont soutenu que le cerveau travaille activement, plutôt que passivement, à se débarrasser des informations superflues. Un “système nerveux plastique”, selon les chercheurs, “exige non seulement la capacité d’acquérir et de stocker, mais aussi d’oublier”. En ce qui concerne les mécanismes impliqués dans ce processus, les chercheurs ont identifié une molécule, appelée protéine Musashi, qui semble contribuer à la perte de mémoire des vers nématodes en fonction du temps. Leurs recherches suggèrent que la perte de mémoire est un trait acquis et qu’il s’agit d’un processus physiologique délibéré et évolué, du moins chez les vers nématodes.

De même, Stark dit que nous devons nous rappeler, euh, que notre mémoire est conçue pour oublier les détails non pertinents.

“Nous extrayons la connaissance et la sagesse en voyant des liens et une structure commune à travers les événements, impliquant rarement des détails épisodiques spécifiques”, a-t-il dit à Gizmodo.

Stark a fait référence à la nouvelle de 1942, Funes the Memorious de Jorge Luis Borges, dans laquelle le personnage principal, après être tombé de cheval et s’être cogné la tête, a soudain pu se souvenir de tout. Funes est rapidement devenu affaibli par sa condition nouvellement acquise, démontrant les dangers d’un souvenir extrême.

Mais pour ceux qui ont une HSAM, ce n’est pas un souvenir parfait. C’est plutôt “l’extrait sonore ou la courte entrée du journal intime de la journée dont on se souvient”, dit Stark. “C’est comme ta mémoire d’il y a une semaine, pas ta mémoire des dernières minutes.”

HSAM ou pas, nous sommes tous influencés par notre passé. Nous comptons sur nos souvenirs pour former notre récit personnel et construire notre identité. Mais pour certaines personnes, l’histoire de leur vie est plus un opus qu’un roman.

Source : Gizmodo – Traduit par Anguille sous roche


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *