Notre imagination peut vraiment changer notre perception de la réalité au niveau neural

Imaginer quelque chose dans la réalité est probablement un désir aussi vieux que l’imagination elle-même, mais il pourrait bien y avoir un peu plus que cela, un peu plus que de simples rêves.

Une nouvelle étude révèle comment l’imagination d’un scénario qui se déroule dans un lieu émotionnellement neutre peut changer notre attitude face à ce lieu dans la réalité.

Pour comprendre comment nous apprenons des événements imaginés, des chercheurs de l’Université de Harvard et du Max Planck Institute for Human Cognitive Brain Sciences ont mené une expérience, d’abord aux États-Unis, puis répliquée en Allemagne.

On a demandé aux participants de fournir une liste des personnes qu’ils aimaient vraiment, des personnes qu’ils n’aimaient pas et une liste des endroits envers lesquels ils avaient des sentiments neutres. Puis, allongés dans un scanner IRMf, on leur a demandé d’imaginer rencontrer quelqu’un de leur liste préférée à l’un de leurs endroits neutres.

Au total, 60 personnes se sont allongées dans une IRM pour faire cela, mais les données de 12 d’entre elles ont dû être éliminées après que deux des volontaires aient réussi à s’endormir de manière hilarante pendant le processus, tandis que les autres s’efforçaient d’être suffisamment immobiles pour obtenir des images précises.

L’IRM a révélé que notre capacité d’imaginer ces scénarios implique un réseau dans notre cerveau qui inclut le cortex préfrontal ventromédial (vmPFC) – un domaine qui a été lié au risque de traitement, à la peur, à la prise de décision et à l’évaluation des valeurs morales.

“Nous proposons que cette région regroupe les représentations de notre environnement en rassemblant les informations de l’ensemble du cerveau qui forment une image globale”, a déclaré Roland Benoit, neuroscientifique cognitif.

Les chercheurs expliquent que, bien que vmPFC ne code pas pour des entités individuelles telles que les personnes, les motifs de caractéristiques individuelles codées représentent des personnes ou des lieux individuels dans cette partie du cerveau. Ils ont également été en mesure de constater que les attitudes des participants à l’égard de leurs lieux neutres évoluent en fonction des niveaux d’activité de ces modèles neuronaux.

“Quand j’imagine ma fille dans l’ascenseur, sa représentation et celle de l’ascenseur deviennent actives dans le cortex préfrontal ventromédial. Ceci, à son tour, peut relier ces représentations – la valeur positive de la personne peut ainsi être transférée à l’endroit auparavant neutre”, a expliqué Benoit.

Le fait que les attitudes puissent être ainsi transférées confirme que ces parties du cerveau ne retiennent pas seulement l’imagination du lieu dans notre esprit, mais codifient également notre évaluation du lieu réel. Ainsi, l’imagination, tout comme les événements réels, peut influencer notre attitude face au monde réel.

La preuve que nous pouvons modifier notre attitude à l’égard d’un lieu simplement en rêvassant ajoute du poids à l’idée que changer nos schémas de pensée peut changer de façon significative nos réactions face au monde – un concept important pour la santé mentale.

Bien sûr, le pouvoir d’évoquer le changement par l’imagination ne s’applique qu’à nos perceptions et aux influences que celles-ci peuvent avoir sur notre psychologie et notre physiologie. Cela n’a toujours pas d’incidence sur la modification de nos réalités physiques extérieures, peu importe le nombre de livres d’auto-assistance ou de politiciens qui prétendent le contraire.

Mais étant donné à quel point les perceptions et les émotions peuvent être perturbatrices dans nos vies, mieux comprendre ce phénomène pourrait s’avérer très utile.

“Dans notre étude, nous montrons comment une imagination positive peut conduire à une évaluation plus positive de notre environnement”, a résumé Benoit.

“Je me demande comment ce mécanisme influence les gens qui ont tendance à s’attarder sur des pensées négatives au sujet de leur avenir, comme les personnes qui souffrent de dépression. Une telle rumination conduit-elle à une dévaluation d’aspects de leur vie qui sont en fait neutres ou même positifs ?”

C’est une question intéressante que beaucoup d’entre nous, qui luttent contre les pensées négatives, ont hâte de mieux comprendre.

L’étude a été publiée dans Nature Communications.

Lire aussi : Hypnose : que dit la science à son sujet ?

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *