Les effets du sucre sur le cerveau, selon un neuroscientifique


On adore les sucreries. Mais une quantité trop élevée de sucre dans notre alimentation peut entraîner une prise de poids et l’obésité, le diabète de type 2 et des caries dentaires.

Nous savons que nous ne devrions pas manger de bonbons, de crème glacée, de biscuits, de gâteaux et boire des sodas sucrés, mais il est parfois si difficile d’y résister.

C’est comme si notre cerveau était câblé pour vouloir ces aliments.

En tant que neuroscientifique, mes recherches portent sur la façon dont les régimes alimentaires modernes “obésogènes”, ou favorisant l’obésité, modifient le cerveau. Je veux comprendre comment ce que nous mangeons modifie notre comportement et si les changements cérébraux peuvent être atténués par d’autres facteurs liés au mode de vie.

Votre corps fonctionne au moyen de sucre – le glucose pour être précis. Le mot glucose vient du mot grec glukos, qui signifie sucré. Le glucose alimente les cellules qui composent notre corps – y compris les cellules du cerveau (neurones).

Illustration 3D des neurones dans le cerveau humain.

Les “coups de fouet” de la dopamine provenant de la consommation de sucre

Sur une base évolutive, nos ancêtres primitifs étaient des charognards. Les aliments sucrés sont d’excellentes sources d’énergie, nous avons donc évolué pour trouver les aliments sucrés particulièrement agréables. Les aliments aux goûts désagréables, amers et aigres peuvent ne pas être mûrs, toxiques ou pourris – causant des maladies.

Donc, pour maximiser notre survie en tant qu’espèce, nous avons un système cérébral inné qui nous fait aimer les aliments sucrés puisqu’ils sont une excellente source d’énergie pour alimenter notre corps.

Lorsque nous mangeons des aliments sucrés, le système de récompense du cerveau – appelé le système de dopamine mésolimbique – s’active. La dopamine est une substance chimique du cerveau libérée par les neurones et peut signaler qu’un événement a été positif. Lorsque le système de récompense se déclenche, il renforce les comportements – ce qui nous rend plus susceptibles de répéter ces actions.

Les “coups de fouet” de dopamine provenant de la consommation de sucre favorisent un apprentissage rapide pour trouver de préférence plus de ces aliments.

De nos jours, notre environnement regorge d’aliments sucrés et riches en énergie. Nous n’avons plus besoin de chercher ces aliments sucrés spéciaux – ils sont disponibles partout. Malheureusement, notre cerveau est toujours fonctionnellement très semblable à nos ancêtres, et il aime vraiment le sucre. Alors, que se passe-t-il dans le cerveau lorsque nous consommons du sucre de façon excessive ?

Le sucre peut-il recâbler le cerveau ?

Le cerveau se remodèle et se rebranche continuellement par un processus appelé neuroplasticité. Ce recâblage peut se produire dans le système de récompense. L’activation répétée de la voie de la récompense par des médicaments ou par la consommation excessive d’aliments sucrés amène le cerveau à s’adapter à une stimulation fréquente, ce qui entraîne une sorte de tolérance.

Dans le cas des aliments sucrés, cela signifie que nous devons manger davantage pour obtenir le même sentiment de récompense – une caractéristique classique de la dépendance.

La dépendance alimentaire est un sujet controversé parmi les scientifiques et les cliniciens. S’il est vrai que l’on peut devenir physiquement dépendant de certaines drogues, on se demande si l’on peut être dépendant de la nourriture quand on en a besoin pour survivre.

Le cerveau veut du sucre, puis plus de sucre

Indépendamment de notre besoin de nourriture pour alimenter notre corps, de nombreuses personnes éprouvent des envies de nourriture, en particulier lorsqu’elles sont stressées, affamées ou simplement confrontées à un étalage de gâteaux séduisant dans un café.

Pour résister aux fringales, nous devons inhiber notre réaction naturelle à ces aliments savoureux. Un réseau de neurones inhibiteurs est essentiel pour contrôler le comportement. Ces neurones sont concentrés dans le cortex préfrontal – une zone clé du cerveau impliquée dans la prise de décision, le contrôle des impulsions et le retardement de la satisfaction.

Les neurones inhibiteurs sont comme les freins du cerveau et libèrent le GABA chimique. Des recherches menées sur des rats ont montré qu’une alimentation riche en sucre peut modifier les neurones inhibiteurs. Les rats nourris au sucre étaient également moins capables de contrôler leur comportement et de prendre des décisions.

Ce qui est important, c’est que cela montre que ce que nous mangeons peut influencer notre capacité à résister aux tentations et peut expliquer pourquoi les changements de régime alimentaire sont si difficiles pour les gens.

Dans une étude récente, on a demandé aux gens d’évaluer la quantité de collations riches en calories qu’ils voulaient manger lorsqu’ils avaient faim par rapport à ce qu’ils avaient mangé récemment. Les personnes suivant régulièrement un régime alimentaire riche en gras et en sucre ont évalué que leurs envies de grignotines étaient plus fortes même lorsqu’elles n’avaient pas faim.

Cela suggère que le fait de manger régulièrement des aliments à haute teneur en sucre pourrait amplifier les fringales – créant ainsi un cercle vicieux de vouloir de plus en plus de ces aliments.

Le sucre peut perturber la formation de la mémoire

Une autre zone du cerveau affectée par les régimes à haute teneur en sucre est l’hippocampe – un centre de mémoire clé.

Est-ce que votre petit déjeuner affecte votre mémoire ? (Unsplash/ashwin vaswani), CC BY

Les recherches montrent que les rats avec une alimentation riche en sucre sont moins capables de se souvenir s’ils ont déjà vu des objets à des endroits précis.

Les changements induits par le sucre dans l’hippocampe étaient à la fois une réduction des nouveaux neurones, qui sont vitaux pour l’encodage des souvenirs, et une augmentation des substances chimiques liées à l’inflammation.

Comment protéger votre cerveau contre le sucre ?

L’Organisation mondiale de la santé nous conseille de limiter notre consommation de sucres ajoutés à 5 % de notre apport calorique quotidien, soit 25 grammes (six cuillères à thé).

Si l’on considère que l’adulte canadien moyen consomme 85 grammes (20 cuillères à thé) de sucre par jour, il s’agit d’un changement de régime important pour beaucoup.

Il est important de noter que les capacités de neuroplasticité du cerveau lui permettent de se réinitialiser dans une certaine mesure après avoir réduit sa consommation de sucre alimentaire, et l’exercice physique peut augmenter ce processus. Les aliments riches en gras oméga-3 (présents dans l’huile de poisson, les noix et les graines) sont aussi des neuroprotecteurs et peuvent stimuler les substances chimiques du cerveau nécessaires à la formation de nouveaux neurones.

Bien qu’il ne soit pas facile de briser des habitudes, comme de toujours manger un dessert ou de faire un café double, votre cerveau vous remerciera de faire des pas positifs.

La première étape est souvent la plus difficile. Ces changements de régime peuvent souvent devenir plus faciles en cours de route.

Lire aussi : Coca-Cola a financé des recherches sur la nutrition et en a éliminé les effets du sucre sur la santé

Source : The Conversation – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *