Quand il s’agit de discuter du confinement, les politiciens restent muets


La véritable conspiration du silence dans cette élection porte sur la pandémie, affirme Liam Halligan dans le Telegraph. Voici un extrait :

En juin 2021, alors que le Royaume-Uni commençait à sortir de longs mois de confinement, j’ai interviewé l’un des plus grands épidémiologistes au monde, Jay Bhattacharya, pour le podcast Planet Normal du Telegraph.

Le professeur de médecine basé à Stanford m’a dit que les confinements « seront considérés comme la plus grande erreur de santé publique de l’histoire ».

À une époque où tous les principaux partis politiques du Royaume-Uni soutenaient avec véhémence le confinement, avec Sir Keir Starmer du Labour et le SNP de Nicola Sturgeon appelant sans cesse à des restrictions liées au Covid encore plus punitives, les paroles de Bhattacharya n’ont pas été universellement bien accueillies.

Au contraire, ses efforts pour promouvoir une « protection ciblée » – aider les personnes âgées et d’autres personnes souffrant de problèmes de santé qui les rendent particulièrement vulnérables au Covid, tout en permettant au reste d’entre nous de vivre notre vie – ont été largement rejetés comme étant irresponsables.

Même dans ce climat, alors que remettre en question le confinement revenait à faire face à l’ostracisme social, Bhattacharya mettait en garde contre les « énormes conséquences collatérales » du maintien des gens à l’intérieur et de leur isolement de leurs proches pendant la pandémie de Covid-19. Il était soutenu par deux autres épidémiologistes de renom : Sunetra Gupta de l’Université d’Oxford et Martin Kulldorff, alors de Harvard. …

Je suis choqué – mais guère surpris – que les politiques de confinement du Royaume-Uni aient été à peine discutées au cours de cette campagne électorale.

Il semble y avoir une conspiration du silence entre les principaux partis pour garder le silence sur le confinement, étant donné qu’ils l’ont tous approuvé et ont contribué à le renforcer. Cette position est désormais, à tout le moins, sujette à de sérieuses questions.

Des opérations manquées, des cicatrices économiques, une scolarité compromise et des dommages très graves à la santé mentale de la population – notamment chez les enfants et les jeunes adultes – ne sont que quelques-uns des problèmes réservés pour l’avenir par la fermeture du pays à trois reprises en 2020 et 2021. …

Au milieu de la campagne électorale et loin des regards du public, la ridicule « enquête Covid » du Royaume-Uni continue de gronder. L’équipe d’enquête parcourt le pays dans le cadre du projet « Every Story Matters », permettant aux gens de s’exprimer de manière anonyme sans apporter de preuves formelles à l’enquête.

Notre enquête Covid est étonnamment longue – elle a débuté en juin 2022 et devrait accueillir des témoignages jusqu’en juin 2026 au moins. C’est une aubaine pour les avocats, payée par nous – avec des coûts dépassant 70 millions de livres sterling l’année dernière seulement et la facture finale devrait être atteindre près de 200 millions de livres sterling.

Plutôt que d’aborder la question centrale – si, si le Royaume-Uni est confronté à une pandémie similaire à celle du COVID-19, nous nous confinerons à nouveau ou non – cette enquête sur le Covid est plutôt devenue un salon de discussion ridiculement coûteux.

À lire dans son intégralité.

Lire aussi : Les confinements ont été sans conteste l’intervention gouvernementale la plus stupide de notre époque

Source : The Daily Sceptic – Traduit par Anguille sous roche


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *