Apparemment, 7 400 milliards de tonnes de neige artificielle pourraient sauver la couche de glace de l’Antarctique


Les scientifiques ont averti que la gigantesque calotte glaciaire de l’Antarctique occidental était sur le point de basculer, et qu’il faudrait quelque chose de dramatique pour éviter son effondrement total, comme par exemple souffler 7 400 milliards de tonnes de neige artificielle.

neige-artificielle-antarctique

C’est la conclusion d’une nouvelle étude sur la façon d’arrêter la déstabilisation de la calotte glaciaire, mais les chercheurs qui l’ont réalisée ne la proposent pas sérieusement comme option. Ils veulent plutôt souligner la gravité de ce qui se passe au pôle Sud.

L’effondrement de l’inlandsis antarctique occidental devrait entraîner une élévation du niveau de la mer d’environ trois mètres dans le monde, mettant en péril des villes comme New York, Shanghai, Tokyo et Calcutta. Le temps pour une action significative est attendu depuis longtemps.

“Nous sommes déjà à un point de non-retour si nous ne faisons rien”, a déclaré Anders Levermann, climatologue à l’Institut de Potsdam pour la recherche sur l’impact climatique en Allemagne, à Reuters. “Nous pouvons le ramener au point stable par une petite interférence maintenant – ou par une interférence de plus en plus grande plus tard.”

M. Levermann et son équipe ont examiné les modèles climatiques et ont découvert qu’il faudrait au moins 7 400 milliards de tonnes de neige, balayée au cours des 10 dernières années, pour protéger la calotte glaciaire. Ça va faire beaucoup de canons à neige.

La neige serait compactée sous forme de glace, ce qui pousserait le glacier vers le bas et le stabiliserait, tout en le rendant plus épais.

Même cela ne suffirait peut-être pas et impliquerait, selon les chercheurs, “d’énormes défis techniques”. La collecte et la congélation de l’eau de mer pour la déposer sur le glacier pourraient avoir des répercussions sur l’environnement de toutes sortes de façons que nous ne pouvons même pas prévoir. Les scientifiques devraient également veiller à éviter la formation de lacs sur le dessus, ce qui pourrait accélérer plutôt que ralentir la fonte.

Ensuite, il y a la “petite” question de fournir suffisamment d’équipement et d’énergie pour le travail dans l’un des environnements les plus durs de notre planète. Selon les chercheurs, il faudrait environ 12 000 éoliennes pour fournir de l’électricité.

Si nous adoptions un plan aussi radical, tout en sauvant techniquement la calotte glaciaire, nous détruirions l’une des zones les plus précieuses de nature sauvage et de beauté naturelle que nous ayons laissées intactes, et causerions des perturbations indicibles à la faune locale au-dessus et au-dessous de l’eau.

“Je ne propose pas de faire ce que nous avons montré comme étant possible, mais c’est une décision pour la société”, a dit M. Levermann à Brian Kahn chez Earther. “Les gens doivent comprendre que si nous ne voulons pas perdre nos villes, nous devons faire quelque chose. Nous avons juste présenté une possibilité.”

Une bien meilleure idée serait de réduire le réchauffement climatique qui provoque la désintégration des calottes glaciaires de l’Antarctique, ce qui signifie que les glaciers du pôle Sud contribuent trois fois plus à l’élévation du niveau de la mer qu’il y a 25 ans.

Les émissions mondiales de dioxyde de carbone continuent d’augmenter, et des études comme celle-ci soulignent à quel point nous avons déjà causé des dommages à la planète et à quel point un effort monumental est nécessaire pour revenir à la sécurité.

Bien que les projets de géo-ingénierie offrent un certain espoir en théorie, ils pourraient aussi finir par endommager la planète et son écosystème de façon inattendue, comme le soulignent les chercheurs ici.

“La pensée visionnaire dont nous avons le plus besoin, c’est de savoir ce que nous pouvons faire pour libérer notre civilisation de la dépendance aux combustibles fossiles”, a déclaré à Reuters Jeffrey Kargel, scientifique planétaire de l’Université d’Arizona, qui n’a pas participé à cette étude.

La recherche a été publiée dans Science Advances.

Lire aussi : Un trou mystérieux continue de s’ouvrir en Antarctique

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *