Une nouvelle étude révèle les énormes prêts cachés de la Chine aux pays pauvres


Un nouveau rapport montre l’étendue de la puissance cachée de la Chine en tant que créancier du monde en développement.

chine-prêts

  • La dette chinoise de plus de 50 pays en développement représente en moyenne 15 % de leur PIB individuel.
  • Un nouveau rapport montre que la majorité de la dette du pays en développement envers la Chine est considérée comme “cachée”.
  • Les prêts de la Chine en faveur des pays pauvres sont principalement destinés à des infrastructures essentielles.

Les prêts de la Chine à l’étranger, qui étaient pratiquement nuls avant le début du siècle – environ 500 milliards de dollars en 2000 – s’élèvent aujourd’hui, apparemment, à environ 5 000 milliards de dollars. En effet, ils sont aujourd’hui le plus grand créancier du monde, étant deux fois plus importants que la Banque mondiale et le Fonds monétaire international réunis.

Comme une grande partie de ce que fait la Chine se trouve sous le voile du secret, il a été difficile de savoir comment tout l’argent circule. Une nouvelle étude exhaustive, réalisée par Sebastian Horn et Christoph Trebesch de l’Institut de Kiel pour l’économie mondiale et Carmen Reinhart de l’Université Harvard, a toutefois fourni de nouvelles perspectives sur l’empire officiel du crédit de la Chine. Qu’ont découvert les chercheurs ? Plus de la moitié des prêts de la Chine aux pays en développement sont ce qu’ils appellent de l’argent “caché” – des prêts qui n’ont été déclarés à aucun fonds international, comme la Banque mondiale.

En effet, l’économiste et auteur du rapport, M. Tresbesch, a récemment déclaré au journal allemand Spiegel, dans une interview accordée après la publication des résultats de l’étude, que la compilation de toutes les informations était comme “une sorte d’archéologie économique”. Leurs informations proviennent de nombreuses bases de données du monde financier, ainsi que de certains documents fournis gracieusement par l’ICA.

Ce n’est un secret pour personne que la Chine aimerait garder ce type d’information occultée de la scène internationale. Les opposants aux pratiques secrètes de la Chine en matière de prêts craignent que Beijing ne s’engage dans une diplomatie prédatrice de la dette et n’utilise son initiative mondiale Belt and Road pour créer un nouveau type de colonialisme économique en Afrique et dans d’autres parties du monde en développement.

La stratégie des créanciers de la Chine pour la croissance économique

La Chine est en pleine évolution économique. Le temps d’être le fabricant appauvri du monde est révolu. Avec un marché de consommation florissant stimulé dans le pays, la Chine exerce maintenant son influence sur de vastes régions du monde. L’une de leurs stratégies consiste à devenir le prêteur le plus impliqué dans le monde en faveur des pays pauvres.

Cela peut être problématique pour un certain nombre de raisons. Les pays qui acceptent cet accord finissent par s’endetter lourdement envers les politiques de la Chine de diverses façons, tant sur le plan monétaire que culturel. Djibouti, dont la dette chinoise équivaut à 70 % du PIB du pays, est un exemple à l’extrémité extrême du spectre. En moyenne, les 50 premiers emprunteurs de la Chine doivent près de 15 % de leur PIB, ce qui, à l’échelle mondiale, représente tout de même beaucoup.

Les auteurs ont également constaté que la Chine n’a jamais officiellement divulgué de prêts à l’Iran, au Venezuela ou au Zimbabwe, ce qui, d’après d’autres documents, montre que la Chine est un créancier important. Le rapport spécule que l’un des moyens d’éviter ces créances transfrontalières internationales est que le gouvernement chinois débourse les prêts directement aux entrepreneurs chinois plutôt qu’aux gouvernements en développement eux-mêmes.

Une grande partie de ces prêts ne font pas l’objet d’agences de notation du crédit, car la plupart des prêts étrangers de la Chine proviennent directement de son gouvernement. Les pratiques de prêt de la Chine prennent une autre dynamique intéressante, car le pays prête beaucoup plus que de l’argent : il aide aussi à construire des infrastructures essentielles dans ces pays en développement. Ce faisant, la Chine exporte une bonne dose de sa culture et de son influence.

Une influence croissante en Afrique

Les investissements de la Chine en Afrique prennent la forme de prêts en échange du développement des infrastructures. Souvent, les entreprises et les citoyens chinois récoltent les bénéfices et les profits de ces grands projets. Alors que de nombreux Africains accueillent favorablement les investissements nécessaires dans leur pays, on ne sait pas exactement dans quelle mesure le continent bénéficie de cette influence chinoise.

L’un des principaux problèmes auxquels de nombreux pays sont confrontés est que la quasi-totalité de la dette de leur pays provient de la Chine. Par exemple, sur les 50 milliards de dollars de dette du Kenya, plus de 72 % proviennent de la Chine. Au Sénégal, les autoroutes, les parcs industriels et d’autres projets de développement cruciaux pour le bon fonctionnement d’un pays sont tous financés par des prêts chinois importants et risqués. Encore une fois, une grande partie de cette valeur revient à la Chine. Ils ne le font pas pour des raisons humanitaires. Les Chinois s’attendent à un rendement capital et culturel.

Tim Wegenast, qui a rédigé un rapport sur l’exploitation minière chinoise en Afrique :

“Il est plus ou moins sûr de dire que les entreprises chinoises emploient moins de main-d’œuvre locale que d’autres entreprises parce qu’elles font venir de nombreux travailleurs chinois et que lorsqu’elles développent des infrastructures locales, elles fournissent aux pays des prêts qui servent à les financer, qui sont ensuite construits par des entreprises chinoises et des travailleurs chinois.

L’avenir du crédit chinois

Selon The Economist, les prouesses de la Chine en matière de prêts sont plutôt mitigées. Alors que de nombreux nouveaux prêts de la Chine ont été déchargés avec l’allégement de la dette par les créanciers occidentaux après la défaillance, la Chine a dans le passé mis en avant des plans de restructuration de la dette sur 140 de leurs prêts étrangers. Bien qu’à d’autres moments, ils ont pris leur garantie avec un abandon impitoyable, par exemple lorsqu’ils ont saisi le port de Hambantota au Sri Lanka.

De nombreux prêts chinois sont assortis de taux d’intérêt plus élevés et d’échéances à court terme, avec des garanties importantes qui comprennent des produits de base, ou même d’importantes infrastructures stratégiques étrangères.

Les auteurs du rapport notent que la Chine a commencé à parler d’être plus transparente et plus viable en ce qui concerne ses prêts à l’avenir. Mais aucune preuve claire de ce fait ne s’est encore concrétisée.

Lire aussi : Les pires craintes concernant les transplantations d’organes en Chine et les prisonniers viennent d’être confirmées

Source : Big Think – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *