Une nouvelle recherche sur le cerveau montre pourquoi vous devriez faire face à vos peurs

Que ce soit pour surmonter une peur irrationnelle des araignées ou une peur parfaitement rationnelle de sauter d’un avion, le conseil commun est d’affronter ses peurs de front. Si vous le faites, la logique suivra, vous découvrirez que vos peurs ne sont pas si effrayantes après tout, et vous pouvez même apprendre à les apprécier.

face à vos peurs

Bien sûr, ce n’est pas toujours le cas – parfois, forcer quelqu’un à revivre quelque chose de traumatisant ne fait que causer un traumatisme supplémentaire. Avec ce risque, toute personne qui donne le conseil de “faire face à ses peurs” devrait être absolument sûre que cela peut vraiment être utile. Heureusement, de nouvelles recherches en neurosciences donnent le feu vert à la pratique en démontrant ce qui se passe dans votre cerveau lorsque vous faites face à vos peurs.

Dormir avec un œil ouvert

Les scientifiques sont encore un peu flous sur la nature des souvenirs – comment ils se forment, comment ils sont stockés et comment vous vous en souvenez, en particulier. Par exemple, l’an dernier, les scientifiques du MIT sont tombés sur le fait que les souvenirs à long terme se forment complètement différemment de ce que nous pensions et les chercheurs de l’Université Columbia ont découvert que le cerveau se souvient des événements dans l’ordre inverse.

Il n’est donc pas étonnant que les chercheurs de l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) aient ressenti le besoin de savoir comment le cerveau se débarrasse exactement des souvenirs traumatisants lorsqu’une personne affronte ses peurs. Affronter ses peurs est la pièce maîtresse de la thérapie d’exposition : le traitement le plus efficace pour apaiser les peurs et les phobies, selon la clinique Mayo. Il s’agit d’une exposition graduelle et répétée à la source de votre peur. Si vous avez peur des araignées, par exemple, vous pouvez d’abord parler des araignées, puis regarder des photos d’araignées, puis vous asseoir en face d’une araignée, puis vous rapprocher jusqu’à ce que vous puissiez toucher l’araignée.

face à vos peurs

Les chercheurs travaillaient avec deux théories qui pourraient expliquer comment la thérapie de l’exposition fonctionne réellement dans le cerveau : D’une part, il est possible que la formation d’un nouveau souvenir non effrayant (toucher une araignée et que rien ne se passe mal) ne fasse que calmer le vieux souvenir effrayant ; d’autre part, il est également possible que le vieux souvenir effrayant soit réécrit pour devenir le nouveau souvenir non-effrayant.

Affrontez vos peurs, fixez-les du regard

Dans le cadre d’une étude publiée le mois dernier dans la revue Science, les chercheurs de l’EPFL ont travaillé avec un type particulier de souris conçues pour “marquer” automatiquement les cellules actives du cerveau avec une molécule spécifique. Cela a aidé les scientifiques à savoir exactement où leurs souvenirs étaient stockés et ce qui leur arrivait. Puis, ils ont donné aux souris une phobie : ils ont mis chaque souris dans une petite boîte et ont ensuite administré quelques chocs électriques légers. Comme on pouvait s’y attendre, lorsque les chercheurs ont ramené les souris dans la boîte quelques mois plus tard, elles se sont figées – une réaction de peur classique. Ce souvenir de leur traumatisme antérieur a incité les cellules cérébrales qui le stockaient à se déclencher, ce qui leur a valu le marquage.

Vint ensuite la thérapie d’exposition. Les chercheurs ont continué à ramener les souris dans la boîte sans les choquer, et peu à peu, leur réaction de peur a commencé à s’estomper. Et voilà l’argument décisif : Chaque fois qu’elles revisitaient la boîte, certains groupes de cellules cérébrales se déclenchent, et plus ces groupes se rapprochaient des groupes d’origine responsables de la mémoire de la peur, plus vite les souris n’avaient plus peur. En fait, lorsque les chercheurs ont donné aux souris un produit chimique pour arrêter les cellules responsables de la mémoire de la peur, elles n’ont pas aussi bien réagi à la thérapie d’exposition ; au contraire, quand ils ont stimulé l’activité de ces cellules, les souris ont surmonté la peur encore plus rapidement. Cela montre que la thérapie d’exposition fonctionne en modifiant les cellules cérébrales responsables de la mémoire de la peur initiale.

Il y a certaines limites, y compris le fait que cette technique de marquage de mémoire n’est pas sans faille – les nouveaux souvenirs ne se chevauchent que partiellement avec les anciens, de sorte que les anciens souvenirs pourraient ne pas être réécrits et pourraient encore être là quelque part en dessous. Mais c’est quand même une preuve puissante que pour éteindre ses peurs, il faut les revivre. Il peut être tentant d’éviter simplement le déclencheur de la peur, mais l’American Psychological Association dit que cela pourrait aggraver votre problème. “Bien que cet évitement puisse aider à réduire les sentiments de peur à court terme”, écrivent-ils, “à long terme, il peut aggraver encore la peur.” Alors, affrontez vos peurs. Vous serez heureux de l’avoir fait.

Lire aussi : Essayez ces 5 habitudes quotidiennes pour améliorer votre vie cette année

Source : Curiosity – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *